Accueil Divertissement
 
JDM
Publicité choc |  Agressions sexuelles - Pas avant 21 heures à  Radio-Canada et TVA
© Agence QMI
La publicité montre les mains d’un agresseur qui s’en prend violemment à sa victime. Le message est diffusé sur la plupart des chaînes depuis vendredi.

PUBLICITÉ CHOC | AGRESSIONS SEXUELLES

Pas avant 21 heures à Radio-Canada et TVA

Dany Bouchard
30-03-2011 | 03h03

Radio-Canada et TVA ont décidé de ne pas diffuser avant 21 h la nouvelle publicité choc du gouvernement du Québec pour inciter les victimes d’agressions sexuelles à dénoncer leurs agresseurs.

« C’est difficile d’arriver à quelque chose de plus direct », consent Hélène Cadrin, responsable du dossier de la violence et de la criminalité au secrétariat du ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine, à propos du message.

En ondes depuis vendredi, le message télévisé montre les mains d’une victime qui tentent d’empêcher les mains de son agresseur d’entrer dans son pantalon.

« Oui, c’est choc, mais la première l’était encore plus », estime Mme Cadrin, en en faisant allusion à une série de messages diffusés, en 2008, dans lesquels des victimes parlaient de leur propre situation.

Depuis vendredi, le ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine indique avoir reçu trois commentaires formulés par des victimes à qui les messages ont rappelé leur agression.

Pas avant 21 h

Conçue par Cossette Communication, la publicité est diffusée durant la plupart des émissions de grande écoute, et ce, jusqu’au 24 avril. La campagne du Ministère se décline aussi à la radio, sur des panneaux d’affichage, sur le Web, et sur les médias sociaux comme Facebook et Twitter.

Depuis vendredi, la publicité suscite quelques plaintes ou commentaires auprès des diffuseurs. Astral, qui exploite plusieurs chaînes spécialisées, comme Canal Vie et Canal D, a reçu trois plaintes. « Ils ont fait un message précis, endossé par Yan England, pour les téléspectateurs de VRAK.TV », souligne Nathalie Roy, porte-parole de certaines chaînes d’Astral.

De son côté, Radio-Canada a reçu cinq plaintes de téléspectateurs. Dès le début de la campagne, la société d’État a toutefois décidé de diffuser le message sur ses ondes après 21 h.

« Compte tenu de la nature du message et conscients que ça pouvait troubler un auditoire plus jeune, on a décidé de la diffuser après 21 h. Ça n’arrive pas souvent, mais c’est une prérogative dont on peut se prévaloir », explique Marc Pichette, porteparole de Radio-Canada.

Éviter la confusion

Lundi, la direction de TVA a aussi décidé de ne pas diffuser le message avant 21 h. « On a également décidé de regrouper les deux messages de 15 secondes en un seul message de 30 secondes pour éviter la confusion », explique Jasmine Goupil, attachée de presse de TVA.

Hélène Cadrin avoue ne pas être surprise de la position. « On est habitués d’être après 20 h ou à 21 h », dit-elle, en faisant allusion aux publicités sur les violences conjugales ou sur les agressions sexuelles.

Quant aux jeunes téléspectateurs qui peuvent voir le message avant 21 h sur d’autres chaînes, sa position est claire : « Le message est assez dur en soi, mais les enfants voient des choses à la télé, dans les médias, qui sont encore plus explicites que ça. »


La publicité s’inscrit dans la quatrième phase d’une campagne gouvernementale de sensibilisation aux agressions sexuelles, qui a débuté en 2008. La quatrième phase est dotée d’un budget de 800 000 $.

haut