Le feu vert à un réseau presque sans infos

TQS devant le CRTC - Le feu vert à un réseau presque sans infos

Marie-France-Lou Lemay
Le Journal de Montréal

Dernière mise à jour: 27-06-2008 | 16h20

L'information sera réduite presque à néant à TQS. Le CRTC a donné hier le feu vert à Remstar pour l'achat de TQS selon certaines conditions, dont celle de présenter deux heures d'information par semaine.

Alors que Remstar voulait mettre la clé dans le service des nouvelles à TQS, la compagnie appartenant à Julien et Maxime Rémillard a dû revoir sa décision lors des audiences tenues par le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) en promettant des capsules de nouvelles contenues dans des émissions d'information locale.

Le CRTC a accepté cette version amaigrie du service de l'information, bien qu'elle soit très inférieure à ceux des autres stations de télévision généraliste.

«La détention d'une licence pour l'exploitation d'une station de télévision traditionnelle s'accompagne de certaines responsabilités et obligations, dont celle d'offrir aux téléspectateurs un niveau suffisant de nouvelles locales», a expliqué Konrad von Finckensten, président du CRTC.

«La proposition du CRTC était loin de répondre à cette exigence. Dans ce cas, nous avons tenu compte de la situation financière précaire de TQS et nous permettrons, comme mesure à court terme et exceptionnelle, la diffusion d'une quantité réduite de nouvelles locales.»

TQS a perdu 225 millions de dollars depuis ses 22 années d'existence, souligne le CRTC.

Une décision qui désole le Syndicat de l'information de TQS. La précédente licence exigeait au moins 14 heures de nouvelles.

«On est très déçus compte tenu du fait que le public et les différents paliers de gouvernement étaient très clairs, l'information locale et régionale devait demeurer à l'antenne de TQS», explique Luc Bessette, aussi porte-parole des syndicats.

L'obligation de diffuser de l'information la fin de semaine conforte un peu le syndicat. «Ça nous réconforte de voir qu'il y a cette préoccupation-là», dit-il.

Le syndicat craint maintenant que Remstar se serve de la sous-traitance en faisant appel à des producteurs indépendants. Une situation qui pourrait arriver, indique Serge Bellerose vice-président et directeur général de TQS.

Ministre déçue

Christiane Saint-Pierre, ministre de la Culture, des Communications et de la Condition féminine, s'est dite «déçue» et aurait aimé le retour du bulletin d'information traditionnel. «En tant qu'ancienne journaliste (elle a exercé le métier durant 31 ans), je crois énormément à l'information locale et régionale avec la présence de journalistes sur le terrain», explique-t-elle.

Les conditions émises par le CRTC ont satisfait les frères Rémillard. Selon Serge Bellerose, vice-président et directeur général de TQS, «la réaction était très positive».

En tout, 258 employés de TQS perdront leur emploi dans tout le réseau. À la fin des mises à pied au début de septembre, la station en comptera 220.


Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos