Camille Dufétel
Agence QMI

Stefie Shock: Gainsbourg dans la peau

Stefie Shock: Gainsbourg dans la peau

L'album 12 belles dans la peau comprend 12 duos avec des femmes, chanteuses ou actrices. Photo courtoisie

Camille Dufétel

MONTRÉAL - Stefie Shock lance mercredi un album de reprises de chansons de Serge Gainsbourg, 25 ans jour pour jour après sa disparition. Intitulé 12 belles dans la peau, ce disque hommage comprend 12 duos avec des femmes, chanteuses ou actrices.

Pour réaliser cet album dont le titre est celui d'une chanson du légendaire chanteur français, Stefie Shock s'est entouré de femmes inspirantes, comme Gainsbourg en son temps.

«Les femmes ont été probablement sa seule source d'inspiration et il a fait chanter autant de chanteuses que d'actrices, a-t-il indiqué. Il a été déterminant pour Juliette Gréco, évidemment pour Birkin, il a donné de la belle musique à Deneuve, à Adjani, il a donné à chanter à France Gall aussi, et à Bardot.»

L'auteur-compositeur-interprète et DJ québécois, souvent comparé à Serge Gainsbourg en raison de son timbre de voix et de son physique - «Je lui ressemble plus qu'à Johnny Hallyday!», a-t-il plaisanté - a d'abord imaginé sa «wishlist de chansons», puis d'interprètes.

«J'ai fait des associations. Pour Sous le soleil exactement, j'ai tout de suite pensé à Marie-Pierre Arthur, a raconté Stefie Shock. Anne Dorval, la première actrice que j'ai appelée, voulait faire Je suis venu te dire que je m'en vais: son interprétation est formidable.» 

En duo

Klô Pelgag, Évelyne Brochu, Stéphanie Lapointe, Gaële, Fanny Bloom, Laurence Nerbonne, Marieme, Sophie Beaudet, Suzie McLelove et Pascale Buissières interprètent également chacune une chanson en duo avec le chanteur sur cet album auquel il réfléchit depuis deux ans.

«Gainsbourg a été un grand chanteur capable d'émotions sans s'égosiller, a-t-il souligné. Il s'est servi de rimes riches, mais aussi de mots sans artifice. Il avait juste à chanter Je suis venu te dire que je m'en vais et tout de suite il y avait une puissance qui s'en dégageait. Il est là, l'art.»

Il estime que le chanteur a «mené la chanson française ailleurs».

Stefie Shock se dit particulièrement fasciné par le Gainsbourg de la fin des années 60.

«Il est vraiment venu me chercher avec Requiem pour un con, sa pièce maîtresse de modernité. Je considère que c'est sa période la plus inspirée hormis ce qu'il a pu écrire pour Birkin plus tard et qu'il n'a jamais chanté, a confié Stefie Shock. Il me plait énormément ce Gainsbourg-là, celui qui a créé des mélodies pour des femmes et qui s'est dit: "ce n'est pas à moi de les chanter".»

Gainsbarre

Il souligne qu'il n'a jamais pour autant idolâtré le chanteur.

«Je n'aime pas tellement le personnage Gainsbarre des années 80, la façon qu'il avait de se présenter, de faire à tout prix du scandale, ce n'est pas ce Gainsbourg-là à qui je rends hommage. Celui qui a écrit Lemon incest et No comment ne m'intéresse pas, a affirmé Stefie Shock. Moi c'est le Gainsbourg amoureux de Birkin. Je trouve qu'elle lui a donné ses plus belles années musicales.»

Pour lui, une reprise est réussie notamment «quand on en fait une relecture, qu'on lui donne un nouvel arrangement».

«Comment te dire adieu, j'avais envie de lui donner un côté électro rétro, d'ailleurs je vais en sortir un remix», a-t-il fait savoir.

Si son album donne l'envie d'écouter un volume 2, Stefie Shock assure avoir déjà la liste de chansons.

Le lancement de 12 belles dans la peau aura lieu mercredi au Café du Monument-National, à Montréal, en formule 5 à 7. 

Aussi sur Canoe.ca:



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos