Russie-Canada via le pôle Nord: 2600 kilomètres en camion

Voyage d'aventure - Russie-Canada via le pôle Nord: 2600 kilomètres en camion

Photo AFP

Il est possible d'aller en camion de Russie au Canada via le pôle Nord, en roulant sur les glaces en dérive et en ouvrant le chemin à coups de pioche: des explorateurs russes doivent regagner leur pays jeudi (en avion) à l'issue d'une odyssée inédite de deux mois et demi.

Il s'agissait avant tout de mettre à l'épreuve des véhicules habitables spéciaux aux pneus à basse pression, pouvant affronter la glace et l'eau, mais leur expédition était aussi l'aventure d'une bande de vieux amis rêveurs, dont plusieurs alpinistes de haut niveau, attirés par «le besoin spirituel de grands espaces», a expliqué mercredi leur chef Vassili Ielaguine aux journalistes.

Ils ont, certes, reçu l'appui des autorités russes, qui les ont transportés en bateau à leur point de départ, et leur ont fourni le carburant «presque gratuitement», mais ils ont construit eux-mêmes leurs camions, en réutilisant les pièces récupérées de leurs prototypes, à bord desquels certains d'entre eux avaient déjà conquis le pôle Nord en 2009.

Cette fois-ci, ils sont allés bien plus loin, emportant trois tonnes de carburant diesel pour leurs moteurs Toyota de 2 litres, et effectuant en autonomie totale un voyage de plus de 4000 kilomètres: 2600 km en 60 jours sur les glaces flottantes depuis l'archipel russe de Severnaïa Zemla vers l'ouest, puis encore 1500 km sur la banquise côtière plus solide, jusqu'à Resolute Bay au Canada. À l'arrivée, ils avaient encore environ 150 litres de carburant.

Avançant au pas, ou plutôt «à la vitesse d'un tracteur, soit 10 km/h», les sept hommes ont rencontré à cinq ou six reprises des ours blancs, «qui n'ont pas manifesté d'agressivité particulière» selon Ielaguine, et des phoques. Mais c'est un face-à-face avec un groupe de morses moustachus, déjà «du côté canadien», qui leur a fait la plus forte impression. Ils ont vu aussi «une aurore boréale exceptionnelle, illuminant le ciel entier».

Interdiction de marcher seul

Et «le ciel les a aidés», au moins une fois: arrêtés par une large ouverture dans les glaces flottantes, difficile voire impossible à franchir, ils hésitaient à la contourner, car il pouvait s'agir d'un détour d'une centaine de km, avec une issue incertaine et beaucoup de carburant brûlé.

Puis les glaces ont bougé et la voie d'eau s'est refermée, les camions ont avancé et, deux minutes après leur arrivée sur la glace ferme de l'autre côté, la grande fente s'est ouverte à nouveau...

La principale mesure de sécurité consistait, pour le camion ouvrant le convoi, à traîner derrière lui une corde longue de deux cents mètres. Ainsi, si la glace, parfois couverte par une couche de neige empêchant d'en mesurer l'épaisseur, cédait sous le poids du véhicule de tête, l'autre camion pouvait le remorquer en marche arrière pour le remettre sur la glace.

«Nous n'aimions pas tomber dans l'eau, car il fallait ensuite perdre trois heures à nettoyer la suspension, complètement couverte de glace», a expliqué Ielaguine.

Une autre précaution était la stricte interdiction de marcher seul sur la glace: si on tombe, lourdement vêtu, dans l'eau froide, on risque d'être incapable d'en sortir tout seul avant que l'hypothermie ne paralyse définitivement le corps.

L'accueil des Canadiens de Resolute Bay le 9 mai a été extrêmement chaleureux, se rappellent les explorateurs russes. Leurs camions ont été installés dans des garages de la petite ville canadienne.

Et en février 2014, l'équipe de «Marine Live-Ice Automobile Expedition» compte les reprendre pour continuer son chemin vers l'ouest et traverser le détroit de Béring - sa partie nord, sur la glace solide - pour regagner la côte pacifique russe.

Baptisés «Iemelia», du nom d'un personnage de fable russe, gros paresseux mais capable de voyager sur un four de cuisine magique sur lequel il dort, les véhicules pourraient connaître un avenir commercial: à son arrivée à Moscou, Vassili Ielaguine doit rencontrer des investisseurs intéressés par leur fabrication.


Vidéos

Photos