Entre réalisme et rebondissements

Trauma saison 4 - Entre réalisme et rebondissements

 

Dernière mise à jour: 09-01-2013 | 17h11

Le réalisme est de plus en plus criant de vérité dans la série Trauma de Fabienne Larouche, dont la quatrième saison a été présentée en primeur aux médias, mercredi matin, à Radio-Canada.

Les opérations aux yeux ou dans les entrailles ne laissent plus beaucoup de place à l’imagination, la production nous montrant la réalité crue et sans artifice.

Dès le premier épisode – le 23 janvier – de cette nouvelle saison, désormais diffusée le mercredi à 21 h, on retrouve tout le personnel de l’hôpital Saint-Arsène, un an après la mystérieuse disparition de la résidente Sophie Léveillée, incarnée par Laurence Leboeuf.

«On va finalement savoir ce qui est arrivé à Sophie, a raconté l’auteure Fabienne Larouche. Actuellement, on la cherche et, d’ici la fin de la saison, on va la trouver. Mais je ne peux pas tout vous dire.»

En parallèle à cette trame narrative principale, plusieurs histoires vont se développer au fur et à mesure des épisodes. «L’hôpital est perturbé depuis le début par Sophie et sa famille, a expliqué l’auteure. On sait que sa mère est la DG de l’hôpital, et son père était une sommité en neurochirurgie. Sophie a hérité des problèmes de santé mentale de son père, mais à un moment donné, ça va finir.»

L’autre personnage central de «Trauma» est celui de Julie Lemieux, la chef du service de traumatologie jouée par Isabel Richer. «Cette quatrième saison est comme une continuité pour moi, a raconté la comédienne. Mon personnage reste le même depuis qu’elle est mère, et qu’elle est en contrôle de sa vie.»

Malgré tous les problèmes qui arrivent dans son service au cours de la saison (problèmes des patients, accident d’une infirmière, absence injustifiée d’un spécialiste, dépression d’un médecin…), la chef reste imperturbable.

«C’est le pré requis si tu veux être à ce poste, a indiqué Isabel Richer. Comme me le disait Ronald Denis, le chef traumatologue de l’hôpital Sacré-Cœur qui nous a aidés pour la série, on n’a pas le choix d’avoir un ego pour faire ce métier. Ce sont tellement des enjeux importants qu’ils doivent prendre au quotidien.»

La comédienne confie que pour la quatrième saison, la préparation au tournage a été beaucoup plus facile. «On est rendu beaucoup plus à l’aise avec l’aspect technique, comme le maniement des instruments, comment s’habiller dans les salles d’opération, se laver les mains... Mais on doit encore parler des cas et surtout se familiariser avec le langage technique. Les médecins ont appris ce langage en 10 ans d’études. Nous, on doit aller plus vite.»

Une 5e saison commandée

Fabienne Larouche a annoncé qu’une cinquième saison a déjà été commandée par Radio-Canada. «On va bientôt commencer à l’écrire, mais il faut que je finisse 30 vies avant», a dit l’auteure et productrice.

 


Vidéos

Photos