Accueil Divertissement
 
JDM
Gala Artis - Le public, le boss!
© Martin Bouffard - Journal de Montréal
Chantale Fontaine et Guylaine Tremblay

GALA ARTIS

Le public, le boss!

Michelle Coudé-Lord
Le Journal de Montréal
28-04-2007 | 04h00
L’amour du public. Un cliché, direz-vous. Que non! C’est le gagne-pain des artistes, la seule garantie de durée. Demain soir, le public fête ses vedettes par le biais du gala Artis. C’est le plus beau des trophées. Pas étonnant que, l’an dernier, des grands comme Rémy Girard et Guylaine Tremblay se soient mis à pleurer sur scène après avoir reçu ce témoignage d’amour.

La télévision a une force de frappe incroyable pour ces artistes choyés et aimés. Chantal Fontaine, c’est la Virginie de bien des Québécoises, l’amie au quotidien. Pourquoi pensez-vous qu’après dix ans, le téléroman de Fabienne Larouche rejoint encore plus de 800 000 téléspectateurs chaque jour? Parce que les téléspectateurs croient en l’authenticité de Chantal Fontaine comme artiste et aussi comme femme.

Et que dire de l’Annie des Québécois, Guylaine Tremblay, tout aussi vraie. Le public n’est pas dupe, il sait lorsqu’un artiste lui ment.

En espérant maintenant que contrairement aux autres galas, les remerciements de nos artistes gagnants auront du contenu. Les gens réclament de l’émotion, du bonheur. C’est normal d’être content un soir de gala. Donc, allez, montrez-nous un peu votre bonheur et ne soyez pas paralysés par la surprise de la victoire.

Ceux et celles qui sont en nomination pour le titre de personnalité de l’année ont accepté de venir dans le studio du Journal de Montréal pour prendre une photo dans le cadre de notre couverture spéciale sur le gala Artis. Les Jean-Luc Mongrain, Pierre Bruneau, Charles Lafortune, Guylaine Tremblay, Clodine Desrochers, Sophie Thibault, Chantal Fontaine étaient là, heureux et fiers.

Sophie Thibault et Clodine Desrochers ont été de grandes complices, tout comme Guylaine Tremblay et Chantal Fontaine. Oubliez le sérieux Jean-Luc Mongrain, la référence des nouvelles de TQS, tout de blanc vêtu, il était prêt à compétitionner avec James Bond le temps d’un cliché.

Guy A. Lepage, aussi en nomination comme personnalité masculine de l’année, avait un horaire trop chargé pour se soumettre à cette séance photo. Mais on le lui pardonne parce qu’il se rend constamment disponible pour nos journalistes au bout de son cellulaire et il sait fort bien que les médias servent de pont entre lui et les gens, a un énorme respect du public. Il en a fait la preuve souvent au cours des dernières années. Même dans la plus grande controverse, il respectera toujours l’avis des téléspectateurs, même de ceux qui ne partagent pas son opinion.

haut