Le 22 septembre 2014
CANOE.CA / HOMMES / CHRONIQUES / Savoir dire non à madame
 
 

Savoir dire non à madame

Canoe.ca  | 29 octobre 2012

Salutations distinguées,

Voici la première lettre, fort intéressante, de Patrick.

Bonjour Marc,

Félicitations pour ta chronique!

Je vais sûrement te lire toutes les semaines. Du moins aussi longtemps que tu recevras un chèque. (Ha ha!)

De nos jours, les hommes en couple traditionnel ou les hommes de la maison sont considérés par leur conjointe comme étant un homme à tout faire. Dans nos moments, il faut être plombier, électricien, peintre et j’en passe… De plus, depuis 20 ans, il faut manier la spatule, le balai, la balayeuse, être un père exemplaire et encore là j’en passe… Les enfants maintenant demandent plus souvent leur papa que leur maman. Je sais que le monde n’est pas parfait et qu’il ne le sera jamais, mais comment un homme peut-il faire sa place avec toutes les attentes sans passer pour un écœurant? C’est bien beau de combler les attentes, mais à quel prix? Je le fais un peu par choix, mais surtout par obligation. Je suis convaincu que d’autres hommes passent par là sans en prendre conscience.

Patrick

Mon cher Patrick,

Voilà exactement le genre de question que plein de gars se posent, que peu communiquent, et pour laquelle aucun n’a de réponse. À vrai dire, ceux qui croient que ça ne les concerne pas ne l’ont juste pas encore vécu.

Je retiens deux questions dans ta lettre: «Comment un homme peut-il faire sa place avec toutes les attentes sans passer pour un écœurant?» et «C’est bien beau de combler les attentes, mais à quel prix?»

Je vais te dire personnellement ce que je pense à ce sujet. Aujourd’hui, un homme est soit rose soit macho. Ou bien il répond aux attentes des femmes en général, la sienne en particulier, ou bien il s’y oppose, et comme tu le dis si sagement, il passe pour un écoeurant.

Mais voilà, l’expérience démontre que les femmes ont besoin d’un homme qui sait leur dire non. Que ce soit au début du processus de séduction ou 20 ans et trois ados plus tard. Je ne sais pas pourquoi, mais je peux t’assurer que le gars conciliant, pour qui le compromis est facile, finit dernier.

Tu as peut-être entendu parler du livre Fifty Shades of Grey, l’ultime best-seller américain. Un homme riche initie une jeune diplômée (majeure, rassurez-vous) aux plaisirs du sexe, mais pas sur une plage romantique au clair de lune avec une bouteille de champagne et le bruit des vagues, mais attachée, menottée - la totale.

Et bien les femmes de tous âges se l’arrachent. Un roman qui raconte l’histoire d’une fille dominée. Le Harry Potter des femmes de tous âges. Bien sûr, ça ne veut pas dire qu'on peut se permettre de maltraiter les femmes, mais qu’on ne vienne pas me dire que ça n’est pas un tantinet révélateur…

Tu dis que c’est beau de combler les attentes, mais à quel prix? Ironiquement, pas seulement au prix de te sentir ordinaire, mais aussi au prix de descendre dans l’estime que ta blonde a pour toi.

Je n’ai pas un truc tout fait pour toi, mais une piste, que plein de gars en couple m’ont donnée.

Apprends à dire non. Pas sur des choses fondamentales, rien qui puisse mettre en péril ton couple, mais un peu partout ailleurs. Le choix du film, du resto, l’heure à laquelle tu vas rentrer à la maison... Incite ta blonde à faire des compromis sur des choses qui toi te branchent. Montre-lui que tu n’es pas un indien, mais bien un chef, et que le service à la clientèle, c’est chez Sears, pas chez vous.

Et bien entendu, quand on éteint la lumière, n’oublie pas la leçon de Fifty Shades of Grey: on n’est pas là pour avoir simplement du fun, mais pour faire trembler le sol!

Écrivez à Marc Boilard

[an error occurred while processing this directive]

Chroniques

    [an error occurred while processing this directive]