Nicolas Fréret
Canoë

Normand Piché, nageur-porteur de rêves

Normand Piché, nageur-porteur de rêves

Le nageur québécois en eau libre Normand Piché.Photo Annie-Claude Roberge

Nicolas Fréret

L'homme de la semaine est un rêveur en eau libre, un nageur d'aventure en aventure qui construit sa vie au fil de ses défis. Lors de sa dernière expédition, notre homme de la semaine, Normand Piché, est parvenu à relier les cinq continents à la nage en seulement 74 jours. Une première. Mais ce n'est pas l'exploit ou le record qu'il veut que l'on retienne. Il préfère que l'on s'attache à ce qu'il symbolise: l'union des peuples. Comme pour son défi, il faut de la détermination, mais il est convaincu que c'est réaliste!

«Je suis une tête de cochon. Quand je décide d'atteindre un objectif, même si j'ai mal, je continue, j'endure», affirme-t-il, en prenant l'exemple de sa traversée du Pacifique entre la Papouasie et l'Indonésie au cours de laquelle il s'est fait «bouffer» par les méduses «du début à la fin». «J'avais tellement l'objectif dans la mire que j'ai continué d'avancer, malgré les brûlures, malgré les douleurs», raconte-t-il. Je parlais avec mon conscient pour me distraire. Je hurlais dans l'eau.»

Le Montréalais de 45 ans est le premier natif des Amériques à réaliser ce défi, et le premier au monde à passer sous la barre des 100 jours.

Il a nagé un total de 100 km de l'Alaska à la Russie (Amérique-Asie) via le détroit de Béring dans une eau à 4 degrés, de la Papouasie à l'Indonésie (Asie-Océanie) via l'océan Pacifique à environ 25 degrés, de la Grèce à la Turquie (Asie-Europe) via la mer Égée, du Maroc à l'Espagne (Afrique-Europe) via le détroit de Gibraltar, et enfin de l'Égypte à la Jordanie (Afrique-Asie) via la mer Rouge.

Durant son périple, il a été confronté aux mauvaises conditions météorologiques et à des soucis administratifs pour obtenir les visas nécessaires de tous les pays qu'il a foulés, mais là encore, il n'a jamais baissé les bras. Lui et son équipe sont parvenus à trouver des solutions à tous les problèmes auxquels ils ont été confrontés.

Parmi les intenses émotions qu'il a vécues, Normand se souviendra probablement longtemps de ce qu'il a ressenti en mer entre la Grèce et la Turquie, «en empruntant le même corridor que les migrants» qui prenaient tous les risques pour fuir leurs conditions de vie.

«De savoir que des centaines de personnes se sont noyées là alors que, moi, je suis en train de réaliser un rêve, je me suis vraiment senti comme un imposteur.»

Il raconte d'ailleurs avoir été hanté en nageant par les errements de son imagination et cette frousse terrible de tomber sur le corps d'un enfant. On l'avait prévenu que c'était possible. Il en a été épargné.

Deux années ont été nécessaires pour mettre cette expédition hors-norme sur pied.

«Ça a été un gros défi physique, mais j'étais super bien préparé, dit-il. Le plus dur, ce sont finalement les entraînements. Au début, je nageais 3 km par semaine, mais à la fin, c'était plutôt 60 km.»

À son retour au Québec, Normand Piché dit avoir ressenti une grande joie, rapidement remplacée par une douce nostalgie, mais aussi un «sentiment très puissant de fierté d'avoir atteint [son] plein potentiel».

«Je me sens aujourd'hui plus fort au niveau physique, mental et spirituel», confie-t-il, insistant sur le fait que les multiples rencontres qu'il a eu la chance de faire autour de la planète lui avaient beaucoup appris humainement.

«La plus belle richesse que l'on a entre êtres humains, ce sont nos différences. Si on s'ouvre au monde, le monde s'ouvre à nous», assure-t-il, philosophe.

Au cours des prochains mois, Normand va partager son expérience au travers de conférences. Il y aura aussi un livre et un film documentaire.

Dès son retour, il a tenu à se remettre à l'entraînement, pour rester sur l'adrénaline et mieux se projeter.

«Je me sens en feu, je déplacerai des montagnes», a-t-il illustré.

Lui et son équipe organisent en ce moment un grand événement pour célébrer la réussite de son expédition entre les cinq continents. «Je vais faire le récit de l'aventure appuyé par des images vidéo, un documentaire scénique à l'image de la formule des grands explorateurs, mais avec l'aventurier sur scène.» Cela aura lieu autour de la fin mars, a priori dans un théâtre montréalais.

Et parmi ses grands projets, il envisage, sans doute à la fin de l'été, de traverser le lac Léman, en Suisse, pour se rendre au bureau des Nations unies à Genève, où il remettra tous les rêves des gens qu'il a croisés durant son périple et qu'il a précieusement et symboliquement protégés à l'intérieur de sa bouée de sauvetage.

Et vous pouvez, vous aussi, partager votre rêve via le site internet de l'expédition. Il se rendra lui aussi jusqu'aux Nations unies.

À la suite de l'entrevue, Normand Piché a accepté de répondre au questionnaire psycho-pop de canoe.ca, qui vous donnera une idée de l'homme qu'il est:

Question: Ta tenue vestimentaire préférée?
Réponse: Jeans, t-shirt et running

Ton accessoire (de mode) préféré?
Ma montre Polar

Barbe, moustache, ou rasage intégral?
Rasé

Poilu ou épilé?
Poilu

Tatoué ou percé?
Ni un ni l'autre. Mais je pense me faire tatouer le logo des 5 continents à la nage.

Thé ou café?
Café

Bière ou vin?
Vin

Auto ou vélo?
Je préfère le vélo mais j'utilise plus mon auto

Ton sport préféré?
La natation en eau libre

Ton équipe de sport préférée?
Les Canadiens bien entendu

Ton plat préféré?
La soupe tonkinoise et les tapas

Ta pâtisserie préférée?
Le gâteau chocolat

Ton alcool préféré?
Le champagne et ses petites bulles

Mer ou montagne?
La mer, surtout sur le bord d'une montagne

Ta ville préférée?
Pendant l'expédition je suis littéralement tombé en amour avec Tarifa en Espagne. C'est magique.

Ton pays préféré?
La Terre

Ton endroit préféré?
Le bord de mer (ou dedans)

Ta saison préférée?
L'été

Ton resto préféré?
Cafe El Frances à Tarifa pour ses tapas et son ambiance, et Dong Que dans Rosemont-La Petite-Patrie à Montréal pour ses soupes Pho.

Ton sentiment préféré?
La liberté

Ton émotion préférée?
L'amour

Ta principale qualité?
Mon courage

Ton principal défaut?
Mon courage 

Optimiste ou pessimiste?
Totalement optimiste

Sensible ou cynique? à
Ultra sensible

Bouger ou se reposer?
Définitivement BOUGER

Un homme que tu admires?
Guy Laliberté

Une femme que tu admires?
Ma mère

Ta personnalité québécoise préférée?
J'ai beaucoup de respect pour l'ensemble de l'oeuvre de Pierre Lavoie.

Lequel de tes défis/exploits aimerais-tu que l'on retienne?
L'expédition des 5 Continents à la nage pour l'instant, la prochaine expédition* éventuellement.

Ce que tu aimerais que l'on retienne de toi, humainement?
Que c'est possible de réaliser ses rêves...

Ce que tu aimerais que l'on retienne de ton travail?
Que j'ai eu un impact sur les jeunes... qui ont le futur entre leurs mains.

Ton plus grand rêve?
Je viens tout juste de le réaliser, c'est fou! J'ai encore de la difficulté à y croire.

*«Maintenant, je souhaite poursuivre dans cette même direction, continuer de nager, a précisé Normand. Repartir en expédition, voir le monde, découvrir. Je pense à relier l'Amérique du nord à l'Amérique du sud (Panama-Colombie) prochainement. Potentiellement le Cook Strait en Nouvelle-Zélande (une des plus difficiles traversées au monde à cause des courants et des vagues). Et, peut-être un jour, réaliser quelque chose de plus grand encore, de plus fou, qui sait. J'ai la tête pleine d'idées. Tout est en gestation pour l'instant...

À plus grande échelle, je rêve de voir l'humain plus ouvert à la différence car c'est à mon avis notre plus belle richesse collective. Je rêve de plus d'union, de solidarité, de compréhension et d'égalité entre les peuples. Je rêve de paix et je crois que c'est possible

Les photos 1,3 et 5 sont signées Annie-Claude Roberge / Les photos 2 et 4 ont été prises par le photographe de l'Agence QMI Sébastien St-Jean

Aussi sur Canoe.ca:



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Photos

Vidéos