Accueil Divertissement
 
Agence QMI
Ça va chauffer! - Deux chefs racontés par le menu
© Courtoisie
Jonathan Garnier

ÇA VA CHAUFFER!

Deux chefs racontés par le menu

Serge Drouin
23-01-2011 | 16h00

Ils font actuellement la pluie et le beau temps à Ça va chauffer!, la nouvelle téléréalité culinaire produite et animée en voix hors champ par Chantal Lacroix.

Les juges de l’émission, Jonathan Garnier et Mathieu Cloutier, ne font pas l’unanimité. Certains les jugent trop sévères; d’autres pas assez. Entrevues avec ces nouvelles stars de la télé. Le chef Jonathan Garnier a développé son art en cuisine dans différents établissements... de la Côte d’Azur.

«J’ai appris mon métier sur le tas comme on dit; en le pratiquant. J’ai débuté comme plongeur et j’ai monté les échelons en termes de parcours professionnel», raconte le chef et copropriétaire de La Guilde culinaire, réputée école de cuisine de Montréal depuis plus de deux ans.

Jonathan Garnier est né en France, dans la région de la Côte d’Azur. Doué, il a été chef privé pendant des années au début de sa carrière. Il a cuisiné pour un émir, des ambassadeurs, ministres et autres invités de marque.

AVEC CHANTAL LACROIX

Jontahan Garnier a partagé longtemps sa vie entre le Québec et la France. Il y a quelques années toutefois, il a décidé d’installer au Québec. Sa participation à Ça va chauffer!, il la doit à sa rencontre avec Chantal Lacroix.

«J’ai eu l’occasion de travailler avec Chantal (Lacroix) sur différents projets. Les deux premières saisons de Recettes en vedette, produites par Chantal, ont été enregistrées chez nous (à La Guilde culinaire).»

Au fil des ans, l’animatrice-productrice et le chef Garnier ont développé une collaboration harmonieuse et «Chantal a pensé que j’avais l’image d’un juge qu’elle souhaitait avoir lorsqu’elle a décidé d’adapter le concept de cette émission australienne au Québec».

SÉVÈRE

Le chef sait que certains téléspectateurs trouvent que les commentaires émis par lui et son confrère Mathieu Cloutier sont parfois sévères.

«Pourtant, je remarque que les commentaires des autres concurrents et même le pointage des autres équipes sont souvent plus sévères que les nôtres. Au Québec, on a un peu de difficulté avec ça, la critique», note M. Garnier.

Le juge mentionne aussi que les concurrents eux-mêmes sont très conscients de leurs erreurs.

«Souvent, ils les disent avant qu’on en fasse mention.»

LA CUISINE

Selon Jonathan Garnier, tout le monde peut cuisiner.

«Certes, il y a des palais différents, mais si on s’applique, tout le monde peut y arriver. Une bonne soupe faite à la maison est toujours meilleure qu’une soupe achetée.»

Pour le chef, l’important, pour être heureux en cuisine, c’est de disposer d’ingrédients faciles à trouver dans notre frigo.

«S’il faut retourner 30 fois à l’épicerie avant de commencer à cuisiner, ce n’est pas agréable.»

Ça va chauffer!: le mercredi, à 21 h, à TVA.

Dans la cuisine de Jonathan Garnier

Le secret d’une bonne recette?

Avoir de bons produits, la fraîcheur des produits.

Les plats que vous aimez cuisiner?

Les repas rustiques, à saveur traditionnelle comme le couscous, la paella...

Là où vous excellez?

Le tiramisu. Je pense être un spécialiste du tiramisu.

Quels plats permettent la variété?

Les pâtes. On peut varier ces plats à cause des différentes sauces.

Quel est, selon vous, le service le plus important dans un repas?

Le dessert. C’est le dernier plat que goûteront les invités. Il faut lui apporter une attention particulière.

Fils d’une mère enseignante et d’un père policier, rien ne prédestinait Mathieu Cloutier à devenir le chef réputé qu’il est aujourd’hui. Un emploi d’été lui a donné la piqûre de sa vocation.

«J’ai toujours aimé cuisiner et c’est durant mes études en sciences pures que j’ai commencé à travailler dans la restauration pour payer mes études. J’aimais être dans l’action, toute l’adrénaline que procure le travail en cuisine, explique Cloutier, en entrevue. Un jour, alors que je travaillais dans un restaurant grec, le chef de l’endroit m’a dit: ‘’Tu sais, tu peux aller plus loin si tu veux.’’ C’est à ce moment-là qu’il m’a parlé de l’Institut de tourisme de l’hôtellerie du Québec (ITHQ).»

LES VOYAGES

Le jeune chef en devenir s’est inscrit à l’ITHQ et a participé à un stage en France. À partir de ce voyage, le chef a travaillé en Norvège, en Angleterre, en Australie...

«Quand je voyageais, je ciblais les meilleurs restaurants du pays et j’offrais mes services», raconte-t-il.

La période «voyages» de Mathieu Cloutier s’est échelonnée sur une dizaine d’années. Puis, en 2006, en compagnie de Jean-Philippe Saint- Denis, il a ouvert un premier Kitchen Galerie, un tout petit restaurant où les deux gars font tout, de la cuisine au service.

Par un concours de circonstances, les deux compères ont aussi été copropriétaires de Chez Roger pendant un temps.

En plus de leur Kitchen Galerie, ils sont également propriétaires de Kitchen Galerie, poissons.

En 2009, Mathieu Cloutier a remporté la médaille d’or au Canadian Culinary Championships, une compétition qui réunissait les meilleurs chefs du pays.

ÇA VA CHAUFFER!

Mathieu Cloutier adore son expérience à Ça va chauffer! «même si les gens sont parfois offusqués et peuvent nous trouver raides dans nos commentaires. Il y a un niveau de stress dans ce type de concours. Il faut apprendre à vivre avec», mentionne Cloutier.

Mathieu Cloutier est particulièrement heureux de travailler avec Kenya, la maison de production de Chantal Lacroix.

«Ils ont tout fait pour nous mettre à l’aise, nous montrer comment être à notre avantage à la télé», souligne le chef. «J’avais travaillé avec Chantal à l’émission Recettes de chefs et dans quelques autres émissions (Des kiwis et des hommes, Les Chefs!). Mais c’est la première fois que j’ai une participation régulière à une émission.»

Le chef a tellement aimé son expérience qu’il aimerait bien avoir une émission de télé bien à lui. Pour lui, la cuisine, c’est une question d’essais- erreurs.

«Les gens ont peur de se tromper lorsqu’ils cuisinent. Même nous, dont c’est le métier, on en fait des erreurs. Il ne faut pas avoir peur de recommencer», dit Cloutier.

Dans la cuisine de MATHIEU CLOUTIER

Spécialiste de la cuisson du poisson, où avez-vous appris à aimer cet aliment?

Lors d’un de mes voyages en Normandie. Je travaillais dans un restaurant et le chef m’a appris à connaître différentes sortes de poissons et les façons de les cuisiner.

Outre la gastronomie, quel plat aimez-vous manger?

Je suis un épicurien. Un bon spaghetti gratiné, c’est excellent.

À part le poisson, dont vous êtes un spécialiste, quel autre mets aimezvous cuisiner?

Le foie gras et les viandes braisées.

Quel est, selon vous, le service le plus important dans un repas?

Comme Jonathan, je serais porté à dire le dessert, mais tous les plats sont importants. J’entends parfois les gens parler de leur entrée en disant: “ah !, c’est juste une petite salade!”.Une salade bien faite, ça vaut bien le plat principal ou un dessert.

Une autre passion que la cuisine?

La rénovation. Je rénove en ce moment une vieille maison construite en 1910. J’adore ça.

haut