Accueil Divertissement
 
JDM
Les idées de ma maison - La télé-confort arrive chez nous
© Alfred Lanctôt
Clodine Desrochers est l’une des têtes d’affiche de la chaîne Les idées de ma maison. Son émission Recevoir, tout simplement avec Clodine sera présentée à partir du 28 avril.

LES IDÉES DE MA MAISON

La télé-confort arrive chez nous

Caroline Roy
Journal de Montréal
23-02-2008 | 05h00
«C’est un bébé qui est là pour rester longtemps», a lancé Pierre Dion, présidente et chef de la direction de Groupe TVA, mardi en conférence de presse.

«Ce type de chaîne spécialisée se retrouvait toujours dans le top 10 chez les Américains et dans le reste du Canada. Il était temps que le créneau soit offert aux francophones du Québec.»

Il est vrai que la «télé-confort», axée sur le cocooning et l’art de vivre, connaît un vif succès aux États-Unis et en Europe.

Au Québec, on espère que Les idées de ma maison connaîtra des cotes d’écoute aussi élevées que 350 000 personnes lors de meilleures émissions.

Pour une chaîne spécialisée, c’est énorme. «On a eu de telles cotes d’écoute sur la chaîne Mystère avec la série Heroes cet été», rappelle Claire Syril, viceprésidente des chaînes spécialisées de TVA.

EN COMPÉTITION AVEC CANAL VIE

Pour l’instant, Les idées de ma maison présente des productions traduites et acquises surtout au Canada anglais et aux États-Unis, telles que L’Art de cuisiner avec Martha Stewart, La Touche d’Oliver avec le chef britannique Jamie Oliver ou Quand les filles s’en mêlent avec Norma Vally.

La chaîne ressort aussi des boules à mites des émissions québécoises comme Dodo Déco, Brunch Maman Dion et Ma maison Rona. Des émissions toujours actuelles, d’après Mme Syril.

«Quand on achète des productions étrangères, c’est aussi des vieilles émissions», répond-elle.

Les idées de ma maison se défend aussi de vouloir compétitionner avec Canal Vie, une chaîne d’Astral Média. «Canal Vie fait un peu plus dans la psychologie. Tandis que Les idées de ma maison se positionne comme une chaîne spécialisée dans l’art de vivre», dit Mme Syril.

Italissimo

La Dolce Vita servie à point

© Journal de Montréal
David Rocco veut transmettre tout l’art de la cuisine italienne dans son émission Italissimo.
Mi-Italien, mi-Canadien, le cuisinier David Rocco est ravi que son émission Italissimo, déjà présentée dans une centaine de pays, soit enfin révélée aux Québécois par la chaîne Les idées de ma maison.

David Rocco fait tout pour plaire aux Québécois. En entrevue au Journal mercredi, il révèle très rapidement qu’il est un grand fan du Canadien, même s’il est originaire de Toronto.

Ce jour-là, il se réjouissait de la remontée historique du Canadien, qui avait comblé un déficit de 5 points la veille pour l’emporter aux dépens des Rangers. «Vous pouvez dire à vos lecteurs que je suis bleu, blanc, rouge», dit-il.

Qu’est-ce que tout cela a à voir avec la cuisine? Qu’il parle de hockey ou de nourriture, David Rocco joue la carte du beau parleur. C’est sa façon de convaincre les téléspectateurs de rester à l’écoute de son émission. L’homme de 36 ans se décrit comme l’incarnation même de la Dolce Vita italienne. Beau bonhomme et toujours souriant, il sillonne l’Italie à la recherche des meilleurs paysages pour enregistrer ses émissions de cuisine. Il rencontre des grands chefs et des artisans fermiers pour vanter la gastronomie italienne. La job de rêve, quoi.

«Je ne suis pas un chef, je suis italien d’abord et avant tout. Je vis la moitié de l’année à Florence et l’autre moitié à Toronto», explique David Rocco.

MUSIQUE

Qu’il se trouve dans la région du Chianti, à Florence ou à Rome, le cuisinier prépare des plats assez simples que tout le monde peut copier chez lui. Au-delà de la cuisine, Rocco veut surtout transmettre le mode de vie italien.

Il voyage souvent avec sa femme, Nina, ou avec des amis. C’est pour eux qu’il cuisine ses petits plats.

«Dans chacun des épisodes, je célèbre l’amitié et l’amour à travers la cuisine et les voyages», raconte-t-il.

David Rocco a pris goût à la bonne alimentation grâce à sa mère. «La plupart de mes talents viennent de mon passé familial», avoue-t-il.

Selon lui, la recette de la popularité d’Italissimo vient de la simplicité des plats préparés, de la beauté des paysages italiens et de la musique. Un disque de la bande originale de l’émission vient justement d’être mis en marché par Universal Music.

«Je choisis moi-même les chansons. Je me sers de l’émission pour promouvoir des artistes indépendants italiens. Quoi de mieux que d’associer la musique à la bonne bouffe? C’est ça la dolce vita», conclut-il.

Italissimo est diffusée le mardi à 11 h et à 22 h, puis le jeudi à 23h30 à la chaîne Les idées de ma maison.

Un rôle peu connu au Québec

© Journal de Montréal
Zenta Ruethemann joue le rôle de speakerine à la nouvelle chaîne Les idées de ma maison.
Des speakerines au petit écran québécois, on en voit rarement. C’est pourtant le mandat qu’a reçu Zenta Ruethemann à la nouvelle chaîne spécialisée Les idées de ma maison.

«En Europe, on voit plus souvent des speakerines à la télévision. C’est surprenant, mais ici au Québec, c’est rare», dit Mme Ruethemann, connue du grand public grâce à sa chronique de scrapbooking à l’émission Tout simplement Clodine à TVA.

À la chaîne Les idées de ma maison, son rôle est essentiel. «Je dois donner le goût aux gens de regarder les émissions et de rester à l’antenne», explique-t-elle.

Zenta anime de courtes capsules à chaque heure. «Je présente ce qui s’en vient. Que ce soit une émission de design, de cuisine ou de rénovation, j’espère transmettre tout mon enthousiasme aux téléspectateurs», dit-elle.

Avec une programmation qui vient surtout pour l’instant des États-Unis et du Canada anglais, Zenta a une lourde tâche devant elle. Elle doit faire connaître des émissions qui demeurent encore inconnues au Québec. Un défi que l’animatrice est enchantée de relever. Pour elle, Martha Stewart, le cuisinier britannique Jamie Oliver ou le bricoleur Mike Holmes n’ont plus aucun secret.

«J’enregistre toutes leurs émissions depuis plus de trois ans. Ce sont de petites perles qui méritent d’être connues», dit-elle.

APPROCHE DIFFÉRENTE?

Elle ne craint pas non plus que le doublage en français d’une grande partie des émissions déplaise aux téléspectateurs. Pour éviter des coûts supplémentaires, le doublage ne cache pas complètement la voix originale anglaise des animateurs.

«Je pense que le téléspectateur est capable de passer outre le doublage. De toute façon, le visuel des émissions est si important que l’on oublie les inconvénients du doublage», dit l’animatrice.

Alors que l’avenir de la télévision semble passer par les chaînes spécialisées, Zenta compte mettre autant d’énergie dans son nouveau rôle que dans sa chronique à l’émission de Clodine Desrochers à TVA.

«Les téléspectateurs cherchent maintenant l’info qui leur plaît. Pour la chaîne Les idées de ma maison, mon but est d’aider les gens à s’approprier leur chez-soi, à créer leur propre cocon, leur petite niche, et de leur donner le goût de créer des liens avec leur famille et leurs amis», conclut-elle.

haut