Samuel Pradier
Agence QMI

La Voix: le talent exulte des derniers duels

Les derniers duels de La Voix 5

Voir en plein écran

Samuel Pradier

Les derniers duels de cette cinquième saison de La Voix ont encore une fois réservé leur lot de surprises et de déceptions.

En ouverture de la soirée, Zaya Solange s'est retrouvée face à Gabrielle Osaigbovo avec une chanson qui permettait toutefois aux deux filles de pouvoir démontrer tout leur talent. «On a eu un peu de mal pour monter les harmonies sur la chanson. Mais dans l'ensemble, ça s'est bien passé. J'étais assez détendue. Être sur scène est ce que j'aime le plus dans la musique, j'aime faire partie de ce monde, chanter devant du public. Avant de débuter, j'ai intensément le trac, mais une fois que j'y suis et que la musique commence, je suis chez moi.»

Parce qu'elle a beaucoup accompagné des orchestres de jazz où l'impro fait partie de la performance, Zaya confie qu'elle a une aisance qui lui permet de tout chanter. «Je chante le plus naturellement possible. Ce n'est pas travaillé. Chaque fois que j‘interprète une chanson, je chante différemment en fonction des paroles et des intentions du texte.»

Après avoir remporté cette étape, elle espère juste pouvoir continuer à avoir du plaisir. «J'aimerais continuer à partager ma passion avec les gens. Je suis vraiment venue à La Voix pour m'exposer à la scène musicale québécoise. J'espère que, dans mon futur, il y aura des albums, mais ce n'est pas le but, j'avais surtout envie de faire partie de cette aventure.»

Une voix originale

Musicien et chanteur depuis de nombreuses années, Alexandre Farina n'avait aucun but en venant participer à La Voix. «J'aimerais faire carrière dans la musique, mais je suis réaliste. Je ne me fais pas d'illusion. Si quelqu'un m'appelle pour me faire signer un contrat, je serais très content.»

Il a quand même été rassuré d'avoir été mis en duel avec quelqu'un de son âge qui comprenait le métier. «Ça n'a pas été compliqué à monter comme numéro, surtout avec Audrey qui vit déjà de la musique. Sur scène, j'étais assez relax sur scène pour une fois dans ma vie. Le fait d'être avec Audrey fait que j'étais moins nerveux. On a pu se parler et apprendre à se connaître. On a développé une forme d'amitié.»

Les éloges reçus de la part des coachs à la fin de sa prestation l'ont aussi mis en confiance. «Je ne suis pas un chanteur à voix et j'ai donc été très content qu'elle me choisisse.»

Solidité et expérience

En duel face à Joshua Moreno, Frank Williams était inquiet pour son avenir. «Joshua a une voix très différente de la mienne. Ce n'était pas évident au départ, il a fallu beaucoup de répétitions. Au départ, je me disais que la chanson allait mieux avec sa voix, plutôt qu'avec la mienne. Il a fallu que je travaille beaucoup pour arriver à bien la chanter.»

Les années d'expérience de Frank ont toutefois fait la différence lorsque les deux chanteurs sont arrivés sur scène. «Joshua était vraiment stressé et ça ne lui a permis de faire ce qu'il voulait.»

Le Néo-Brunswickois trouve sa plus grande source de motivation pour se dépasser à La Voix dans son père, qui est actuellement en soins palliatifs suite à un cancer. «Depuis que j'ai annoncé à mon père que j'allais faire La Voix, ça lui a donné une décharge d'énergie. Si l'émission peut lui avoir donné ça, ça me motive encore plus.»

Le chanteur reste réaliste quant à ses chances de réussir dans la musique. «Si j'avais la chance, j'aimerais vivre de la musique. Je sais que ce n'est pas un monde facile. La Voix pourrait m'ouvrir plusieurs portes, on verra ce qui va arriver.»



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos