Rentrée réussie pour Damien Robitaille

De notre journaliste mobile - Rentrée réussie pour Damien Robitaille

Frédéric Mailloux

Dernière mise à jour: 19-04-2007 | 13h21

Suite à sa « pratique » publique au Lion D’Or, où il avait invité le public a formuler critiques et commentaires pour son premier spectacle avec une formation complète, Damien Robitaille est retourné en studio pour peaufiner les détails. Le résultat, présenté hier soir en première officielle, satisfera certainement les spectateurs qui se déplaceront pour le voir en tournée, à en juger de la réaction de la foule entassée dans le Club Soda hier soir.

Il est lui-même venu présenter sa première partie, Jonathan Savage, avec son verbe loufouque et ses intonations de franco-ontarien. Première partie qui fut agréable et un tantinet courte – 20 minutes. La musique de monsieur Savage est certainement plus convaincante sur disque, avec les arrangements et les instrumentations. Il s’est démarqué plus par son humour et ses mots d’esprit que par ses chansons. Mais conquérir une salle seul sur scène avec sa guitare, pendant que les techniciens s’affairent aux derniers réglages ne sont pas des conditions gagnantes. À réécouter sur disque.

Et vint Damien, que tous attendaient impatiemment. Il nous a présenté un spectacle rodé, huilé et bien senti. Mélangeant humour et simplicité, amour et complexité musicale, il a, pendant plus d’une heure quarante-cinq, fait entrer son public dans un univers naïf et bon enfant, où tout problème se règle assez facilement, où les sentiments sont bruts et présents, où la joie de vivre dépasse d’une bonne tête le spleen urbain et la mélancolie.

Entouré de 3 musiciens hors-pairs (JF Lemieux à la basse, Alexis Martin à la batterie et aux percussion ainsi que Dominique Lanoie aux guitares) qui s'amusaient comme des gamins, Robitaille a joué l’intégrale de son album, en plus de nous présenter huit nouvelles pièces. Il aurait eu avantage à ne pas les coller les unes sur les autres : quatre nouveaux morceaux de suite, en plein milieu de spectacle, c’est demandant pour un public…Les nouvelles chansons - d’influence country-reggae! – tiennent la rampe et augurent de bonnes choses pour le prochain album de Damien.

J’aurais aimé qu’il s’éloigne un peu plus des versions enregistrées de son répertoire, mais avec un seul disque à son actif, l’exercice aurait été un peu futile : les gens commencent à peine à le connaître. Mention spéciale aux improvisations de l’Homme qui me ressemble, Mètres de mon être et la version disco-ifiée de Cercles.

Ses drôles d’interventions son phrasé unique de franglophone et sa bouille sympathique lui procurent l’affection immédiate du public. Ajoutez à cela un répertoire très solide de folk-rock et la recette est gagnante. Une supplémentaire est déjà annoncée pour le 20 octobre. À suivre cet été, en tournée et dans les festivals.

Pour consulter le site officiel de Damien

Pour revoir l'entrevue réalisée par Canoë

Pour lire la critique du disque


Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos