Intakto, l’émotion à fleur de peau

Festival d’été de Québec - Intakto, l’émotion à fleur de peau

Reine-May Crescence

Dernière mise à jour: 08-07-2007 | 14h45

Intakto, voilà un nom qui claque comme un coup de fouet dans les oreilles. «Nous avons choisi ce nom parce qu’il sonne bien et décrit phonétiquement notre manière de marier les rythmes. On mixe nos deux cultures musicales tout en gardant intacte nos deux personnalités» déclare Alejandro, le chanteur du groupe, rencontré quelques minutes avant son entrée en scène. Intakto est le fruit d’une rencontre hasardeuse survenue en juillet 1995, entre deux passionnés de musique qui naviguaient dans des registres différents : Simon Claude, Violoniste québécois détenteur d’une formation classique au violon mais davantage attiré par le rock, et Alejandro Venegas, chanteur et guitariste d’origine chilienne, grand amateur de tango, vivant au Québec depuis une trentaine d’années.

Entre la poésie et le frisson

Un gars du nord et un gars du sud qui ont mis en commun leur fougue et leur talent pour offrir une musique originale hors des sentiers battus. Une musique disons… élastique, à la fois poétique et riche qui s’inspire de la tradition du tango tout en sortant du cadre un peu rigide du tango classique.

Mais leur rencontre est-elle vraiment le fruit du hasard ou plutôt une heureuse coïncidence? Car la chimie semble évidente entre ces deux artistes que tout oppose à la base. Ils ont créé un style musical unique qui leur est propre, à mi-chemin entre la poésie et la fougue, la nostalgie et l’humour, l’authenticité et l’émotion. Une musique transperçante comme l’éclair dans l’orage qui nous a donné des frissons sous un soleil pourtant radieux.

«Todavia», du pur bonheur

Leur premier album, qui s’est vendu à plus de 20 000 exemplaires, a été lauréat du Félix 2003 dans la catégorie «Musiques du monde». Le deuxième «Todavia», assez récent puisque sorti en avril 2007, dont des extraits sont disponibles en ligne sur leur site officiel, est un pur bonheur. En 14 titres et avec leur touche personnelle si particulière, le duo soutenu par un nouveau band, nous plonge dans l’univers nostalgique et langoureux du tango argentin sans tomber dans la caricature. Un album qui arrache toujours le cœur mais beaucoup plus souple dans les arrangements et les rythmes imposés.

Malheureusement, leur prestation au festival d’été n’aura attiré qu’un public clairsemé mais néanmoins fidèle. Pourtant le soleil était au rendez-vous malgré le temps maussade annoncé la veille. En attendant leur prochain spectacle qui n’interviendra que dans le courant du mois d’octobre (la date n’est pas encore fixée), vous pouvez toujours vous procurer le dernier album qui vous transportera à coup sûr vers des contrées ensoleillées et inattendues.


Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos