Dépression postnatale, une affaire de mâle aussi!

Nouveau-né

 Photo Fotolia

Marie-Josée Richard

La dépression post-partum touche 10 % à 20 % des mamans... et environ 10 % des papas. Comment cette maladie se manifeste-t-elle au masculin?

Fatigue, tristesse, accès de colère, troubles du sommeil, abus d'alcool et de drogues, frustration, irritabilité, perte ou gain de poids, impulsivité, tendance à prendre des risques inutiles... Ce sont autant de symptômes de la dépression post-partum chez les hommes.

Le manque de sommeil est bien sûr un déclencheur; mais si la mère est en dépression, le père a une chance sur deux d'en faire une à son tour à la naissance du bébé.

Trouver sa place

«Il y a un deuil à faire avec son ancienne vie, explique Michelle Michaud de l'Ordre des psychologues du Québec. Le choc de la réalité peut être difficile pour certains pères», poursuit-elle. Car avec l'arrivée du bambin, on a nécessairement moins de liberté et d'autonomie, davantage de responsabilités, des sorties moins fréquentes avec les amis. «Il faut se laisser une semaine ou deux, en parler au besoin avec d'autres pères, insiste-t-elle. Ce temps d'adaptation est normal, voire nécessaire.»

Le défi du papa dans les débuts est surtout de trouver sa juste place au sein du triangle mère-enfant-père, estime la psychologue. «La mère doit subvenir aux besoins primaires de l'enfant. Le rôle du père, c'est de la soutenir là-dedans», précise-t-elle.

Ce dernier ne doit donc pas hésiter à s'investir, que ce soit dans la préparation des repas ou les tâches ménagères, aller faire des courses, etc. Il revient aussi à la mère de veiller à intégrer le père, en insistant par exemple pour qu'il prenne l'enfant, afin que se développe un lien étroit avec lui dès les premiers jours.

Suite: Le mirage du «daddy cool» selon Biz


Vidéos

Photos