Nicolas Fréret
Canoë

Alex Harvey, un Québécois au sommet de sa forme

Alex Harvey, un Québécois au sommet de sa forme

Le Québecois Alex Harvey, après sa victoire au 15 km style libre de la Coupe du monde de ski de fond à Ulricehamn, en Suède, le 21 janvier 2017.Photo Adam Ihse / AFP

Nicolas Fréret

À l'occasion de la finale de la Coupe du monde de ski de fond à Québec, nous rejouons cette fin de semaine cet article sur le fondeur québécois Alex Harvey, qui est depuis devenu champion du monde du 50 km. Alex va tenter de préserver sa troisième place au classement général et ainsi finir sa saison en beauté sur la troisième place du podium de la Coupe du monde.

****

Notre homme de la semaine a «l'impression d'être au sommet de [sa] forme». Quand il nous a fait cette confidence, il y a quelques jours, depuis Munich, en Allemagne, ce champion québécois de ski de fond, spécialiste des épreuves d'endurance - mais aussi très bon au sprint - ne savait pas encore qu'il allait contribuer à écrire l'histoire du sport canadien. Car non seulement notre homme de la semaine, Alex Harvey, est monté sur le podium d'une coupe du monde pour sa troisième course d'affilée ce week-end, mais il a décroché avec ses trois coéquipiers une médaille (de bronze) en relais (4 x 7,5 km), ce qui n'était jamais arrivé.

«Je vais me souvenir de cette journée pour le reste de ma vie!» s'est-il enthousiasmé peu après cette fin de semaine de feu sur la neige suédoise où les couleurs du Canada ont été mises de l'avant comme rarement.

Après avoir créé la surprise en duo avec son ami Lenny Valjas en remportant la victoire au sprint par équipe à Toblach en Italie, le 15 janvier, Alex Harvey a passé le premier la ligne d'arrivée du 15 km style libre samedi à Ulricehamm en Suède, ajoutant ainsi une sixième médaille d'or à sa collection. Le lendemain, c'est donc en relais qu'il s'est distingué, laissant exploser sa joie avec ses coéquipiers.

Alex Harvey est quatrième au classement général de la Coupe du monde de ski de fond et peut légitimement espérer finir la saison en beauté, sur les plaines d'Abraham.

C'est en effet officiel, la finale de la Coupe du monde du 16 au 19 mars, prévue initialement à Tyumen en Russie, sera organisée à Québec. Les Russes avaient renoncé à accueillir cet événement majeur à la suite du scandale de dopage généralisé qui a éclaboussé le pays. L'an passé la Ville de Québec avait fait très bonne figure et la fédération internationale a décidé de lui confier de nouveau les rennes de ce grand rendez-vous sportif hivernal.

L'athlète de 28 ans, originaire de Saint-Ferréol-les-Neiges, est absolument ravi de clôturer sa saison devant les siens à la maison.

Des objectif en or

Parmi ses autres grands objectifs de l'année, il y a les Championnats du monde, qui auront lieu du 21 février au 5 mars à Lathi, en Finlande. S'il est toujours aussi en forme à ce moment là, il y a de bonnes chances qu'il s'aligne sur la plupart des épreuves au programme. Il croit notamment qu'une médaille d'or au sprint par équipe avec Valjas est parfaitement réaliste.

Parallèlement à sa carrière de fondeur professionnel, Alex Harvey va à l'université à temps partiel, où il étudie le droit. «Je prends des cours l'été et l'automne», a-t-il expliqué, ajoutant qu'il dispute des courses en Europe du mois de novembre au mois de mars sans revenir au pays. À raison de deux cours l'année, il pense obtenir son bac d'ici trois ou quatre ans. À long terme, il se voit avocat.

Ceci dit, il n'est pas encore prêt à laisser tomber les compétitions de ski de fond au plus haut niveau. D'autant que le ski de fond d'endurance est un sport de maturité. «Je veux continuer à performer, confirme-t-il. Je pense que je m'arrêterai quand je n'aurai plus de motivation, quand les compromis que je suis obligé de faire dans ma vie au profit de ma carrière ne seront plus supportables.»

Mais pour le moment, «la motivation est là à 100 %», assure-t-il, avec les Olympiques dans le viseur, l'hiver prochain, en Corée du Sud.

Hors saison

En dehors de la saison, Alex Harvey continue de faire beaucoup de sport, notamment de la course à pied, du vélo et, pour ne pas perdre le rythme et la technique, du ski à roulettes, une discipline qu'il promet ne plus jamais faire quand il sera «à la retraite». «À moins d'être un très grand fan de ski de fond, je ne vois pas trop l'intérêt de faire ça, dit-il en riant. Moi ce que j'aime, c'est la sensation de glisse sur la neige. Là, sur l'asphalte, avec toutes les vibrations, ce n'est pas plaisant. Mais pour l'entraînement, je n'ai pas le choix.»

Jamais sans son déo Old Spice

Alex Harvey dit suivre les tendances de la mode et prendre soin de lui, mais il ne s'embarrasse pas trop de produits de beauté pour hommes. «La seule chose que j'apporte en Europe, raconte-t-il, ce sont mes batons de déodorants Old Spice Pure Sport que je n'arrive pas à trouver là bas.» Alors il part pour l'hiver avec six ou sept bâtons dans la valise. Si la marque cherchait un athlète à commanditer, il se pourrait qu'elle l'ait trouvé.

Persévérance

Parmi les sujets évoqués avec le champion québécois, nous avons parlé de son implication, avec apparemment beaucoup de coeur, pour plusieurs causes, et en particulier celle de la persévérance scolaire.

«Je me considère chanceux, ma mère est médecin, mon père est ingénieur, je voyage depuis que je suis tout jeune, on n'a jamais eu de problèmes financiers , on a toujours été en santé, j'ai eu une jeunesse heureuse, mais ce n'est pas le cas pour tout le monde, alors j'ai envie de redonner quand je peux, c'est important, explique-t-il. Surtout quand, comme moi, on fait un sport individuel, très égoïste, même s'il faut être égoïste si tu veux devenir le meilleur au monde. Alors m'impliquer, ça me gratifie. J'ai l'impression de faire quelque chose de plus grand qu'en faisant du ski de fond. Je vais voir les jeunes dans les écoles et je leur raconte tout ce que les médias ne racontent pas quand on parle de moi, les mauvaises journées à l'entraînement, les moments difficiles qu'il faut surmonter. Je leur dis qu'il faut parfois savoir endurer, mais qu'il faut surtout croire en leurs moyens et persévérer pour arriver à leurs fins.» Et Alex Harvey n'est pas arrivé tout en haut par hasard.

À la suite de l'entrevue, Alex Harvey a accepté de répondre au questionnaire psycho-pop de canoe.ca, qui vous donnera une idée de l'homme qu'il est:

Question: Ton portrait en cinq mots?
Réponse: Tripeux, perfectionniste, critique, curieux et j'aime argumenter

Ta tenue vestimentaire préférée?
Jeans, t-shirt avec une chemise ouverte par dessus, Blundstone

Ton accessoire (de mode) préféré?
Lunettes soleil

Barbe, moustache, ou rasage intégral?
Barbe

Poilu ou épilé?
Poilu mais trimé

Tatoué ou percé?
Tatoué

Thé ou café?
Café, café, café

Bière ou vin?
Vin

Auto ou vélo?
Auto

Ton sport préféré en dehors du ski de fond?
Le vélo

Ton équipe de sport préférée?
Les Patriots de la Nouvelle-Angleterre

Ton plat préféré?
Le Mixed bowl de Sophie, ma copine. C'est sa version du Poke Bowl.

Ta pâtisserie préférée?
Chocolatine

Ton alcool préféré?
Gin

Mer ou montagne?
Mer

Ta ville préférée?
Vancouver

Ton pays préféré?
Norvège

Ton endroit préféré?
Chez moi!

Ta saison préférée?
L'été

Ton resto préféré?
L'affaire est Ketchup

Ton sentiment préféré?
Le stress

Ton émotion préférée?
L'excitation

Ta principale qualité?
Perfectionniste

Ton principal défaut?
Perfectionniste

Ta plus grande aptitude physique?
Capacité de récupération

Optimiste ou pessimiste?
Optimiste

Sensible ou cynique?
Sensible

Bouger ou se reposer?
Bouger

Quel sentiment t'inspire le dopage?
Le dégoût

Un homme que tu admires?
Barack Obama

Une femme que tu admires?
Angela Merkel

Ta personnalité québécoise préférée?
Martin Matte

Le plus beau spot pour faire du ski de fond?
À Davos, en Suisse

Laquelle de tes courses gardes-tu le plus en mémoire?
Le Sprint sur les plaines d'Abraham, le 4 mars 2016

Laquelle de tes courses a été le plus gros clavaire?
Les Jeux Olympiques de Sotchi

Ce que tu aimerais que l'on retienne de toi, humainement?
Ma facilité d'approche

Ce que tu aimerais que l'on retienne de ton parcours de sportif?
Ma longévité au plus haut niveau

Que feras-tu après ta carrière d'athète?
Mari, père, avocat et week-end warrior!

Ton plus grand rêve?
Être bon pour de vrai en surf



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Photos

Vidéos