Le cancer testiculaire touche les jeunes hommes

Santé

 Photos Charles Boileau et Fotolia

Emmanuelle Gril

À 31 ans, Alexandre Désy, était en pleine forme et aucun symptôme ne laissait présager qu'il allait être frappé par la maladie. Et pourtant... Comme des centaines d'hommes canadiens âgés de 15 à 49 ans chaque année, il allait recevoir un diagnostic de cancer testiculaire.

Fort heureusement pour lui, Alexandre a été pris en charge très rapidement. Trois jours après avoir mentionné à son médecin de famille qu'il avait une bosse sur un testicule, il avait déjà un rendez-vous à l'hôpital avec un spécialiste, et une semaine après, il était opéré.

Alexandre a subi une orchidectomie, c'est-à-dire une ablation totale du testicule. Grâce à cette intervention chirurgicale, le jeune homme est guéri, les risques de récidive n'étant que de 2 %.

La chirurgie est la principale option thérapeutique pour le cancer du testicule. Les ganglions lymphatiques situés près des reins sont souvent enlevés du même coup. Si le cancer ne s'est pas étendu et que l'ablation du testicule a permis d'éliminer toutes les cellules cancéreuses, cette opération pourra être le seul traitement nécessaire. Dans certains cas, il faudra aussi voir recours à la chimiothérapie ou à la radiothérapie.

Il faut savoir que l'ablation d'un testicule ne cause pas de dysfonction érectile ni la stérilité. En fait, tant et aussi longtemps que l'on possède un testicule en santé, ces difficultés ne se posent pas.

Pour en finir avec les tabous

«Il y a beaucoup de tabous reliés au cancer testiculaire. En effet, il concerne les hommes jeunes, parfois les adolescents, et touche à la sexualité. Les jeunes ont peur d'en parler et même d'aller à l'hôpital...», explique Alexandre Désy. Or, ce cancer se guérit très bien s'il est pris suffisamment tôt. Les tabous causent donc bien des souffrances et des décès, en retardant le moment où les jeunes vont consulter.

C'est pourquoi il y a une dizaine de mois, avec cinq autres personnes, dont deux ont aussi été frappées par le cancer testiculaire, il a décidé de lancer un site internet entièrement consacré à cette maladie, afin de fournir information et soutien aux personnes qui en ont besoin.

«Lorsque j'ai su que j'avais un cancer testiculaire, mon réflexe a été de chercher des informations sur internet. Or, je n'ai presque rien trouvé. J'ai voulu combler ce manque», raconte-t-il.

Une équipe de spécialistes du CHUM travaille d'ailleurs de concert avec les initiateurs du site, pour bâtir une base de données médicale fiable et centralisée.

Le 21 mars, ce sera le lancement officiel du site, et en grande pompe! En plus d'une grande fête, se sera aussi l'occasion de lever des fonds pour soutenir cette cause.

Pour en savoir plus et se procurer des billets pour le lancement officiel:
www.cancertesticulaire.com
https://www.facebook.com/CancerTesticulaire

Suite: Cancer du testicule: les symptômes


Vidéos

Photos