Frédéric T. Muckle
Agence QMI

Les femmes et la musique punk

Les femmes et la musique punk

PHOTO ARIANE LABRÈCHE/AGENCE QMI

Frédéric T. Muckle

La cofondatrice du Pouzza Fest se dit prête à utiliser des «politiques drastiques» pour donner plus de place aux femmes dans son évènement et l'industrie musicale en général.

Plus de 150 groupes seront de passage à Montréal cette fin de semaine pour participer à la 8e édition du festival de musique punk rock qui se déroule dans diverses salles et au parterre du Quartier des spectacles, où les festivaliers pourront assister à plusieurs spectacles gratuits.

Un tiers des groupes de la programmation du Pouzza Fest compte une présence autre que masculine depuis l'an dernier, a souligné la cofondatrice Hélène McKoy. Elle croit cependant qu'il reste encore beaucoup de chemin à faire et il y aura certaines mesures à prendre.

«Moi, je suis pour les quotas et je n'ai pas de problèmes à le dire, a tranché avec aplomb Mme Mckoy. Pour revenir à un pied d'égalité, il faut des politiques drastiques et, pour moi, les quotas sont la seule façon».

«Le punk rock, c'est contre "l'establishement", c'est des valeurs d'égalité, de communauté, d'intégration et il faut que ça soit reflété sur scène», a expliqué Mme McKoy qui a fondé l'évènement en 2011 avec Hugo Mudie du groupe The Sainte Catherines.

«Je dirais que, sur papier, la scène punk est plus inclusive que d'autres, a quant à elle admis Shawna Potter, la chanteuse du groupe punk féministe War on Women qui jouera au festival vendredi. Je crois que parce que nous sommes déjà prêt dans le punk de dire "fuck the man" et que le système ne fonctionne pas pour nous, nous ne sommes pas très loin de nous lever et croire les femmes et gens transgenres.»

«Cependant, la réalité est qu'en tant qu'individus, nous vivons et grandissons dans la même société hétérosexiste et raciste, a-t-elle ajouté. Le sexisme n'est pas unique à un genre de musique, un pays, une société ou un langage, c'est un enjeu à l'échelle mondiale qui doit être traité.»

«Est-elle bonne?»

Selon la musicienne, les femmes peuvent faire face à de nombreuses formes de discrimination dans le monde musical, dont certaines plus subtiles que d'autres.

«J'ai vécu du sexisme plus flagrant et des contacts physiques non sollicités, mais aussi du sexisme de tous les jours, des gens en général qui ne me prenaient pas au sérieux, qui demandait à voir le "vrai" gérant, des choses comme ça», a raconté Mme Potter.

Selon Mme Mckoy, encore beaucoup de gens doutent aussi des compétences des femmes du milieu, que ce soit en tant que musicienne ou technicienne, en posant l'insidieuse et trop banale question «est-elle bonne?».

«Comme la plupart des enjeux, c'est compliqué et il peut avoir différentes façons de l'approcher, a résumé la chanteuse en parlant de ce qui devrait fait pour changer les choses. Il faut surtout penser à ce que l'on peut faire de notre côté et de ce qui est en notre pouvoir.»

Tolérance zéro pour le harcèlement

L'organisatrice du festival a raconté qu'après avoir reçu ses premières plaintes l'an dernier, l'équipe du festival a réalisé qu'elle devait faire plus concernant les allégations d'harcèlement ou d'agressions qui peuvent se produire dans le contexte festivalier.

«Je suis tombé sur le cul, parce que c'est certain que c'est arrivé plein de fois en huit ans, mais c'était la première fois qu'on avait une plainte officielle, a expliqué Hélène McKoy. Ça veut dire que c'est la première fois depuis le #MoiAussi que les filles se sentent en confiance d'en parler plutôt que de revenir à la maison, sacrer et se dire que leur spectacle a été gâché.»

«Il y a une chose qui est certaine, c'est que s'il y a dénonciation et qu'on est témoin, il y aura zéro tolérance [...] et la personne qui t'a agressé va être sortie du festival pour toujours», a insisté la cofondatrice.

Discuter des enjeux

L'évènement compte aussi ce vendredi à 18 h au Midway Speakeasy sur une table ronde réunissant plusieurs actrices du milieu musical pour discuter des nombreux enjeux entourant la place et la situation des femmes dans l'industrie.

«L'idée d'amener ce genre de discussion dans un festival de musique où tout le monde n'est pas nécessairement un activiste ou n'a pas pris le temps de penser à ces enjeux et qui viennent surtout pour entendre la musique [...], je crois que c'est vraiment une bonne chose», a expliqué Shawna Potter, l'une des panélistes de la discussion et la chanteuse du groupe américain féministe War on Women qui se produira au festival vendredi soir.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos