Accueil Divertissement
 
JDQ
19-2 | Réal Bossé et Julie Perreault - Métier: Policier
© Photos Courtoisie
Réal Bossé et Julie Perreault sont deux des vedettes de la série 19-2.

19-2 | RÉAL BOSSÉ ET JULIE PERREAULT

Métier: Policier

Serge Drouin - Agence QMI
29-01-2011 | 15h32

Dans la nouvelle série 19-2, qui sera en ondes à compter du 2 février, à Radio-Canada, Julie Perreault et Réal Bossé interprètent un couple dépareillé. Elle se veut une carriériste intransigeante, alors que lui est hanté par le fantôme d’une bévue professionnelle. Ce n’est pas facile pour la vie de couple.

`

Entrevues avec deux personnages d’une nouvelle série qui pourrait bien devenir LA série de la saison.

Enfant, Réal Bossé rêvait d’être Clint Eastwood. Il en rêvait en se promenant à cheval, à la ferme familiale. Cette semaine, un peu à la manière du côté justicier d’Eastwood, Bossé entre dans la peau d’un policier dans la nouvelle série 19-2.

Non seulement, Bossé joue-t-il l’un des rôles principaux de la série —soit le rôle de Nick Berrof-, mais l’acteur a écrit la série policière en compagnie de son ami, le comédien Claude Legault.

«Claude et moi, on travaille sur ce projet depuis quatre ans, dit Réal Bossé. On voulait présenter un portrait le plus réaliste possible du métier de policier.»

En cours d’écriture, l’aventure a connu ses hauts et ses bas. Même un arrêt d’écriture à un moment donné... De plus, 19-2 devait s’intituler au départ Deux beux et, plus tard, Police. Finalement, tout le monde a fait des compromis et s’est arrêté sur le titre 19-2.

«Il fallait que tout le monde soit satisfait. 19-2 est le numéro de l’équipe que forment Nick (Bossé) et Ben Chartier (Claude Legault)», explique Réal Bossé.

RÉALISTE

Plus précisément, la série raconte la vie de deux policiers, un transfuge de la SQ qui s’amène à Montréal (Legault) et un habitué de sa ville, Montréal, son quartier, sa clientèle... (Bossé).

«Au moment où débute la série, Nick vient de vivre une tragédie. Il es de retour au bureau et croit qu’il sera seul dans son autopatrouille. Pourtant, il apprend qu’il aura un coéquipier en la personne de Ben, un policier qui rêve, depuis des années, de venir travailler à Montréal. Ça ne fait pas son affaire, évidemment.»

La série permettra au public de connaître l’univers policier. «Je veux que les gens aient l’impression qu’ils sont assis dans l’autopatrouille de Nick ou Ben, ou qu’ils croient qu’ils sont dans le bureau des gars.»

POURQUOI ON LES DÉTESTE

Tout au long de l’écriture de 19-2, Réal Bossé s’est demandé pourquoi on détestait les policiers. «Ils nous ramènent à nos fautes. Parfois, on se fait arrêter pour avoir roulé 70 km dans une zone de 30 km. On chiale ou on dit qu’ils étaient cachés, mais, si nous avions roulé à la limite permise, personne ne nous aurait arrêtés.»

Pour Bossé, le métier de policier est très exigeant. «On leur demande d’être protecteurs, docteurs, psychologues. Ce sont des humains. Ils ont parfois peu de temps pour réagir, moins de trois secondes, et, par la suite, les spécialistes auront trois ans pour analyser s’ils ont bien fait ou non.»

Parlant plus particulièrement de son personnage, Réal Bossé dit que «Nick se définit beaucoup par son travail. Son travail, c’est un refuge, pour lui». Pour interpréter leur personnage, Bossé et Legault —Julie Perreault également— ont fait de la patrouille, ont accompagné des policiers dans leur horaire de travail.

«Tout le monde peut le faire. Ils appellent ça faire du cobra.» Cette façon de travailler a permis aux comédiens d’entrer davantage dans leurs rôles respectifs.

D'agréables retrouvailles

Après Minuit le soir et Les soeurs Elliot, Julie Perreault marque son retour à la télé, dans la série policière 19-2, en interprétant Isabelle Latendresse, la femme de Nick Berrof, incarné par Réal Bossé.

La comédienne est heureuse de ce retour, d’autant plus qu’elle retrouve une partie de l’équipe de Minuit le soir, avec Podz à la réalisation et Claude Legault, au jeu et à l’écriture.

«C’est toujours agréable, de jouer avec des gens que tu connais et qui te connaissent. Tu ne pars pas à zéro. Chacun sait ce que l’autre peut faire, jusqu’où il peut aller. Pour ma part, à certains moments, il n’y a que Podz qui peut pousser mes limites», note Julie Perreault.

ISABELLE LATENDRESSE

Dans 19-2, Julie Perreault se fait sergente-détective. Isabelle Latendresse est «une femme ambitieuse, qui se définit beaucoup par le travail. Elle et Nick ont un enfant de 12 ans, mais on la sent plus ou moins maternelle, souligne l’actrice. Le public verra qu’Isabelle vise un poste plus haut dans la hiérarchie. Elle veut devenir lieutenante-détective.»

Au moment où commence la série, les téléspectateurs verront que le mariage de Nick et Isabelle bat de l’aile. «On nen sait pas s’ils finiront par divorcer ou non, mentionne, au passage, Julie Perreault. Avec tout ce qui lui arrive, Isabelle est débordée.»

Au travail, les camarades policiers ont des préjugés face au travail d’Isabelle Latendresse. «Les sergents-détectives passent parfois pour des gens qui ne travaillent pas trop, qui arrivent sur les lieux d’un événement quand tout est passé», mentionne Julie Perreault.

AU THÉÂTRE

Le tournage de la première saison de 19-2 terminé, Julie Perreault fera un retour au théâtre, cette année. Voilà quelque trois ans (depuis la naissance de sa fille Élisabeth) que la comédienne n’a pas mis les pieds sur les planches.

Elle jouera dans In Extremis, au Théâtre du Rideau vert, en février et mars, aux côtés de Karine Vanasse. «Avec la famille et le tournage de séries, c’était difficile pour moi de faire du théâtre. Là, je peux me le permettre.»

La pièce raconte l’histoire d’une femme (Vanasse) qui reçoit la visite d’un homme. Les intentions de ce dernier sont claires: il veut l’agresser et la violer. Toutefois, la victime deviendra le «bourreau» de son attaquant.

Julie Perreault jouera la coloc du personnage de Karine Vanasse. «Elle veut étudier, comprendre la situation», souligne Julie Perreault.

LA PHOTO

Au cours des dernières années, Julie Perreault était propriétaire d’un studio de photos (Espace Urbain), mais elle a vendu ses parts. Le studio demandait beaucoup de temps à la comédienne.

«Je n’avais plus le temps de m’en occuper; j’avais des horaires de fou. Ce n’était plus possible avec le travail et la famille.»

Elle n’abandonne pas cette autre passion pour autant. «Maintenant, je fais de la photo à mon compte, dans des projets qui me tentent», termine-t-elle.

19-2, débute le 2 février, à 21h, à Radio-Canada.

haut