Accueil Divertissement
 
JDM

SUR TVA

Pas de Laura Cadieux l'année prochaine

Pascale Lévesque
Le Journal de Montréal
16-02-2007 | 11h21
Malgré qu'il soit millionnaire tous les lundis, Le Petit Monde de Laura Cadieux ne sera pas reconduit par TVA l'année prochaine. Les actrices peuvent cependant se rassurer, la porte du diffuseur n'est pas complètement fermée pour une éventuelle 4e saison.

«C'est qu'au moment où il fallait donner le OK pour des questions de réservation de comédiens et d'écriture, la 3e saison n'était pas encore en ondes. Impossible alors de juger de sa performance à l'écran», explique Nicole Tardif, porte-parole de TVA.

Le diffuseur a effectivement signifié à l'équipe de Laura Cadieux qu'il n'y aurait pas de tournage cet été. «On ne ferme pas complètement la porte à une quatrième saison, mais ça ne sera pas pour l'an prochain», précise-t-elle.

Un million de fidèles

Pourtant, Le Petit Monde de Laura Cadieux est l'une des émissions les plus populaires du petit écran: il a rassemblé une moyenne de 893 000 téléspectateurs à sa première saison en 2003 et 1,263 million en 2005. Cet hiver, les 4 premières diffusions ont attiré une moyenne de 1,125 million de fidèles.

«Même si la série est très populaire chez le public, ce n'est pas renouvelé? Les filles ne comprennent pas», se questionne aussi Denise Filiatrault, l'auteure et réalisatrice.

Pourquoi alors avoir été si dur avec une valeur sûre ? «C'est une question de financement, plaide Nicole Tardif. Il faut faire des choix et on ne peut pas renouveler une série sans savoir si elle est encore assez populaire.»

Mais au-delà du fait qu'elle n'est pas heureuse du sort que TVA réserve à Laura Cadieux, Denise Filiatrault s'inquiète beaucoup pour le sort de ses actrices.

Manque de travail

«Laura Cadieux fait travailler des femmes plus âgées qui n'ont pas de rôles dans d'autres productions, soulève Mme Filiatrault. À part Virginie, elles n'ont pas d'autre place. Jane Fonda a déjà dit que si elle ne produisait pas ses propres films, elle ne jouerait pas. Si une femme avec le physique de Jane Fonda a du mal à jouer, imaginez pour nos actrices québécoises.»

L'auteure aimerait bien que ça continue et faire travailler ses actrices. «Je ne veux pas laisser mourir ça, dit-elle. Ma productrice est intéressée à faire le film. Ce serait un voyage en France. Il ne resterait qu'à trouver les intrigues et le financement. Mais il y a encore de la place pour une autre série télé avant», poursuit-elle.

Quant au film, avant de s'y consacrer, Denise Filiatrault entend d'abord se lancer dans un autre projet cinématographique, soit celui de l'adaptation de Bousille et les justes.

plevesque@journalmtl.com

haut