Eric Chandonnet

Chronique d'Eric Chandonnet

Éric Chandonnet
Canoë

Combien de temps avant de flusher quelqu'un?

Combien de temps avant de flusher quelqu'un?

Mais ça prend combien de temps avant de connaître quelqu'un pour vrai? La réponse courte: trop longtemps.Photo Fotolia

Éric Chandonnet

Autant sur les applications de rencontre que dans la bonne vieille réalité, on a accès à des milliers de personnes tous les jours. Et quand on est en pleine quête d'amour avec un grand A (ou au moins B+), il nous reste à déterminer le temps à investir sur chaque prospect pour se faire une idée juste. Après tout, la vie est courte et le bonheur n'est pas patient.

Mais ça prend combien de temps avant de connaître quelqu'un pour vrai? La réponse courte: trop longtemps. C'est pour ça qu'on cherche à couper les coins ronds.

En quelques secondes

Les apps de rencontre misent souvent sur des critères rapides à évaluer comme la face, les proportions et la qualité du français. («Sa va?») En personne, la première impression se fait aussi très rapidement. On entend sa voix. On voit son non verbal. On sent son odeur. (Ou on juge ses goûts de parfum.) Et graduellement, le charme opère. Ou pas.

Après quelques minutes

On se sent déjà apte à placer l'autre dans une certaine case. Est-ce la première et dernière fois qu'on se voit? Est-ce plus le genre de personne avec qui on se verrait partir dans le sud sans trop se parler? «Quand tu parles, bébé, ça brise le moment.» Est-ce quelqu'un avec qui on envisagerait peut-être une relation à plus long terme? Suspense.

Après trois mois

Si tout se passe bien après quelques rencontres, c'est là qu'on tombe semi-amoureux. On parle souvent de lune de miel pour les gouvernements lors des 100 premiers jours de leur mandat, c'est à peu près la même chose pour les relations amoureuses. La Trudeaumanie de chambre à coucher. Tout est nouveau, on vit plein de premières fois et les défauts sont encore adorables. Mais pour combien de temps?

Ça prend six mois

C'est après six mois qu'on peut enfin juger une relation avec quelqu'un. Les défauts sont presque tous sortis. Tu t'es même habitué à sa mâchoire qui craque. T'aimes sa façon de raconter sa journée. Vous avez vu le meilleur et le pire de l'autre. Il reste à déterminer si le positif excède le négatif. Mais après six mois, vous vous connaissez.

Six mois, c'est beaucoup trop long

Si on attendait toujours aussi longtemps avant de flusher quelqu'un, la vie serait pénible. C'est pourquoi on se fit souvent à notre instinct. Le problème avec l'instinct, c'est qu'il est grandement influencé par notre historique. Les gens avec un passé doux rempli de belles histoires ont tendance à être plus positifs et donner la chance aux cruiseurs alors que les gens avec un passé plus corsé sont plus négatifs et méfiants.

«Je ne suis pas difficile! Je sais ce que je veux!»

Il faut dire qu'en étant pessimiste, on ne se trompe jamais. On sait à l'avance que ça ne marchera pas. On prévoit que ça ne marchera pas. Et finalement, grosse surprise, ça ne marche pas. Mais c'est une prophétie autoréalisatrice. Notre attitude influe grandement sur le résultat.

Quand on se trompe en passant trop de temps sur quelqu'un de plate, on perd notre temps. Mais quand on se trompe en jugeant trop vite quelqu'un de bien, on perd quelqu'un de bien, et beaucoup de bon temps.

Mais bon, il y a aussi des fois où ça ne fonctionne juste pas. Pas besoin de se rendre malade pendant trois semaines avant d'accepter qu'on n'aime pas le boudin. C'est la même chose avec les humains. Si l'autre est toujours bête avec les employés du restaurant ou qu'il éternue sur la machine Interac, c'est correct de se sauver en courant.

Suivez-moi aussi sur Facebook.

Aussi sur Canoe.ca:



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos