Marie-Josée R. Roy
Agence QMI

«80's»: le plaisir contagieux de Sylvain Cossette

«80's»: le plaisir contagieux de Sylvain Cossette

Photo Martin Chevalier

Marie-Josée R. Roy

MONTRÉAL - Le cabaret du Casino de Montréal a rapidement pris des allures de piste de danse, jeudi soir, au rythme des classiques revisités par Sylvain Cossette, qui donnait le coup d'envoi à sa tournée «80's».

Après avoir abondamment voyagé dans le répertoire musical des années 70 avec albums et concerts, il y a une dizaine d'années, le chanteur attaque la décennie suivante avec le projet «80's» qui, pour l'instant, doit se déployer uniquement en salle.

Annoncé il y a un an, le spectacle était attendu: plus de 25 000 billets ont déjà été écoulés, avant même que Sylvain Cossette ne fasse à nouveau résonner les synthétiseurs d'il y a 30 ans à nos oreilles. Plus de 50 représentations de «80's» sont prévues dans les prochains mois.

À en juger par les réactions dithyrambiques, jeudi, il ne fait nul doute que Sylvain Cossette touche une fois de plus une corde sensible avec «80's».

L'homme n'était pas encore arrivé à la moitié de son pot-pourri d'ouverture, amorcé avec «Never Tear Us Apart», d'INXS, et «Let's Dance», de David Bowie, qu'il invitait les gens à se lever pour se dandiner. Plusieurs n'avaient pas attendu son signal et se trémoussaient déjà.

«Les chaises sont accessoires ce soir», a décrété celui qui est entré sur scène avec la prestance des plus populaires vedettes rock de l'époque.

Les incontournables «Every Breath You Take», «Don't You (Forget About Me)» et «Everybody Wants To Rule The World», entonnées en choeur au parterre, ont achevé la première série de chansons, après quoi Sylvain Cossette a été salué d'un véritable déluge d'acclamations et d'applaudissements.

Souvenirs

Les canons de discothèques se sont ensuite enchaînés dans un plaisir ambiant contagieux, Cossette ayant pris soin de n'inclure que des vers d'oreille archiconnus à son programme.

La thématique des années 80 lui donne également un beau prétexte pour partager ses souvenirs de ladite période, de ses années de prestations dans les bars aux excès de «spray net».

Il a arboré une paire de lunettes de soleil pour propulser la «Sunglasses at Night» de Corey Hart. Les réjouissantes «Safety Dance» et «Larmes de métal» ont précédé un hommage en deux temps à Patrick Bourgeois, avec «Loulou» et «Fais attention».

Dans un éclairage rouge, l'artiste a incité les gens à se «donner de l'amour» sur «Lady in Red», puis sur «True». Tous ont obtempéré.

«Karma Chameleon» et «Wake Me Up Before You Go Go» allaient quelques minutes plus tard requinquer les troupes, avant que des tubes de Milli Vanilli, Rick Astley, Toto, Duran Duran, Prince et autres U2 ne suscitent à leur tour l'enthousiasme.

Toutes les dates de la tournée «80's» sont disponibles au sylvaincossette.net. Sylvain Cossette se produira encore au Casino de Montréal vendredi et samedi, et en version symphonique avec l'Orchestre du Conservatoire de musique de Trois-Rivières le 15 septembre.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos