Sur les traces de Georges St-Pierre

Olivier

Photo courtoisie

Marie-Claude Forest

Olivier Aubin-Mercier n'en est pas à son premier art de combat. Le jeune homme de 5 pieds 9 pouces originaire de Boucherville a mis au tapis plusieurs adversaires en tant que judoka, lui qui a fait partie de l'équipe provinciale et nationale de judo.

L'athlète qui vient de souffler sa 24e bougie a fait le saut chez les arts martiaux mixtes (AMM) à 21 ans. Ce qui l'a attiré? «C'est probablement le sport qui a le moins de barrières. Dans les AMM, les règlements de chacune des techniques des arts martiaux qui le composent, que ce soit le karaté, jiu-jitsu brésilien ou autre, sont enlevés pour avoir le moins de règles possibles et que ça forme un tout».

En route vers Ultimate Fighting Championship (UFC)

Olivier Aubin-Mercier a la fibre du vainqueur. «Je me suis battu pour SLAMM et RINGSIDE, des galas de combats ultimes. J'ai 3 victoires et zéro défaite en pro», précise-t-il. Il est considéré comme l'un des espoirs des arts martiaux mixtes (AMM) au Québec.

«C'est certain que ça ajoute de la pression, explique le jeune dont la carrière est prise en charge par Rodolphe Beaulieu qui gère aussi celle de la super vedette de cette discipline, Georges St-Pierre. Comme les gens me considèrent comme une étoile montante, ils aimeraient parfois que je saute des étapes, ce que je ne veux pas faire».

Richard Ho, l'entraîneur principal du jeune homme chez H20 se rappelle très bien la première fois qu'il a vu Olivier: «J'ai tout de suite su qu'il pourrait devenir un athlète de haut niveau en AMM. Physiquement, il a tous les atouts. Il a en plus une tête sur les épaules et prend en note les conseils pour parfaire sa force».

Suite: La fibre du champion comme GSP


Vidéos

Photos