Accueil Divertissement
 
JDQ
Téléroman Yamaska - Philippe, le reflet d'une société
© Photo d'archives
Élise Guilbeault et Denis Bernard sont Réjeanne et Philippe dans Yamaska.

TÉLÉROMAN YAMASKA

Philippe, le reflet d'une société

Serge Drouin - Agence QMI
22-10-2011 | 15h00

«Philippe est un personnage qui me touche énormément. C’est un homme sincère, qui a une grande intelligence; l’intelligence du coeur.»

N’allez pas dire du mal de Philippe Carpentier, personnage important dans le téléroman Yamaska, des auteurs Anne Boyer et Michel D’Astous. Son interprète, Denis Bernard, le défendra bec et ongles.

«Je ne crois pas que les auteurs ont fait de Philippe une lavette, ni un homme rose. Oui, il a un aspect looser mais en même temps, il fait des efforts pour s’améliorer. Oui, il a perdu sa quincaillerie, mais il s’est repris et a maintenant un autre commerce. Il est un peu inconfortable dans ce nouveau commerce à cause de Zachary (Michel Dumont) mais il essaie de faire sa place», dit Bernard.

Ce dernier avoue aimer ces personnes ébranlées par le destin, qui se relèvent et qui prennent des risques.

L’AMOUR DE RÉJEANNE

L’acteur mentionne que plusieurs hommes de sa génération l’arrêtent sur la rue et dans les endroits publics pour lui parler de Philippe. «C’est un personnage qui touche le monde», lance le comédien.

Pour Denis Bernard, Phillippe «est un prototype de gars d’une certaine génération, d’hommes qui ont de la difficulté à s’adapter à de nouvelles réalités. Par contre, il est ouvert et c’est son amour pour Réjeanne (Élise Guilbeault) qui l’aide dans tout ça. C’est un couple qui s’aime énormément», souligne Bernard.

Les choses ne vont pas très bien chez les Carpentier depuis l’arrivée de Régis (René-Richard Cyr), le frère de Réjeanne dans le décor. On sait que Régis fait chanter Réjeanne de façon éhontée. «Le pire, c’est que Philippe ne peut pas aider Réjeanne car il n’est pas au courant de ce qui se passe.»

LA LICORNE

Depuis trois ans, Denis Bernard est directeur artistique et général du théâtre La Licorne, à Montréal. La Licorne vient d’ailleurs de subir une cure de rajeunissement. Le théâtre compte notamment deux salles de spectacles.

«Ce sont des salles intimes qui peuvent contenir 175 places pour l’une et 100 places pour l’autre. Les spectacles que nous présentons vont aussi dans l’intimiste.»

Cette double tâche de Bernard au théâtre l’amène «à ne plus compter les heures de travail par semaine. Remarque que ça fait un moment que je ne compte plus les heures...», dit-il.

Au total, cette saison, La Licorne offrira rien de moins qu’une quinzaine de spectacles.

Pour infos: www.theatrelalicorne.com

Yamaska, lundi, 20 h, à TVA.

Des intrigues qui attirent

Téléroman le plus écouté du petit écran avec quelque 1,2 million de téléspectateurs chaque semaine, Yamaska a connu le succès en moins de deux saisons. Si, à sa première année de diffusion, les critiques lui ont reproché son côté sombre et noir, les auteurs Anne Boyer et Michel D’Astous ont vite apporté plus de lumière à leurs intrigues.

Au cours des prochaines semaines, les auteurs entraîneront les téléspectateurs sur de nouvelles pistes. Voici les intrigues à surveiller.

1.

Régis (René-Richard Cyr) continue à faire la vie dure à Réjeanne (Élise Guilbeault).

Elle qui avait trouvé un certain équilibre dans sa vie pourra-t-elle résister longtemps au chantage de son frère? Chose certaine, elle n’est pas au bout de ses peines. «Au moment où vous pensez qu’il est parti, Régis revient», a récemment affirmé René-Richard Cyr.

2.

Le procès d’Hélène (Anne-Marie Cadieux) débute ce lundi.

On sait qu’elle a frappé une femme alors qu’elle roulait ivre au volant de son auto. Elle vient d’engager un ami avocat, Jacques Nichols (Michel-Olivier Girard) pour la défendre. Depuis son accident, Hélène a respecté toutes les conditions qu’on lui avait imposées: elle ne boit plus, fait partie du mouvement Alcooliques Anonymes. La seule qu’elle n’a pas respectée: celle de ne pas contacter sa victime. Ce geste nuira-t-il à sa cause?

3.

Les amours de Zachary (Michel Dumont) et Marthe (Patricia Nolin) connaissent des hauts et des bas.

Depuis le début de leur relation, Marthe joue un peu au chat et à la souris avec Zachary. Elle a peur de tomber amoureuse à son âge... Si Zachary semble moins pressé qu’au départ à vivre une relation amoureuse, il aimerait bien savoir sur quel pied danser.

4.

Quentin (Richard Robitaille) saura-t-il pardonner à Sacha (Sylvie de Morais-Nogueira)?

Le barman n’a pas prisé que Sacha ait embrassé Hélène. Il a l’impression d’être le second choix de Sacha. Pourtant, l’amour de celle-ci est sincère...

Ces machons qu'on aime...

Au fil des ans, la télé nous a offert des hommes qui ont de la difficulté à adapter leur mentalité à la société moderne. Machos incurables, hommes aux idées arrêtées, voici quelques personnages qui ont marqué l’imaginaire québécois...

MAURICE MILOT, Rue des Pignons. Les amours de Maurice Milot (Réjean Lefrançois) et Janine Jarry (Marie-Josée Longchamps) ont fait longtemps jaser le Québec. D’autant plus que Milot avait eu un enfant avec une autre fille du quartier, Sylvette (Danielle Roy).

JEAN-PAUL BELLEAU (Gilbert Sicotte), l’ineffable macho des Dames de Coeur de Lise Payette. Un coureur de jupons qui avait réussi a se faire aimer du public et des femmes malgré ses écarts amoureux.

FRANCIS LAFLEUR (Jean Petitclerc), macho incurable qui a sévi dans Jamais deux sans toi et surtout Les Héritiers Duval.

ANTOINE dans Les Machos (Jacques Lussier), également de Lise Payette. On se souviendra que Lussier —enfin son personnage— avait même frappé sa conjointe, interprétée par Anne Bédard.

DANIEL (Raymond Bouchard) dans Tranches de vie. Avec Murielle, Daniel est parfois dépassé par les événements. Pour le couple, tout est prétexte à discussion et rivalité...

haut