Michelle Coudé-Lord
Journal de Montréal
Journal de Montréal

Deux ans de négociations

L'album de Funkytown - Deux ans de négociations

Michelle Coudé-Lord
Journal de Montréal

Dernière mise à jour: 17-01-2011 | 07h16

Pour réaliser la bande sonore du film Funkytown, le producteur de Caramel Films, André Rouleau, bien guidé par Mario Lefebvre, ancien bras droit de René Angélil, et par le compositeur Jean Robitaille, a négocié pendant deux ans les droits mondiaux de plusieurs grands succès disco des années 1980. En fait, seul David Bowie a dit non pour la chanson Life on Mars.

«On ne pouvait plus se le payer. Il nous demandait 100 000 $ à lui seul pour une seule chanson utilisée dans une scène du film. Ce n'était plus possible. Déjà, on parle d'un travail de titan de deux ans, de négociations serrées avec de grandes maisons tant à New York qu'à Londres. Une opération qui, à la fin, coûte près d'un million de dollars. Mais je le répète, sans l'aide de Mario Lefebvre et de Jean Robitaille, tout cela aurait été impossible», confie en entrevue l'audacieux producteur André Rouleau, qui va surprendre les gens avec le film Funkytown.

L'important pour son équipe était d'obtenir les droits mondiaux des 22 chansons ou extraits inclus dans le film.

«Nous avons appris de l'expérience de C.R.A.Z.Y., qui avait aussi une trame sonore importante. Mais ils n'avaient pas tous les droits mondiaux, ce qui a empêché certaines ventes à l'étranger. Pour nous, ce ne sera pas le cas, car nous croyons que ce film a une possible carrière internationale», ajoute le producteur en entrevue.

À Berlin

Son premier test à l'international aura lieu au festival des films de Berlin, en février prochain.

«Ce sera sa grande première à l'étranger», précise le producteur.

Mario Lefebvre tient aussi à souligner publiquement la précieuse collaboration du patron d'Universal Canada, Paul Jessop.

«Il a cru en notre projet musical de Funkytown dès le départ. Il y a de grandes chansons sur cet album ; il suffit de citer Doctor Orders de Carol Douglas et Funky-Town de Lipps Inc. Nous avons des musiques originales et Jean Robitaille a fait un travail immense de réarrangement pour d'autres. Un beau projet qui donne une dimension internationale à ce film.»

«La musique du film est un personnage en soi, surtout quand on parle des années in-tenses du disco où Montréal, avec New York et Los Angeles, était une plaque tournante», indique Mario Lefebvre, dont la protégée, Marilou, joue le rôle d'une jeune chanteuse et interprète une version de Love to Love

Nancy Martinez et Kim Richardson participent également à la trame sonore du film Funkytown.

Jean Robitaille avait fait les arrangements pour le film Ma vie en cinémascope.

L'album et le film sur le marché américain?

André Rouleau rappelle l'importance du projet musical pour son film, dont le budget est de 8 M$.

«Le hic, c'est que nous voulions tous les droits mondiaux pour toutes les chansons. Universal trouvait notre projet audacieux au départ, mais ils ont embarqué dans l'aventure avec nous. Devant l'importance des chansons, nous avons fait également une édition de luxe de l'album. Nous voulons le sortir aux États-Unis et nous souhaitons trouver un distributeur pour que le film sorte aussi aux États-Unis. Ce film a été un grand projet et on souhaite l'emmener très loin», conclut André Rouleau.

La première étape est le lancement de l'album dès demain et le film sortira le 28 janvier prochain dans plus de 80 salles.

Funkytown est une production de Caramel Films; il est distribué par Remstar.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos