Mélodie Nelson

Chronique de Mélodie Nelson

Lettre à un futur homme

Lettre à un futur homme

 

Mélodie Nelson

Cher Ti-Brin,

Tu n'as pas encore de prénom, qu'un surnom, trouvé par ta mamie, qui te souhaite aussi coquin qu'un personnage de Passe-Partout. Moi je te souhaite avec dix doigts, dix orteils, un nombril plus beau que le mien et des yeux aussi curieux que ceux de ta sœur, qui n'aura qu'un an et demi et deux pouces de cheveux roux à ta naissance.

Je te souhaite dans ma vie, dans mes bras, dans la maison aux murs prêts à être coloriés à l'aide de crayons de cire lavables à l'eau chaude. Je souhaite être une bonne maman.

Ton papa a trois filles, ta sœur et deux grandes qui te traiteront comme un prince. Nous ne connaissons pas de petits garçons. Ton papa souhaite que tu n'aimes pas trop le hockey; il ne s'imagine pas à l'aréna chaque week-end.

Nous ne savons pas encore comment ce sera, de t'avoir avec nous. Est-ce que tu t'endormiras entre nous, comme ta sœur? Est-ce que tu pleureras de joie quand ton papa arrivera du travail? Est-ce que tu accepteras de porter les barrettes en forme de cœur de ta sœur, comme mes petits frères faisaient, trop heureux de jouer avec moi?

Et plus tard, comment je t'expliquerai ce qui se passe dans le monde, avec des images de bulletins télévisés défilant devant nos yeux, et des mots, des mots de femmes indiennes qui affirment vivre dans un monde d'hommes, fait pour les hommes?

Et d'autres images. Des images de garçons, encore mineurs, américains, qui ne se disent coupables de rien, après avoir violé une camarade de classe. Et des images de garçons et de filles, prisonniers d'une tuerie, dans une école, une école semblable aux autres écoles, semblable à l'école où toi aussi tu iras.

Est-ce que je te dirai assez souvent je t'aime pour que tu veuilles aimer les autres autant que je t'aime, déjà? Est-ce que je serai capable de te montrer que toutes les filles, tous les garçons, toutes les mamans, tous les papas, tous les professeurs, tous les coureurs automobiles, toutes les vendeuses de crème glacée, tous les concierges, tous les amateurs de mots croisés, tout le monde, quoi, tout le monde mérite d'être respecté.

Et qu'il est bien plus agréable de faire des châteaux de sable que de rêver à détruire l'avion en papier d'un voisin de ruelle. Est-ce que je serai aussi capable de t'expliquer que ce monde n'est pas nécessairement un monde facile pour les hommes non plus? Que les hommes n'ont pas le monopole de la bêtise, des faux jugements, de la violence?

Qu'est-ce que ça voudra dire, pour toi, de naître en 2013?

Tu auras une maman qui s'habille en robes trop courtes et qui aime chanter du Félix Leclerc, un papa qui aime blaguer et cuisiner des confits de canards, une sœur qui préfère les camions aux poupées. Peut-être un chien.

Mais surtout beaucoup d'amour, pas pour te préserver du mal du monde, mais pour t'ouvrir à un monde tout à toi, un monde qui t'appartiendra, que tu mouleras comme tu le voudras, avec des mains tachées de crayons de couleur.

Je bois un verre de jus d'orange à ta santé. Tu peux me kicker le foie pour me remercier.


Suivez-moi aussi sur melodienelson.com, un blogue adulte.



Vidéos

Photos