Un coffret pour leur 10 ans

Mes Aïeux - Un coffret pour leur 10 ans

Philippe Renault

Dernière mise à jour: 25-11-2006 | 23h03

«Je ne peux pas croire que je le tiens dans les mains! » Cette exclamation de Stéphane Archambault veut tout dire quant au sentiment de fierté qui régnait dans le local de répétition de Mes Aïeux lundi dernier, alors que les membres du groupe touchaient pour la première fois à leur CD/DVD live Tire-toi une bûche. Ce projet vient en quelque sorte boucler les dix premières années de leur carrière.

Ces derniers étaient si enthousiastes qu’ils se sont fait un honneur d’offrir au journaliste un petit tour guidé du document audiovisuel, s’arrêtant principalement aux extras, question de bien rire de l’accoutrement de Stéphane lors de l’émission Spécial 41/2 en folie, l’une des premières apparitions du groupe à la télévision.

Plus sérieusement, la joyeuse bande est par-dessus tout emballée d’avoir l’occasion de tourner la page sur dix ans de musique en s’offrant un tel cadeau.

«Après dix ans et trois albums, c’est comme la cerise sur le sundae! Lorsque nous sommes revenus de France, nous nous sommes dit qu’avant de sortir un quatrième disque, on pourrait utiliser nos archives de vidéos et de shows pour fermer le premier cycle de cette façon», note Stéphane Archambault.

Incohérence volontaire
Afin de donner naissance au DVD, une équipe de production a filmé tous les spectacles du groupe entre octobre 2005 et février 2006, puis n’a pas hésité à tout mettre ensemble. «Nous avons fonctionné d’une drôle de façon. Il y a une dizaine de shows en tout», indique le chanteur. «Il y avait trois caméras chaque soir, avec des points de vue différents d’un soir à l’autre. Dans une même toune, il peut y avoir six ou sept shows. C’est pour ça qu’à un moment on peut dire Bonsoir Maniwaki, pour ensuite jouer au Métropolis», renchérit la violoniste Marie-Hélène Fortin. «C’était la meilleure façon de rendre l’esprit des spectacles et l’énergie qui passe», croit de son côté Éric Desranleau.

De l’inédit
Le CD comprend 12 pièces, tandis que le DVD en compte 18, en plus des extras. «Certaines tounes se répètent sur le CD et le DVD, mais ce ne sont pas les mêmes versions», avise Frédéric Giroux. Le groupe a également intégré deux extraits inédits, Lettre, qui se veut l’intro du spectacle, et Nous sommes, pièce qui présente les membres du groupe en chanson.

«Ça fait longtemps qu’on reçoit des courriels pour qu’on enregistre Nous sommes, qu’on jouait surtout à nos débuts pour nous présenter. C’est fait maintenant!» lance Marie-Hélène.

Dix ans de souvenirs
Soulignant leurs dix ans de carrière, l’occasion est belle pour faire un bref bilan de leur vécu en évoquant quelques-uns des plus beaux moments que les artistes ont vécus ensemble. «Notre spectacle au parc Maisonneuve est un moment spécial. C’était la première fois qu’on jouait devant plus de 200 000 personnes. Et ça a bien été malgré les papillons!» entame Marie-Hélène. «Toutes les premières fois qui ont fait partie de notre ascension ont été marquantes, que ce soit la première fois où nous avons pris l’avion ou lorsque nous avons joué à Granby en 1998. À Granby, c’était la première fois qu’on donnait un show et qu’on couchait sur place, comme dans une vraie tournée!» se souvient Frédéric Giroux.

«Il y a aussi les rencontres. Nous avons été très chanceux de ce côté, comme lorsque Michel Rivard nous a invités à son émission Studio TV5 ou encore quand Plume est monté sur scène avec nous. Il a manqué sa réplique, mais ce n’est pas grave, c’était un beau moment. Il y a aussi Stefie Shock, Ariane Moffatt, Vincent Vallières, Serge Fiori et plusieurs autres», ajoute Marie-Hélène.

Numéro un
Mais par-dessus tout, leur progression constante, étape par étape, jusqu’à leur numéro un actuel à CKOI, représente leur plus grand accomplissement. «Ça nous a pris quatre ou cinq ans pour faire notre premier disque, en 1999. Nous en avons imprimé 2000 parce qu’on était optimistes!» se rappelle Marc-André. «Nous avons maintenant deux disques d’or, un billet d’argent pour 25 000 billets vendus, et là, alors qu’on décide de faire une pause, on se retrouve numéro un au 6 à 6 avec Dégénérations», note Frédéric.

«Ça fait deux ans et demi que nous avons envoyé ce single. On nous avait répondu que ça ne cadrait pas et que les gens n’aimeraient pas ça! Ça montre que les radios peuvent changer», se réjouit Stéphane Archambault.


Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos