Raphaël Gendron-Martin
Agence QMI

La revanche d'Harmonium

La revanche d'Harmonium

Serge Fiori et Louis Valois.Photo Sébastien St-Jean / Agence QMI

Raphaël Gendron-Martin

Rencontrés dans un studio du centre-ville, Serge Fiori et Louis Valois ont raconté avec émotion comment ils ont pu remixer l'album L'Heptade, le troisième disque d'Harmonium, après que les bandes maîtresses eurent été retrouvées 40 ans plus tard.

Album considéré comme un monument de la chanson québécoise, L'Heptade a célébré son 40e anniversaire le 15 novembre. Pour l'occasion, les amateurs d'Harmonium peuvent écouter une toute nouvelle version du disque: celle que Serge Fiori et Louis Valois ont remixée cet été.

Mais pourquoi toucher à un tel monument? Parce que les membres d'Harmonium n'avaient pu assister au mixage de l'album en 1976, eux qui avaient alors dû partir en tournée au Nouveau-Brunswick.

«On n'était pas insatisfaits de ce qui avait été fait, précise Louis Valois. Les gens qui avaient mixé l'album l'avaient fait avec une vision. C'était parfait pour nous. Sauf que lorsqu'on a enregistré l'album «live», on a réalisé que le band avait une proximité différente de l'album studio.»

Les années ont passé et les bandes maîtresses ont malencontreusement été égarées chez Sony Music. Serge Fiori et Louis Valois ont alors pensé qu'ils ne pourraient plus jamais retravailler L'Heptade.

La découverte

En janvier de l'an dernier, voyant le 40e anniversaire du disque approcher, le tandem Fiori-Valois a recontacté l'équipe de Sony Music pour travailler sur la sortie en DVD du film Viens voir le paysage (qui consiste en une captation live d'un spectacle de la tournée de L'Heptade). C'est là que tout a changé.

«On était avec le gars de Sony à Toronto quand il nous a dit que les pistes de L'Heptade avaient été retrouvées», relate Serge Fiori.

«Ça vous tente-tu de les avoir? nous a-t-il demandé, poursuit Louis Valois. Quand on a écouté ça en studio, on s'est retrouvé instantanément 40 ans en arrière dans le camion à Saint-Césaire. La prise de son que Michel Lachance, l'ingénieur, a faite était fabuleuse.»

Devant cette découverte, les deux musiciens ont été envahis par l'émotion.

«On a pleuré, reconnaît Louis Valois. On était hors de nous. Imagine. Tu te retrouves 40 ans plus tard avec, dans les mains, tous les éléments qui peuvent te permettre de dire ce que tu veux dire, finalement.»

«C'est extraordinaire, ajoute Serge Fiori. On écoutait les pistes et c'était tellement pur que ç'aurait pu avoir été enregistré hier.»

Revivre L'Heptade

Le coffret de luxe de L'Heptade XL comprend l'album en CD et vinyles ainsi que le DVD du film Viens voir le paysage.

Parce qu'ils n'avaient pu «vivre» le mixage de leur œuvre à l'époque, Serge Fiori et Louis Valois ont décidé de se replonger dans L'Heptade.

«Quarante ans plus tard, c'est comme une revanche! lance Fiori en riant. En écoutant la version originale, il y a des choses qu'on voulait améliorer. Surtout sur le plan de la voix, des guitares, de la basse. Un son plus chaud, plus «front» (à l'avant-plan). Avec la technologie, 40 ans plus tard, "on se paie une traite"!»

Les amateurs de L'Heptade original n'ont pas à avoir peur. Serge Fiori et Louis Valois assurent qu'ils n'ont pas voulu dénaturer l'œuvre qui était déjà là.

«Il y en a beaucoup qui m'ont dit: "touche pas à mon Heptade!" mentionne Valois. Mais je ne touche pas à ton Heptade, je te donne une relecture différente. Si tu veux retourner à L'Heptade, l'album existe toujours.»

Audaces sonores

Mis à part le nouveau mixage de certaines pistes, les deux musiciens se sont permis «quelques audaces».

«Dans Le Corridor, on a refait une portion, dit Fiori. On a enregistré un duo avec Monique Fauteux. J'avais toujours voulu en faire un sur l'album, mais pour des raisons thématiques, on ne l'avait pas fait.»

«On entend maintenant mieux certains sons, alors qu'on a enlevé quelques autres affaires, ajoute Louis Valois. Ce sera aux fans de trouver lesquelles!»

Ainsi donc, si au cinéma il existe la director's cut (la version du cinéaste), Serge Fiori et Louis Valois proposent ici, avec L'Heptade XL, leur musician's cut.

«C'est vraiment ça! dit Serge. Ce qui est fabuleux, c'est qu'en écoutant les pistes, on avait le souvenir précis de comment on les avait faits. C'était instantané. Je me retrouvais en 1976.»

Un concert? Oubliez-ça!

Bien sûr, avec la sortie de L'Heptade XL vient l'inévitable question d'un concert. Pour les nombreux admirateurs d'Harmonium, la possibilité d'une éventuelle réunion du groupe fait saliver.

Mais, questionnés à ce sujet, Serge Fiori et Louis Valois coupent court à tout retour.

«Dans mon cas, ce serait de revisiter quelque chose qui est intouchable, dit Serge Fiori. Oui, on pourrait le faire pour l'argent. Mais on aime mieux laisser L'Heptade là où il est. On serait bien déçus de faire un concert.»

«On ne serait pas à la hauteur, ajoute Louis Valois. Je trouve qu'il y a une très grande honnêteté là-dedans. Parce que ce ne sont pas les offres qui manquent, tu peux imaginer. Le Centre Bell, trois soirs, remplis à craquer, à 160 $ le ticket. Il y a cette offre-là devant nous. Mais on n'est pas là du tout. On n'ira pas jouer dans ce terrain-là.»

Pour voir Harmonium en spectacle, les amateurs devront donc se rabattre sur le DVD Viens voir le paysage.

«C'est en noir et blanc, trash, fucké, dit Serge Fiori. C'est vraiment un bootleg, mais ça donne une petite fenêtre de ce que c'était pour les gens qui ne l'ont pas vu.»

La création d'un monument

En 1976, après avoir sorti coup sur coup un album homonyme et Si on avait besoin d'une cinquième saison, Harmonium s'attaquait à la création de son troisième disque en trois ans.

«On avait la tête à la bonne place, dit Serge Fiori. Il y a eu une évolution musicale et thématique qui se préparait. C'était évident qu'il fallait s'en aller là, faire un Heptade. On n'aurait pas pu revenir avec un album de huit chansons de trois minutes.»

À l'époque, la musique progressive était dominée par des groupes comme Pink Floyd et Genesis.

«Mais il ne fallait pas que nous sonnions comme eux, dit Fiori. C'est un son extrêmement québécois. C'est tellement Montréal. Ce n'était pas facile parce que Pink Floyd avait 1,5 million de dollars pour faire son album. On avait 50 000 $. Pour dix fois moins d'heures et de moyens, il fallait avoir le même résultat.»

Aujourd'hui, Serge Fiori et Louis Valois se demandent de quelle façon un album comme L'Heptade serait accueilli s'il voyait le jour en 2016.

«On ne ferait pas [le gala de] l'ADISQ, en tout cas, et je ne pense pas qu'on jouerait à Rouge FM!» lance Fiori en riant.

L'Heptade en quelques points

Le disque a été enregistré principalement dans la maison de ferme de Serge Fiori à Saint-Césaire, en Montérégie, durant l'été 1976.

• Il suivait les albums Harmonium (1974) et Si on avait besoin d'une cinquième saison (1975).

• Le groupe avait utilisé un camion d'enregistrement de l'émission Saturday Night Live.

• Ce double album est d'une durée de 85 minutes.

• Il est sorti le 15 novembre 1976.

• En quelques mois, le disque s'est écoulé à plus de 100 000 exemplaires.

• Il s'est avéré le dernier album studio de la carrière d'Harmonium.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos