Accueil Divertissement
 
JDM
Coupures chez Corus Québec - Le couperet tombe sur la station 690
© Archives
Une vue de la salle de rédaction de la station Info 690.

COUPURES CHEZ CORUS QUÉBEC

Le couperet tombe sur la station 690

Danny Vear
05-02-2009 | 10h42

Signe des temps difficiles qui frappent l'industrie des médias montréalais, le géant de la radio Corus Québec éliminera une trentaine d'emplois et réduira la taille de la salle de rédaction de sa station Info 690.

Avec ce plan de restructuration, Corus veut réorganiser les opérations de sa «radio des nouvelles». Ce faisant, le groupe veut aussi réduire ses pertes financières, accentuées par les effets de la crise économique.

«La récession frappe les médias. L'assiette publicitaire n'est pas en croissance en ce moment», a expliqué Mario Cecchini, vice-président de Corus Québec.

Au cours des huit dernières années d'opération, la station aurait accumulé des pertes de 7 M$. «On doit assurer la survie de la station», a-t-il dit.

Avec ses 14 journalistes permanents, Info 690 est la radio privée qui possède la plus grosse salle de nouvelles à Montréal.

La réorganisation touchera une douzaine de personnes de la station ainsi qu'une vingtaine d'employés et de cadres des bureaux administratifs de Corus Québec.

La direction a présenté son plan, hier, aux employés et aux représentants syndicaux des journalistes. Les deux parties tiendront des discussions dans le but de trouver des solutions «satisfaisantes pour les deux parties» dans les prochains jours.

«C'est une restructuration majeure. Il y aura des réductions de postes, soit par attrition, soit par des départs volontaires», a expliqué le président du syndicat, Michel Millard, sur les ondes de la station.

À la station, le climat était morose. Les journalistes présents avaient peu de commentaires à formuler.

L'avenir

Avec son plan, Corus souhaite mieux répondre aux besoins des auditeurs d'Info 690. «Avec les nouvelles mesures de l'auditoire de la radio, on comprend mieux le comportement des gens qui nous écoutent», explique Mario Cecchini, de Corus Québec.

«Nos auditeurs sont plus nombreux qu'on le pensait, mais ils nous écoutent pour de très brèves périodes. Il faut s'ajuster à leurs besoins», dit-il.

haut