Le 30 juillet 2014
CANOE.CA / HOMMES / SORTIES / Vol en apesanteur pour les amateurs de sensations fortes
Billet à 7662 $ - Vol en apesanteur pour les amateurs de sensations fortes
Photos AFP et Reuters

Billet à 7662 $

Vol en apesanteur pour les amateurs de sensations fortes

| Agence France-Presse  | 10 décembre 2012
 
 

Le rêve devient réalité pour les amateurs de sensations uniques: moyennant 6000 euros (7662 $ CAN), ils peuvent désormais s'offrir un vol en apesanteur à bord de l'A300 Zéro-G, un avion spécialement aménagé pour s'affranchir de la gravité durant quelques instants.

Il leur faudra cependant encore s'armer d'un peu de patience, car si les «réservations» sont ouvertes depuis mardi (www.airzerog.fr), le premier vol commercial n'est programmé que pour le 15 mars 2013, depuis Bordeaux-Mérignac.

Le rêve a un prix: 6000 euros (7662 $ CAN). «C'est un produit exceptionnel et du coup, ce n'est pas un cadeau», a reconnu au cours d'une conférence de presse Gilles Gompertz, directeur général d'Avico, la société choisie pour commercialiser ces vols.

À 14h30 mardi, le site ouvert en fin de matinée avait déjà enregistré 11 réservations, a-t-il précisé à l'AFP.

Le ticket donne accès à l'A300 Zéro-G, un avion unique jusqu'ici utilisé uniquement à des fins scientifiques, propriété de Novespace, filiale du CNES, l'agence spatiale française.

Deux autres vols commerciaux auront lieu en 2013, puis trois en 2014, avec à chaque fois 40 passagers, dont une douzaine de personnes invitées par le CNES dans le cadre de ses missions de diffusion de la culture scientifique.

«C'est un début et on sera heureux d'ouvrir davantage si la demande est là», a affirmé le président du CNES, Yannick d'Escatha. Ces vols assurément exceptionnels, qui ont reçu l'autorisation de la Direction générale de l'aviation civile au terme d'une longue procédure, se feront dans une sécurité absolue», a-t-il assuré.

«L'intérêt, c'est qu'on rencontre vraiment l'espace, un concept un peu théorique et lointain», a-t-il ajouté. Pour toucher le rêve d'encore plus près, ils se feront en présence de l'astronaute Jean-François Clervoy.

Cinq minutes d'apesanteur cumulées

Ces vols ouverts au public viendront s'ajouter aux vols dédiés à la recherche (six par an), dont le 100e est prévu la semaine prochaine. Véritable laboratoire de recherche volant, l'A300 Zéro-G totalise en 15 ans plus de 70 heures d'apesanteur cumulées, au prix de 11 500 paraboles.

Le vol parabolique -où l'avion se cabre à 47 degrés pour alterner des manoeuvres de montée et de descente espacées de paliers- permet de recréer les conditions de l'espace, sans force d'attraction, pendant une période suffisante pour réaliser des expériences de tous ordres (physique, biologie, technologie...).

Les vols grand public seront organisés sur une journée entière, le vol proprement dit durant deux heures trente environ. Il comprendra 15 paraboles, soit cinq minutes d'apesanteur cumulée.

Les 40 passagers seront répartis en quatre groupes encadrés chacun par deux accompagnateurs et se verront proposer des activités d'orientation, de positionnement ou des manipulations d'objets en mousse.

La première parabole permettra d'atteindre la gravité martienne avec «un résidu de sensation de poids» (un tiers du poids), a expliqué Jean-François Clervoy. Elle sera suivie de deux paraboles lunaires (1/6 du poids), «la même sensation que d'être debout sur la Lune», puis de 12 paraboles en apesanteur.

«Chacun a sa façon de décrire l'apesanteur», a expliqué l'astronaute. «J'aime la comparer à la sensation que le corps se vide de son poids«.

À noter que le voyage hors gravité est réservé aux adultes (sans limite d'âge supérieure), déclarés aptes par un médecin agréé aéronautique.

Les recettes provenant des vols doivent contribuer au renouvellement de l'A300 Zéro-G, prévu dans deux ans.

 
 

Dans Sorties

[an error occurred while processing this directive]

Dans Hommes

[an error occurred while processing this directive]
[an error occurred while processing this directive]

Chroniques

    [an error occurred while processing this directive]