La voix: une surprise totale

TVA - La voix: une surprise totale

 

Marc-André Lemieux

Dernière mise à jour: 11-02-2013 | 12h05

Encore une fois, c’est un candidat rejeté par les coachs qui a volé la vedette hier soir à La voix, mais pour une tout autre raison. Pas de crise de nerfs. Pas de malaise. Seulement une surprise… totale. Son nom : Simon Lacerte. Sa chanson : une reprise irrésistiblement soul du célèbre I Lost My Baby de Jean Leloup. Ariane Moffat a bien résumé la situation dans ses commentaires d’après-match : «Je m’attendais à une grande Black!»

Et nous aussi… Car Jean Lamoureux et son équipe n’ont montré aucune image du concurrent pendant son tour de chant, histoire de faire vivre aux téléspectateurs le principe d’audition à l’aveugle. Soudainement, on devenait coach. Privé de visuel, on devait porter une attention particulière à l’instrument du participant mystère.

Le réalisateur avait tenté l’expérience en début de saison, mais les coachs s’étaient retournés trop rapidement. Et personne n’avait été étonné en voyant la personne derrière la voix.

Hier soir, on croyait tous entendre une femme. Et aucun coach n’a appuyé sur son bouton. Après le dévoilement, ils parlaient tous en même temps tellement le choc était grand. «Vous avez une voix exceptionnelle! s’est exclamé Jean-Pierre Ferland en voyant le visage de Lacerte. Je n’en reviens pas!»

Au final, Simon Lacerte est rentré chez lui bredouille. Il pourra toutefois dire qu’il a marqué La voix comme aucun autre candidat.

Les équipes complétées

En cette dernière ronde des auditions à l’aveugle, les coachs devaient compléter leurs équipes avant que s’entame la semaine prochaine l’étape des duels.

Ariane fut la première à remplir son mandat. Sa dernière recrue s’appelle Dany Flanders, un Québécois demeurant en Floride depuis une bonne vingtaine d’années. Le chanteur et pianiste a livré une Let’s Get it On particulièrement bluesy, très différente de l’originale, qu’on pourrait aujourd’hui qualifier d’extrêmement kitsch.

Quant à Jean-Pierre Ferland, après avoir passé les trois premières émissions à recruter des voix féminines, il a finalement fait le plein de testostérone. Le vétéran a retenu les services de Jacques Lebel (un professeur de chant de 42 ans), Étienne Cotton (un enseignant au primaire de Rimouski) et François Verreault-Girard (qui – semble-t-il – possède une «vraie voix de charretier»).

De son côté, Marc Dupré a terminé sa période de recrutement avec Andie Duquette, une jeune femme de 24 ans qui chante professionnellement depuis l’âge de cinq ans (elle a enregistré les versions francophones de certaines chansons de Sesame Street).

Pour sa part, Marie-Mai a trouvé son 14e protégé quand Jonathan Guilbault s’est pointé sur scène. La chanteuse a fait durer le suspense, mais encouragée par Ariane Moffatt, elle a fini par sonner l’alarme et choisir ce jeune Montréalais de 27 ans qui – soit dit en passant – voulait être un Backstreet Boy à l’adolescence.

En chaise roulante

Parmi les moments forts de l’émission, signalons l’audition d’Emmanuelle Robitaille, une étudiante au doctorat en psychologie de 27 ans confinée au fauteuil roulant depuis son enfance en raison d’un cancer qui s’est attaqué à sa moelle épinière. La brunette a ému Marie-Mai aux larmes avec sa vibrante It’s a Man’s Man’s Man’s World, mais c’est dans l’équipe d’Ariane qu’elle poursuivra l’aventure.



Vidéos

Photos