David Fabrega
Canoë

Le babyfoot séduit les compagnies

Tendance - Le babyfoot séduit les compagnies

Photos: David Fabrega / Fotolia

David Fabrega

Inventé en France et popularisé après la Deuxième Guerre mondiale par les ouvriers qui y jouaient dans les cafés de Paris, le babyfoot est arrivé au Canada au début des années 90. «La grande popularité du babyfoot vient du fait qu’il est très robuste, fonctionne sans électricité et permet de divertir au moins quatre personnes à la fois», explique Alain Thunier, distributeur officiel de la marque française Bonzini au Québec.

Cette dernière vocation sociale a d’ailleurs séduit bon nombre de collectivités et de compagnies dans le monde qui installent des babyfoot dans leurs espaces de pause pour renforcer l’esprit d’équipe et évacuer le stress des employés. Le Québec n’est pas en reste puisqu’on trouve déjà des babyfoot à l’Université Laval, au Collège de Jonquière ou chez Cossette et Ubisoft pour les entreprises.

Pour un prix moyen de 1500 dollars, les derniers modèles sont même personnalisables; un concept intéressant pour les compagnies qui y apposent leur identité visuelle. Les agences de communication de Montréal organisent d’ailleurs chaque année un tournoi de babyfoot inter-agences au cours duquel elles affichent haut leurs couleurs.

La dernière innovation date de juin 2012 quand CKAB, une société parisienne spécialisée dans l'Internet des objets, a organisé le premier tournoi de babyfoot interconnecté au monde. Cette compétition a vu s’opposer les employés de compagnies internationales lors de parties très disputées où les scores des joueurs s’affichaient en direct sur les médias sociaux. Nul doute que cela donnera des idées aux entreprises québécoises soucieuses du bien-être de leurs employés; en espérant que ceux-ci ne jouent pas également entre les pauses.


Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos