Jocelyne Cazin en «pause plaisir»

À 57 ans - Jocelyne Cazin en «pause plaisir»

David Patry
Le Journal de Montréal

Après 34 années de journalisme, dont 24 au service de TVA, Jocelyne Cazin tire sa révérence. La femme de 57 ans s'offre une année de réflexion et de repos. «Ma pause plaisir», dit-elle.

«Je réfléchissais à cette possibilité depuis janvier, affirme Jocelyne Casin, jointe au téléphone. Je vois des gens tomber autour de moi et je n'avais pas envie de tomber à mon tour.»

Celle qui a notamment animé J.E. pendant huit ans, dont six aux côtés du regretté Gaétan Girouard, a commencé sa carrière à la radio. Elle a été la première femme à couvrir les faits divers à Montréal. C'était en 1979.

Dans les dernières années, les téléspectateurs pouvaient l'entendre sur les ondes de LCN le matin, où elle agissait comme éditorialiste et donnait son opinion. Elle fera sa dernière intervention le 10 juin.

Elle quitte donc le journalisme et souhaite se tenir loin des obligations de performance inhérentes à son métier pour la prochaine année.

Elle entend voyager et se concentrer sur les causes qu'elle appuie, notamment celle de la maison des jeunes Kekpart de Longueuil, dont elle est porte-parole, de la Société canadienne de la sclérose en plaques et sur quelques colloques et conférences qu'elle anime.

«J'ai aussi ma propre cause, c'est-à-dire moi-même, ajoute-t-elle. Dans la prochaine année, je vais accepter des activités ponctuelles, mais rien de régulier.»

Un métier qui change

TVA lui a offert un contrat pour 2009. Elle s'occupera de la formation des journalistes du réseau. Une offre qu'elle a acceptée puisqu'elle alliait deux de ses passions, le journalisme et la jeunesse.

«On manque de relève. Et il n'y a pas beaucoup de mentorat qui est fait dans les entreprises», déplore-t-elle.

En 34 années de carrière à la radio et à la télévision, la journaliste a vu son métier changer. Et pas toujours pour le mieux.

Bémols

«Je mets des bémols sur plusieurs aspects de mon métier à l'heure actuelle», indique-t-elle, sans vouloir s'étendre davantage sur la question.

Mais sa décision, explique-t-elle, n'a rien à voir avec des pressions de son employeur. «Dans ma carrière, je n'ai jamais été tassée. Je n'ai jamais senti qu'on me montrait la porte. J'aime mieux partir quand je suis au sommet de mes affaires», conclut-elle.

Depuis deux ans, Jocelyne Cazin commente l'actualité deux fois par semaine à LCN le matin, émission animée par Jean-François Guérin et Karine Champagne.


Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos