Le 19 avril 2014
CANOE.CA / HOMMES / FORME / Les causes les plus fréquentes des blessures génitales
Bicyclettes, rasoirs, jouets sexuels... - Les causes les plus fréquentes des blessures génitales
Photo Fotolia

Bicyclettes, rasoirs, jouets sexuels...

Les causes les plus fréquentes des blessures génitales

| Agence QMI  | 13 novembre 2012
 
 

SAN FRANCISCO, Californie - Les équipements sportifs, les jouets sexuels et les appareils d'hygiène corporelle, comme les rasoirs et tondeuses, sont souvent la cause de blessures aux organes génitaux, selon une étude menée par des chercheurs américains.

«Cette recherche nous a permis d'identifier les causes les plus fréquentes par sexe et par groupe d'âge», a expliqué Benjamin Breyer, chercheur à l'Université de Californie à San Francisco.

Pour parvenir à ces conclusions, les scientifiques ont analysé les résultats d'un sondage réalisé auprès de plus de 142 000 adultes américains, qui se sont présentés aux urgences à cause d'une blessure génitale, entre 2002 et 2010.

La plupart des patients (70 %) sont des hommes âgés de 18 à 28 ans, qui se sont blessés durant une activité sportive, en se cognant contre la barre du cadre de bicyclette, par exemple. De leur côté, les hommes plus âgés ont tendance à se blesser durant une banale activité quotidienne, en glissant et en se frappant contre le rebord de la baignoire ou en coinçant la peau de leur pénis dans la fermeture éclair, notamment.

Chez les femmes, les accidents dans la région pubienne sont causés par des ciseaux, tondeuses et rasoirs dans 16 % des cas.

Enfin, les jouets sexuels seraient responsables de près de 9 % des blessures génitales chez les femmes et de plus de 4 % chez les hommes.

Les résultats de ces travaux ont été publiés dans la revue scientifique Journal of Urology.

 
 

Dans Forme

[an error occurred while processing this directive]

Dans Hommes

[an error occurred while processing this directive]
[an error occurred while processing this directive]

Chroniques

    [an error occurred while processing this directive]