Le 21 avril 2014
CANOE.CA / HOMMES / CHRONIQUES / Conte de Noël: Le hasard et les étoiles
la chronique de
Mélodie Nelson
 

Conte de Noël: Le hasard et les étoiles

Canoe.ca  | 24 décembre 2012
Cette année, Henri avait écouté en entier la série Walking Dead, avait prié pour que Barack Obama soit réélu aux États-Unis, donné 200 $ à Médecins sans frontières, s'était acheté une casquette de bûcheron psychopathe comme celle de Peter Stormare dans Fargo, avait trouvé Mahée Paiement si mignonne dans sa publicité vantant l'allaitement qu'il avait offert tous ses parfums à son ex.

Il avait aussi eu une amante très expressive. Il avait aussi été reluqué par toutes les mamans à la garderie de son fils, fréquenté une fille qui jurait que Cinquante Nuances de Grey était le meilleur livre du monde, et fréquenté une autre fille qui s'était acheté un bikini hors de prix avant de partir à Cuba avec lui, préférant toutefois porter, à la plage, un une-pièce marron horrible.

Henri s'était juré que la prochaine année serait calme, qu'il travaillerait plus fort que tout le monde à la banque, qu'il ne mangerait plus les friandises achetées pour son fils de quatre ans et qu'il n'embrasserait plus que sa mère, sa grand-mère et sa voisine de 50 ans qui lui offre des croissants tous les weekends. Plus d'hystérique sado-maso, pour lui, ni d'obsédée du magasinage qui pleure tout le temps.

C'est toujours mieux chez les danseuses

Le 23 décembre, au lieu de quitter ses collègues rapidement, esquivant les souhaits enrhumés, Henri accepta l'invitation de Charles-Antoine. Quelques collègues se rendaient au Club Naked Star, pour prouver à un nouvel arrivé à la banque que les Québécoises étaient beaucoup plus jolies que les Belges de son pays natal.

Henri hésita à laisser son veston sur la chaise de son cubicule, pour ne pas avoir l'air trop coincé au bar, puis il se dit qu'il n'avait qu'à le laisser au vestiaire, avec son manteau. Il prit son portefeuille, compta le nombre de billets de cinq, de dix et de vingt dollars qu'il contenait. Il trouvait que ce n'était pas bête de commencer les vacances avec des filles au corps recouvert de brillants et aux cheveux plus doux que le poil de son chien saucisse, que son ex avait gardé.

Il marchait avec Charles-Antoine et Serge, ne se mêlant pas à la conversation, vérifiant sur son téléphone s'il n'avait pas reçu un texto d'un ami ou un courriel de son ex lui envoyant une photo d'un dessin de son fils. Il lut distraitement son horoscope pour le lendemain, qui prévoyait pour lui un achat important dans le domaine de l'immobilier et le besoin de se ressourcer sur une table de massage.

Au bar, Henri décida de payer une première tournée. Ses collègues trinquèrent aux filles sans vergetures. Les gars regardaient les filles, en se demandant lequel d'entre eux s'offrirait une première danse dans un isoloir. Charles-Antoine en paya une à Benoit le Belge, qui choisit une danseuse vêtue d'une jupe de collégienne et d'une blouse dangereusement prête à se détacher dès la prochaine respiration.

Henri en profita pour mieux reluquer les autres filles. Il y avait deux fées des étoiles, une blonde avec du rouge sur ses lèvres formant une moue perpétuelle, une fille ressemblant à Halle Berry et une autre qu'en bas résille noirs, se déhanchant sur la scène sur une chanson de Easy E.

Le sosie d'Halle Berry lui raconta qu'elle s'en allait dans les Laurentides le lendemain pour assister à la messe de minuit à l'église de Saint-Sauveur avec ses parents. Dos à lui, dans l'isoloir, elle faisait bouger ses fesses de manière excitante, mais sa conversation n'était pas à la hauteur. Il quitta le bar après deux autres bières.

Se coucher pour mieux se relever

Il s'arrêta pour manger un hamburger dans un casse-croûte et prit un taxi. Il pensa à son fils en regardant les vitrines des magasins. Il se demanda aussi comment son ex aurait réagi s'il lui avait demandé de se déguiser en fée des étoiles. Arrivé chez lui avant le bulletin télévisé de 22 h, il décida de se coucher tout habillé, légèrement déprimé de ne pas avoir eu plus de plaisir cette soirée-là.

Somnolent, il entendit tout de même quelqu'un sonner chez lui. Il se passa une main dans les cheveux, soupira et se leva, sûr qu'un de ses amis venait l'inviter à sortir dans une taverne près de chez lui. Surpris, il ne réagit pas immédiatement quand il se retrouva face à une jolie fille, les joues sublimées de brillants et de taches de rousseur.

- Euh, je suis bien chez Mélissa?

Elle tentait de voir à l'intérieur de l'appartement, une bouteille de champagne et un cadeau emballé dans un papier à motifs de petits canards.

- Je suis désolée, je pense que je me suis trompée d'adresse. J'arrive en retard au souper de Noël d'une copine, je devais me trouver une excuse pour partir vite de mon travail. Mon téléphone a besoin d'être rechargé. Je ne peux pas l'appeler chez vous? Pour connaître sa vraie de vraie adresse?

Du champagne et des chips

Henri la regarda téléphoner et la reconnut: c'était une des deux fées des étoiles du Club Naked Star. Il se demanda un instant si un de ses collègues n'avait pas persuadé une fille de lui rendre visite, mais devant l'air ennuyé de la fée des étoiles, qui tapait du pied sur son plancher en bois de cerisier, il se rendit à l'évidence. Le hasard est parfois le plus beau des cadeaux de Noël.

- Si tu ne réussis pas à rejoindre ton amie...
- J'ai acheté un super bon champagne en plus! Cinq étoiles, selon un journaliste! Veux-tu en prendre un verre avec moi? J'ai envie de célébrer un peu.

Henri bredouilla, accepta, ne sachant pas s'il devait ou non lui révéler qu'il l'avait admirée un bon moment un peu plus tôt. Ils passèrent la soirée à placoter un peu et à se rapprocher beaucoup. Ils rigolèrent du fait qu'ils venaient de la même petite ville de Gaspésie, célèbre dans la région grâce à une dame toujours habillée en Ninja Turtle.

En regardant un livre qu'Henri tentait de terminer depuis un mois, elle lui avoua qu'elle venait tout juste de commencer Cinquante Nuances de Grey. Henri ne put s'empêcher d'être déçu; une autre fille qui ne rêve qu'à des fouets et à des menottes.

- Je pense que je ne serai pas capable de le terminer. Ça ne m'excite pas, je trouve trop drôle tout ce qui est censé être super érotique. L'auteure parle de chocolat quand elle parle de sodomie. C'est dégueulasse!

La fée des étoiles se renversa sur Henri, en rigolant encore une fois. Elle posa une main sur son pantalon, la remonta jusqu'à l'aine.

- Tu sais, j'aurais bien aimé que tu me choisisses pour une danse, tantôt.

Elle lui fit un clin d'œil, alla chercher dans son sac à main son serre-tête étoilé et imposa à Henri de rester assis. Elle s'approcha de lui et se plaça entre ses jambes.

- J'aime vraiment ça, manger des chips au ketchup en buvant du champagne. Tu en as? Je peux aller au dépanneur?

Devant l'air ahuri d'Henri, elle ajouta qu'elle aimait pour vrai les chips au ketchup, mais bien moins que ce qu'elle s'apprêtait à lui faire.


Suivez-moi aussi sur melodienelson.com, un blogue adulte.


[an error occurred while processing this directive]

Chroniques

    [an error occurred while processing this directive]