Raphaël Gendron-Martin
Agence QMI

Fougueuse Marie-Mai

Rentrée montréalaise pour Marie-Mai

Voir en plein écran

Raphaël Gendron-Martin

Marie-Mai donnait, jeudi soir, la première représentation très attendue de sa «résidence des Fêtes», au Théâtre St-Denis. Le Journal de Montréal a décortiqué pour vous ce premier concert en sol québécois pour la rockeuse en plus d’un an.

La scénographie

Premier constat dès le début du concert: un souci particulier a été apporté à la scénographie, gracieuseté de Jonathan Lewis, un complice de longue date de Marie-Mai. On a particulièrement apprécié les énormes échafauds placés à l’arrière de la scène, dans lesquels les danseuses ont pu se promener allègrement. Un petit clin d’œil à la comédie musicale Rent, dans laquelle Marie-Mai a déjà joué?

Les vidéos

Visuellement, ce nouveau spectacle est pour le moins époustouflant. Les projections vidéo conçues par la boîte 4U2C, qui a récemment travaillé avec Céline Dion, permettent aux spectateurs d’être pleinement imprégnés par le concert. Quelques séquences vidéo ont été tournées spécifiquement pour le concert. On a aussi pu y voir des images du nouveau vidéoclip pour Je reviens. Un très bel ajout visuel. On ne peut malheureusement pas en dire autant des tenues vestimentaires de Marie-Mai, dont quelques-unes nous ont fait sourciller.

La nouvelle chanson pour ouvrir

Marie-Mai avait écrit une nouvelle pièce spécialement pour ouvrir ce nouveau concert au St-Denis. Même si elle est très énergique, Je reviens a été accueillie plutôt tièdement par la foule, jeudi, alors que les spectateurs sont sagement restés assis. Un début de spectacle qui laissait présager une soirée peut-être difficile pour la chanteuse. Tout est finalement rentré dans l’ordre dès le morceau suivant, C.O.B.R.A., qui a fait bondir la foule par son énergie contagieuse.

Les musiciens et les danseuses

Marie-Mai était entourée de ses musiciens habituels: Fred St-Gelais (guitare), Guillaume Doiron (guitare), Robert Langlois (bassiste), Guillaume Marchand (clavier), Maxime Lalanne (batterie). Ceux-ci, tous vêtus de noir, étaient relativement plus effacés que lors des concerts au Centre Bell. Du côté des six danseuses, bien que leur présence ait insufflé une dose d’énergie dans le premier tableau du concert, on aurait préféré des chorégraphies un peu plus élaborées.

La portion rock

Après un premier tableau «exotique» qui n’a pas entièrement rempli les attentes, Marie-Mai est revenue dans son élément avec un segment rock qui comprenait notamment ses succès Mentir, Qui prendra ma place et Indivisible. Alors qu’elle était partie enfiler une nouvelle robe, et avant qu’elle interprète Mentir, Marie-Mai a laissé sa place à ses musiciens qui ont livré un intermède corrosif, presque à la Nine Inch Nails. Une parenthèse de quelques secondes qui a mis du pep dans la salle. Le pot-pourri avec des pièces de Major Lazer (Lean On) et Justin Bieber (Sorry) a aussi été très bien accueilli.

La relecture de Nirvana

Elle qui avait dit que son spectacle renfermerait plusieurs surprises, Marie-Mai nous réservait sa plus grande surprise d’entre toutes. Au retour de l’entracte, elle nous est apparue portant une robe noire à longue traîne. Elle a ensuite livré une superbe version acoustique de Smells Like Teen Spirit, de Nirvana. On se demandait alors si on avait bien Marie-Mai devant nous, elle qui avait alors des airs rappelant Florence and the Machine. Une jolie bouffée d’air frais.

Le segment acoustique et anglophone

Autre segment très intéressant de la deuxième partie, quoique trop court, celui acoustique. Seule avec Fred St-Gelais, la rockeuse a livré sa très belle nouvelle composition Almost. Elle a ensuite enchaîné avec Blank Space, de Taylor Swift. Les deux interprétations très épurées nous ont montré une autre facette de la chanteuse, un côté qu’elle devrait exploiter davantage.

Une Marie-Mai différente?

En entrevue pour ce concert, Marie-Mai nous avait dit à quel point elle était différente dans ce concert. Au final, la chanteuse a bien servi quelques moments surprenants, dont une version électro-rock d’Encore une nuit, mais souvent, on voyait le jeune public dubitatif devant ces choix ambitieux. On ne peut toutefois que saluer les efforts de la rockeuse d’aller vers d’autres horizons plus risqués. Son concert au St-Denis se veut sans temps mort et gagnera sûrement en assurance au fil des représentations. Déjà un incontournable du temps des Fêtes.

Marie-Mai sera en spectacle au Théâtre St-Denis jusqu’au 9 janvier. Infos: mariemai.com.

Aussi sur Canoe.ca:



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos