Yan Lauzon
Agence QMI

«Les magnifiques»: une comédie qui a du punch

«Les magnifiques»: une comédie qui a du punch

PHOTO COURTOISIE / ICI Radio-Canada Télé

Yan Lauzon

La comédie à sketchs avait grand besoin d'un nouveau souffle à la télé québécoise. Ça tombe bien: l'émission «Les magnifiques» a tout ce qu'il faut pour faire rire, divertir et déstabiliser.

Portée par un solide quatuor de femmes formé de Léane Labrèche-Dor, Julie Ringuette, Geneviève Schmidt et Marie-Hélène Thibault, la comédie qui entrera en ondes à ICI Radio-Canada le 12 janvier prochain est à la fois irrévérencieuse, absurde et surprenante.

On ne s'ennuie pas avec cet élan de «girl power» qui s'amuse à se moquer de la gueule des gars (Frédéric Pierre, Dominic Paquet et Martin Vachon ne laissent tout de même pas leur place) et qui donne lieu à des confrontations féminines corrosives.

Courts, mais intenses

Là où «Les magnifiques» frappe le plus fort, c'est en carburant avec intelligence à l'absurde. Grâce à des situations loufoques, bien sûr, mais aussi à des répliques tranchantes.

Impossible, donc, de rester de marbre quand une maison est envahie par de drôles d'individus car elle n'a pas été protégée par un filtre antipourriel, lorsqu'un couple ressent des sueurs froides à l'idée de ne pas terminer sa lasagne, quand une conductrice peine à reprendre la route à bord de sa voiture garée tout juste derrière une autre, mais à mille lieues du véhicule qui la suit, ou quand une «amie» en console une autre après avoir amorcé une relation amoureuse avec son ex («Tu l'as eu huit ans... Moi, je l'ai depuis trois jours. C'est qui la chanceuse?»).

Chacun des épisodes contient quelque 20 sketchs léchés d'une durée variant de 30 secondes à trois minutes mettant en scène de nombreux personnages et des lieux divers. Si quelques-uns sont moins réussis que d'autres (quantité oblige), ils n'altèrent pas du tout l'ensemble et gardent intact les revirements et les dénouements.

L'étoile à Marie-Hélène

Le timing quasi impeccable des blagues, l'interprétation tout sauf excessive et l'absence de morale font qu'on prend rapidement plaisir à s'inviter dans ce nouvel univers.

Si les quatre comédiennes se renvoient efficacement la balle et profitent de leurs moments pour briller, la palme du jeu pour les trois premiers revient à Marie-Hélène Thibault, dont le retour à l'humour est accueilli avec joie.

Qu'elle soit professeure de maternelle s'improvisant coach de football, policière versant des larmes pour gonfler le montant d'une contravention ou femme privée de toute expression faciale par le Botox, elle touche chaque fois la cible avec assurance.

«Les magnifiques» comptera sur 12 épisodes en format de 30 minutes. L'émission sera offerte les vendredis à 21 h 30 dès le 12 janvier.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos