Yan Lauzon
Agence QMI

Des paroliers surprenants ont rédigé ces chansons connues

Des paroliers surprenants ont rédigé ces chansons connues

Lynda LemayPhoto d'Archives, Agence QMI

Yan Lauzon

On sait presque à coup sûr qui interprète une chanson. Mais on ne peut en dire autant de celui ou celle qui l'a écrite. Livrée avec justesse, une pièce est souvent associée uniquement à l'artiste qui lui donne vie au micro. Pourtant, il arrive que d'autres personnalités connues en soient à l'origine. Voici quelques associations pour le moins surprenantes.

Pierre Flynn - «Dors Caroline»

Succès de la fin des années 1980 et du début des années 1990 qui fait toujours la joie d'adeptes de karaoké, la chanson «Dors Caroline» a été enregistrée par Johanne Blouin. Il s'agit d'une oeuvre phare du répertoire de l'interprète québécoise. Or, les tristes destins de Caroline et de sa meilleure amie Julia à Brooklyn ont été imaginés par Pierre Flynn. Porté entre autres par cette histoire, l'album éponyme de Johanne Blouin lancé en 1989 s'est écoulé à plus de 100 000 exemplaires et a permis à son interprète de gagner un autre Félix dans la catégorie du meilleur album de l'année populaire.

Pier Béland - «Maudit bordel»

Livré avec intensité et conviction, le texte de «Maudit bordel» de l'album du même titre paru en 2003 n'est pas de Marie-Chantal Toupin. On doit plutôt ce véritable cri du coeur à Pier Béland. Or, comme elle l'a fait pour de nombreux artistes, la chanteuse qui nous a quittés en 2013 a signé son oeuvre sous un pseudonyme, Catherine Deunon. Malgré cela, son message («Que toute la planète est en train de mourir... On prend la Terre pour une poubelle») a rejoint des milliers de fans de Marie-Chantal Toupin, elle dont le spectacle «Maudit bordel» a été finaliste à l'obtention d'un Félix en 2004.

Manuel Tadros - «C'est zéro»

Julie Masse doit le fulgurant début de sa carrière à une jeune artiste de 20 ans qui a levé le nez sur la chanson «C'est zéro» que Manuel Tadros avait écrite pour elle. Jugeant la pièce «trop vieille», la muse n'a pas voulu poser sa voix sur les textes du père de Xavier Dolan, ce que Julie Masse s'est empressée de faire en 1990. Près de 30 ans après plus tard, les mots «Et même si je survis loin de ton soleil / Je déteste mes nuits, je hais mes réveils / Ton départ m'a fait mal comme un coup d'couteau / Dans la peau» résonnent encore.

Corey Hart - «Daniella Denmark»

Jonathan Roy, ancien gardien de but et fils de Patrick Roy, comptait déjà trois albums à son actif quand son succès pop «Daniella Denmark» a envahi les ondes radio. S'il n'avait convaincu à peu près personne que son change-ment de carrière valait le coup, cette chanson signée Corey Hart a tout changé. Le jeune homme a goûté aux joies du sommet des palmarès et a réussi à prouver qu'il a du talent. Le fruit de sa collaboration avec Monsieur «Sunglasses At Night» a donné lieu à la sortie de l'opus «Mr. Optimist Blues» qui a reçu une réponse positive. Ce fut enfin le début d'une véritable aventure.

Lynda Lemay - «Cache-cache»

Immédiatement après sa victoire à «Star Académie» en 2009, Maxime Landry a reçu un cadeau de Lynda Lemay, une de ses idoles, qui lui a écrit la chanson «Cache-cache», le tout premier extrait de son premier album, «Vox Pop». Inspirée du suicide du père du Beauceron, la pièce amorce d'ailleurs l'opus. Parce qu'elle a été ébranlée par l'interprétation de sa pièce «Ne t'en va pas», que Maxime Landry a dédiée à son regretté papa, Lynda Lemay a été poussée à écrire cette pièce. Le résultat a touché un grand nombre de mélomanes, car l'académicien a accepté le Félix de la chanson de populaire de l'année 2010, lors du 32e Gala de l'ADISQ.

Jean-Pierre Ferland - «Ma chambre» et «Je n'ai pas besoin d'amour»

En 1987, Céline Dion a lancé «Incognito» au Québec, un album en français qui a fait d'elle une véritable star. Bien sûr, il y a le sceau Luc Plamondon et celui d'Eddy Marnay. Mais l'année suivante, quand le disque s'est retrouvé sur le marché français, la pièce «Ma chambre» écrite par Jean-Pierre Ferland a fait son apparition. Preuve qu'elle reconnaît, comme plusieurs mélomanes, les talents de parolier de ce dernier, elle a aussi enregistré son texte «Je n'ai pas besoin d'amour» - composé spécialement pour elle - et immortalisé son interprétation sur son album «Sans attendre» proposé en 2012.

Amélie Larocque - «Ton départ»

Popularisée par Marc Dupré, «Ton départ», la pièce encensée du titre de «Chanson de l'année» au Gala de l'ADISQ en 2016, a été écrite par l'auteure-compositrice-interprète Amélie Larocque. Disponible sur l'album «Là dans ma tête» paru en 2014, l'oeuvre est l'une des nombreuses collaborations entre la jeune Sherbrookoise et l'ancien coach de «La Voix». Celle qui se fait désormais appeler AMÉ continue une carrière dans l'univers de l'électro-pop - elle a d'ailleurs proposé un nouvel album en mars -, ce qui ne l'empêche toutefois pas d'écrire pour plusieurs artistes tels que 2Frères ou Renée Wilkin.

Christine Charbonneau - «La dame en bleu»

Si on ne doit nommer qu'une chanson du répertoire de Michel Louvain, c'est «La dame en bleu». Née il y a plus de 40 ans, la pièce fait encore partie de ses concerts. Et à voir l'artiste de 80 ans l'interpréter sur scène ou devant les caméras, force est d'admettre qu'il n'a pas perdu le plaisir de l'offrir à son public. Par contre, il doit une fière chandelle à Pierre Boudreau, son ancien producteur, qui a insisté pour qu'il pose sa voix sur le texte de Christine Charbonneau, une regrettée auteure-compositrice-interprète québécoise dont on ne compte plus les pièces créées pour des artistes de renom.

Michel Rivard - «Belle folie»

Véritable décharge, chaque mot que le rockeur Éric Lapointe prononce dans une «power ballade» semble avoir été écrit par lui. Nommez un de ses nombreux succès - que ce soit «Mon ange», «N'importe quoi» ou «Loadé comme un gun» - et vous en aurez la preuve. La récente proposition du coach de «La Voix», «Belle folie», s'inscrit dans cette lignée. Mais ces paroles soutenues ne sont pas celles d'Éric Lapointe. Elles ont plutôt été écrites par Michel Rivard, un des auteurs sur qui le rockeur peu compter encore plus depuis le départ de son regretté complice Roger Tabra.

Pierre Bourgault - «Entr' deux joints»

Qui n'a pas entendu au moins une fois Robert Charlebois chanter «Entr' deux joints tu pourrais faire quelque chose, entr' deux joints tu pourrais t'grouiller l'cul»? Il y a plus de 40 ans, en 1973, parvenait aux oreilles des amateurs de musique cette pièce rythmée et au langage cru. Portée par un chanteur énergique en pleine ascension, cette création est toutefois née dans la tête d'un autre homme qui n'avait pas la langue dans sa poche: Pierre Bourgault. Bien que son nom a longtemps rimé avec indépendance du Québec et journalisme, ce dernier a signé plusieurs autres chansons.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos