Le 1er août 2014
CANOE.CA / HOMMES / CHRONIQUES / Créer une rencontre déterminante
 
 

Créer une rencontre déterminante

Canoe.ca  | 14 janvier 2013
Ma chronique Aide-moi Marc prétend aider tout le monde, avec n'importe quelles sortes de problèmes. Tout un défi! Bien sûr que je n'ai pas de solution à tout, mais je peux trouver une personne ressource pour tous les genres de problèmes. C'est une première piste de solution: se faire conseiller par quelqu'un qui s'y connaît.

Cette semaine, Isabelle m'écrit pour un problème d'ordre professionnel.

Bonjour M. Boilard,

Depuis le printemps 2006, j'ai vécu l'enfer si on peut appeler cela ainsi. Je travaillais pour une multinationale depuis 1998 et à cause d'une blessure faite à la maison, tout a été détruit autour de moi.

J'ai dû déclarer faillite à l'été 2007 et je dois me refaire. J'ai beaucoup de difficulté, car je n'ai plus de famille, et ce, par choix. De plus, cette entreprise a fermé ses portes en septembre 2012 et je suis maintenant au chômage.

Suite à cet évènement, j'ai été à huit reprises chez l'orienteur pour un choix qui finalement ne me mène nulle part. J'ai beaucoup de difficultés à me faire de nouveaux contacts et qui pourtant, semble très facile à faire pour d'autres personnes.

En espérant de vos nouvelles,

Isabelle

Le problème d'Isabelle a deux volets. La difficulté de se trouver un emploi, et celle de se faire des contacts. Ce n'est pas deux problèmes, mais deux conséquences à l'isolement. Comment faire des contacts professionnels? J'ai fait appel à Geneviève Piquette, consultante en recherche d'emploi.

«S'inscrire sur Linkedin.com, assister à des congrès/conférences dans son domaine, se faire des amis sur Facebook, se trouver un sport ou une activité qui va lui permettre de rencontrer des gens» explique Mme Piquette. Bref, sortir de chez soi, s'exposer, même virtuellement. On dit souvent que ce n'est pas ce qu'on connaît qui fait la différence, mais bien qui est-ce qu'on connaît.

«Comment est son état psychologique en ce moment ? Est-ce que son moral est
bon? Sinon, une consultation avec un psychologue en parallèle serait souhaitable» ajoute Mme Piquette. Il est impossible de voir clair si on a le moral dans les talons. Encore ici, d'aller vers les autres, amis ou un professionnel, peut tout changer.

Mme Piquette recommande aussi d'aller faire un stage ou parler avec des gens qui travaillent dans un domaine qui nous attire. «Ça permet de voir comment se passe le quotidien pour ne pas avoir de surprises dans la réalité», dit-elle.

Ce sera mon truc pour vous cette semaine: solliciter une rencontre «ciblée».

On est tous un jour ou l'autre dans une passe où on croit ne pas savoir ce qu'on veut, ou comment l'obtenir. Un des trucs les plus simples et efficaces est d'aller rencontrer quelqu'un qui fait déjà quelque chose qui nous branche.

J'ai déjà sollicité une rencontre avec René Angélil à l'époque où j'avais commencé comme gérant d'artiste. J'avais fait la même chose au cégep avec André Arthur à Québec. J'ai finalement fait un stage radio avec lui. J'ai écrit à Gilbert Rozon, fondateur du festival Juste pour rire, sollicitant une rencontre qui fut déterminante. Je lui dois mon entrée dans le showbiz.

Dans les trois cas, j'ai fait avancer ma carrière, en allant vers quelqu'un qui m'inspirait pour avoir ses conseils.

Osez approcher quelqu'un qui fait un métier qui vous stimule, même si ça semble impossible. Rares sont ceux qui réagissent mal à ce genre d'approche. Rares sont ceux qui le font.

Ce sont ces rencontres qui changent le cours des choses. «Go for it !»

Écrivez à Marc Boilard

[an error occurred while processing this directive]

Chroniques

    [an error occurred while processing this directive]