Mélodie Nelson

Chronique de Mélodie Nelson

Mélodie Nelson
Canoë

Les mecs font semblant de jouir

Mélodie Nelson

Presque tout le monde a déjà simulé un orgasme. Meg Ryan dans Harry met Sally. La fontaine en forme de dauphin dans Showgirls. Une amie qui n'aime pas baiser. Les escortes qui font semblant de lécher une autre escorte, mais qui salivent plutôt contre leur poing. Tout le monde sauf moi. Pas parce que je jouis à tout coup du bassin - pas du tout -, mais parce que je suis trop paresseuse pour faire l'effort d'une mise en scène d'orgasme.

80 % des femmes auraient déjà simulé, contre le tiers des hommes (les études proposent des chiffres allant de 17 % à 34 %, ce qui représente un pourcentage d'orgasmes inventés plus important que les mensonges par rapport à la taille ou au salaire que les hommes disent avoir sur des sites de rencontres, qu'ils sont 20 % à gonfler).

Rivaliser avec le modèle de l'homme toujours bandé

Quand les femmes et les hommes font semblant d'être au septième ciel, c'est souvent pour les mêmes raisons: trop de shooter de tequila, la fatigue, la crainte de décevoir l'autre et l'envie que la relation sexuelle ne se termine pas en dispute ou en malaise. Pour les hommes, il y a aussi des raisons plus liées au physique: parfois les hommes simulent, car ils veulent cacher une éjaculation précoce ou garder leur fierté après avoir perdu leur érection. Même si les femmes vivent aussi le stress de rentrer dans la case «avoir une sexualité normale» (répétons que ça n'existe pas, ce concept de sexualité normale, comme il n'existe pas une «vulve normale» ou un «pénis normal», tant qu'il y a consentement et pas de boutons ou de Jolly Frencher collé à votre gland, votre sexualité et votre sexe sont normaux), les hommes ont beaucoup de pression à ce niveau. Selon une idée ridicule, les mecs devraient absolument être toujours prêts, bandés, intéressés par un trip à quatre et en manque. Alors quand l'orgasme ne vient pas, sa masculinité est - faussement et bien malheureusement - mise en doute.

Comment les hommes simulent-ils?

Puisque c'est assez rare que la simulation d'orgasme masculin soit évoquée, les hommes s'en sortent plutôt bien, quand ils jouent à mimer l'extase, car peu de partenaires s'imagineront la tromperie, surtout quand il y a déjà présence de beaucoup de lubrification. Richard Herring, l'auteur de Talking Cock: a celebration of man and his manhood, évoque aussi différentes façons pour simuler l'orgasme: cracher sur le dos d'une femme alors qu'elle est à quatre pattes, enlever rapidement un condom vide et faire des grognements spectaculaires.

Faire semblant, c'est positif ou négatif?

Jean-Sébatien, un ami qui permet à mes enfants de détruire ses constructions de Lego de collection qui lui ont pris trois heures à faire, adapte son rythme à celui de sa copine. Il oublie son propre plaisir, pour qu'elle se sente bien pendant leur relation sexuelle. Incapable de jouir, il consulte une sexologue, qui croit que son blocage naît de la peur qu'il a de faire mal à sa chérie, qui souffre d'une condition de santé particulière.

Léa Séguin, une étudiante au doctorat en sexologie à l'UQAM, s'est aperçue que plusieurs hommes simulent pour des raisons d'altruisme et d'empathie, comme Jean-Sébastien. Dans son étude «Not all fakes are created equal: examining the relationships between men's motives for pretending orgasm and levers of sexual desire, and relationship and sexual satisfaction», elle remarque que simuler engendre des sentiments contradictoires.

«Dans ma recherche actuelle, les hommes indiquant avoir déjà simulé l'orgasme semblent ambivalents à ce sujet. D'une part, ils semblent trouver que c'est une bonne stratégie pour maintenir le mood pendant les relations sexuelles sans avoir à avoir une conversation là-dessus, devoir s'expliquer à leur partenaire, ou les blesser. D'autre part, la plupart des hommes perçoivent cette pratique comme étant mentir à leur partenaire, et donc, que c'est malhonnête. Presque tous les hommes interviewés à date me disent qu'ils ne supporteraient pas ce comportement de la part de leur partenaire, parce que ça suggère un manque de confiance», dit-elle, avant de suggérer que les hommes devraient tout simplement prévenir leur chérie lorsqu'ils ne pensent pas atteindre l'orgasme.

La franchise plutôt que la tentative de comédie

Ainsi, en se montrant ouvert et franc, la communication ne cache pas de malaise et permet de mieux articuler ses besoins sexuels. «La grande majorité de mon échantillon préférerait se faire dire par leur partenaire qu'il/elle n'atteindra pas l'orgasme, plutôt qu'il y ait simulation d'orgasme», explique-t-elle.

Afin de mieux connaître ce qui leur plaît comme sensations et stimulations, les hommes pourraient aussi se masturber plus souvent, en m'imaginant lécher un cornet de crème glacée végétalienne. De plus, diminuer sa consommation de drogue et/ou d'alcool serait un test intéressant à exécuter avant de croire que vous ne jouirez plus jamais avec votre Miss Tinder.

Avoir du plaisir sans jouir

Pour la chercheure Léa Séguin, ne pas jouir n'est pas nécessairement problématique: «À un homme incapable de jouir avec sa partenaire, je lui demanderais d'abord s'il perçoit ça comme un problème. Si c'est le cas, je lui suggérerais d'aller voir un sexologue afin de pouvoir comprendre la source de cette difficulté. Mais sinon, je lui suggérerais de se concentrer sur tout ce qui lui plaît des relations sexuelles avec sa partenaire et de ne pas se concentrer sur l'orgasme. L'orgasme peut être secondaire à l'échange sexuel et à la satisfaction sexuelle.»

Comme il est possible d'avoir du plaisir sans jouir, simuler peut entraîner des effets plutôt négatifs si les orgasmes de fantaisie se produisent lors d'une relation sexuelle désagréable. Léa Séguin renchérit que «dans ces cas-là, ça pourrait encourager des pratiques ou des comportements sexuels non satisfaisants de la part du partenaire.»

La simulation rendrait surtout malheureux quand une Miss Tinder découvrirait la tromperie. Sinon, c'est tout de même tristounet de jouer à faire semblant, car lorsque la gêne ou des insatisfactions ne sont pas communiquées, les acteurs d'un soir sont moins heureux au lit. Il est aussi impératif d'oublier que les mecs se doivent de performer en tout temps et de jouir sur commande. Rien n'est automatique. Sauf mon envie de pizza quand j'entends le mot «pizza».

Suivez-moi aussi sur melodienelson.com, un blogue adulte.

Aussi sur Canoe.ca:



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Photos

Vidéos