Buckingham sous toutes ses facettes


Ce soir au Métropolis - Buckingham sous toutes ses facettes

Philippe Rezzonico
Le Journal de Montréal

Dernière mise à jour: 04-04-2007 | 12h33

Un band, cinq membres, des déchirements internes, des chansons de rupture, un disque vendu par dizaines de millions et des séparations: le nouveau scénario d'une émission de téléréalité? Non. Tout simplement l'histoire de Fleetwood Mac et du disque Rumours il y a 30 ans.

«En effet, ça aurait fait une bonne émission de téléréalité si on avait laissé les caméras filmer notre intimité et nos tournées à l'époque», note Lindsey Buckingham, compositeur et guitariste émérite de Fleetwood Mac qui vient nous présenter ses propres chansons et des classiques du groupe ce soir au Métropolis.

C'est souvent dans les moments difficiles qu'émergent les meilleures chansons. Ce fut le cas pour Fleetwood Mac, qui était formé en 1977 de Mick Fleetwood et des ex-couples Buckingham/Stevie Nicks et John/Christine McVie. Est-ce l'une des raisons du succès hallucinant de ce disque qui figure encore parmi les cinq albums les plus vendus de tous les temps?

«La qualité des chansons composées par un groupe où il y avait trois auteurs-compositeurs est, je pense, l'une des explications. Au plan musical en tout cas... Mais il est clair que ce que nous vivions en tant qu'êtres humains fascinait les gens. Nous étions des gens torturés au sein de ce groupe où se trouvaient deux ex-couples qui tentaient de faire de la musique. C'était presque un exercice de déni constant.

«Ce processus de rupture attirait le public un peu voyeur qui allait nous voir en spectacle ou qui apprenait les aléas de notre vie dans les tabloïds. J'ai parfois l'impression que certains ont vu dans cette destinée une curieuse forme d'héroïsme de la part de gens qui continuaient à faire de la musique ensemble malgré tout.»

Place à l'optimiste

Cette période est révolue. Buckingham est dorénavant marié à la photographe Kristen Messner, il a trois enfants, et les quatre-cinquièmes de Fleetwood Mac se sont réunis en 2003 pour l'album Say You Will, qui a mené à une tournée où Buckingham a eu plus d'espace que jamais en raison de l'absence de Christine McVie. Cela lui a permis de «trouver des réponses à des interrogations demeurées sans réponse trop longtemps». Ce dernier a donc pu écrire les compositions de Under the Skin, son premier disque de matériel solo depuis Out of the Craddle, en 1992.

«J'avais beaucoup de compositions à ma disposition, mais certaines d'entre elles, écrites au tournant des années 1990-2000 se sont retrouvées sur Say You Will

- Comment savez-vous, durant l'écriture, si ça sera une composition pour vous ou pour Fleetwood Mac?

«Certaines chansons de Under the Skin sont trop personnelles pour être jouées par le groupe, mais quand le propos est plus universel, je ne le sais pas. Ça dépend de comment on l'enregistre, du contexte, etc.»

Donc, on retrouvera toutes les facettes du guitariste-compositeur ce soir.

«Aucun doute. Il y aura les nouvelles chansons, du matériel de mes autres albums solos et des titres de Fleetwood Mac (Tusk, Go Your Own Way) que je n'ai aucune raison de mettre de côté.»


Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos