Le monde à l’envers

Troisième album de Mosquito-B - Le monde à l’envers

Marc-André Boivin

Dernière mise à jour: 20-11-2007 | 20h50

Alors que des centaines de groupes rock québécois se tournent vers la chanson francophone après avoir essayé l’anglais durant bon nombre d’années, le groupe Mosquito-B, lui, fait les choses à l’envers. Après deux albums en français, les revoilà avec un troisième album, Raid, uniquement en anglais.

Mosquito-B, c’est d’abord et avant tout Dan Louis qui a entrepris ce projet musical en 2000. «J’ai fait un très beau voyage en français, mais mes musiciens me disaient toujours que ça pourrait fonctionner en anglais. Alors, nous avons fait quelques essais, notamment avec une chanson comme Get A Life et je me suis dit qu’effectivement, les chansons avaient un potentiel anglophone», affirme l’auteur-compositeur et bassiste de la formation.

Les membres de Mosquito-B avaient convié les médias mardi en fin de journée à l’Ozone du boulevard Laurier, histoire de donner un aperçu de ce tout nouvel opus. «C’est le fruit de trois ans de travail. J’ai travaillé dans cinq studios différents. Je n’ai jamais eu autant de musiciens qui ont travaillé à mes projets, mais curieusement, c’est l’album le plus personnel que j’ai réussi à faire jusqu’à maintenant», affirme le chanteur.

Sans réinventer la roue, Mosquito-B est tout de même très efficace avec son troisième opus. Très mélodique, assez pop, ce disque est des plus accessible et pourrait facilement se tailler une place de choix si, évidemment, la promotion est effectuée correctement. On pourrait facilement comparer Mosquito-B avec des groupes comme Goo Goo Dolls ou encore, Lifehouse. La différence? Contrairement aux deux groupes mentionnés précédemment, on ne s’ennuie pas avec les chansons de Mosquito-B et on ne sent pas l’envie de passer par-dessus une ou plusieurs pièces lorsqu’on en fait l’écoute.

Issu du monde de la publicité, Dan Louis sait ce qui fonctionne et ce qui peut déranger. La pièce Rabbit, qui ouvre l’album et qui est le premier extrait radio, en est l’exemple parfait. Le langage plutôt cru de cette pièce, où on parle d’un chaud lapin, a toutefois forcé le groupe à enregistrer une version où le fameux «F word» n’est pas utilisé. Mosquito-B sait aussi s’entourer pour que son produit passe la rampe. Le clip du premier extrait, tourné récemment, a été réalisé par Rod Vicious, bien connu dans le monde du X. «Il a fait beaucoup de clips, mais aussi beaucoup de films de cul», lance le chanteur en riant.

Dan Louis s’est aussi assuré la présence de grosses pointures en studio. Fred St-Gelais, fidèle complice de Marie-Mai et qui a travaillé avec Marc Dupré et pour Canadian Idol, a bien aimé ce qu’il a entendu et a trouvé le temps de venir en aide au groupe. «Ç’a été vraiment une belle collaboration avec Fred. Il était débordé, mais comme il avait adoré les maquettes, il a su se libérer pour travailler à notre projet», confie Dan Louis. Ce dernier sait aussi s’entourer sur scène alors que le lancement s’effectuait avec les excellents Dominic Fournier à la batterie en plus de Jean-François Richard et de «l’ange» Gabrielle aux guitares.

Mosquito-B s’attaque donc au marché québécois cet automne en espérant que les radios embarquent dans la parade. Le groupe compte ensuite se tourner vers le Canada anglais et qui sait, peut-être vers le marché international, immédiatement après les fêtes. «Ça dépend toujours de ce qui va se passer avec les radios», conclut le leader de Mosquito-B.


Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos