Bon Jovi prévoit casser la baraque!

Tournée Because We Can - Bon Jovi prévoit casser la baraque!

 

Jane Stevenson

Dernière mise à jour: 13-02-2013 | 09h13

Même Richie Sambora, le guitariste de Bon Jovi, reconnaît que le groupe originaire du New Jersey s'engage sur un chemin inconnu en lançant une tournée mondiale, qui sera à Montréal ce mercredi, avant même que le disque qui la justifie ne soit sur les tablettes.

Les rockeurs ont en effet donné le coup d'envoi de leur tournée Because We Can –nommée d'après le premier simple de l'album à paraître– le 9 février, alors que l'album lui-même, What About Now, doit sortir le 26 mars seulement. Les membres du groupe sont-ils nerveux à l'idée de mettre la charrue devant les bœufs, musicalement parlant? Richie Sambora, le batteur Tico Torres et le claviériste David Bryan n'en ont pas soufflé mot.

«Depuis que le groupe existe, c'est la première fois que nous partons en tournée avant même la sortie d'un disque, alors je crois que nous allons bien vite découvrir si ça peut fonctionner ou non, n'est-ce pas?» a lancé Richie Sambora, en conférence de presse avec les deux autres membres du groupe.

David Bryan a pour sa part indiqué que le groupe avait déjà commencé à répéter des morceaux de What About Now, incluant la pièce Not Running Anymore, que le chanteur Jon Bon Jovi a écrite pour le film Stand Up Guys et qui a récolté une nomination aux Golden Globes. Ce nouveau matériel sera intégré au spectacle. C'est toutefois Jon Bon Jovi qui décide de la liste des morceaux au menu.

What About Now, le premier album studio du groupe en quatre ans, soit depuis The Circle sorti en 2009, traite en partie des soubresauts de l'économie mondiale, a dévoilé Sambora, qui participe à l'écriture des chansons avec Jon Bon Jovi.

«Ce qui s'est produit dans le monde a motivé ce disque, a ajouté le guitariste de 53 ans. Avec notre dernière tournée, qui a été présentée dans 52 pays dans le monde, nous avons été témoins de ces problèmes qui survenaient un peu partout et, surtout, de la manière dont les gens y ont réagi personnellement. C'est probablement à ce moment-là que nous avons commencé à réaliser l'importance de tout ça.»

Le guitariste affirme que ni la dévastation de la côte du New Jersey par l'ouragan Sandy, ni les récentes fusillades survenues aux États-Unis ne sont abordées sur cet album. Les textes ont en fait été écrits avant ces évènements. Le disque traite donc vraiment d'économie, sans toutefois emprunter un ton pessimiste. «Ce n'est pas un album qui tire les gens vers le bas et qui se concentre sur le négatif. C'est en fait très optimiste comme album», a-t-il assuré.

Malgré que le nouveau simple Because We Can présente des sonorités plus pop que ce à quoi le groupe a habitué son public, la formation ne délaisse pas pour autant ses racines rock. «En fin de compte, cet album ne renie pas le son typique de Bon Jovi, a expliqué le musicien. On s'entend, avec un groupe comme le nôtre, qui roule depuis maintenant presque 30 ans, on ne réinvente pas la roue. Vous voyez ce que je veux dire? On s'arrange simplement pour débusquer de bonnes chansons et on s'assure que ça fonctionne.»

«Si vous nous mettez tous dans un studio, ce qui va en sortir sonnera comme du Bon Jovi parce que nous sommes Bon Jovi!» a dit David Bryan, le claviériste de 51 ans, comme pour préciser la pensée de son collègue.

Une chose est sûre, c'est que le groupe ne ralentit pas la cadence en dépit de son 30e anniversaire, un évènement auquel ses membres n'accordent pas beaucoup d'importance. «On n'y a jamais pensé de cette manière», a admis Sambora. «En effet, a ajouté Bryan. La tournée a simplement coïncidé avec cet anniversaire. Je ne crois pas qu'aucun de nous ne perçoive cela comme la fin d'une époque ou le début d'une nouvelle ère.»

«Nous sommes des musiciens: nous aimons jouer et faire de la musique, a simplement résumé Bryan. Avec chaque album et chaque tournée, nous nous améliorons et c'est agréable, alors nous continuons. Je crois que les véritables doyens, ce sont les Rolling Stones. Il nous reste donc encore quelques années avant d'atteindre les 70 ans et quelques poussières.»

«Il faut se préparer physiquement pour faire une tournée, a quant à lui indiqué Richie Sambora. Il faut se mettre dans le bain et, comme l'a mentionné Dave, c'est exactement ce qu'on aime. Heureusement, après toutes ses années, nous nous entendons toujours très bien et nous avons toujours autant de plaisir à jouer ensemble.»

Les nombreuses tournées du groupe, ces 30 dernières années, ont probablement aidé à fidéliser le public et, par extension, à écouler les 135 millions d'albums vendus. «Nous avons toujours dit que nous jouerions partout où c'était possible de le faire et que nous ferions voyager notre musique le plus possible, a expliqué Richie Sambora. Nous avons été très loyaux envers notre public et, conséquemment, ils ont été très loyaux envers nous aussi.»

«Nous allons donc faire ce que les gens attendent de nous en tant que groupe rock: casser la baraque!» a lancé Bryan, enthousiaste.

Jouer à la mi-temps du prochain Super Bowl, pourquoi pas?

Le prochain Super Bowl se tiendra au Meadowlands Sports Complex, à East Rutherford, dans l'État du New Jersey, d'où sont originaires les membres du groupe Bon Jovi.

Le guitariste Richie Sambora n'a pas hésité à affirmer que le groupe serait plus qu'heureux de participer à la grand-messe du football américain. «On adorerait jouer au Super Bowl! Je ne sais pas si on a été contactés déjà ou non, mais c'est sûr qu'on ferait de la place à un évènement pareil dans notre calendrier.»

Et vous n'auriez pas de problème à supporter le froid de la mi-février? «Pas du tout!» a assuré Sambora, alors que le batteur Tico Torres a émis quelques réserves. «C'est froid 15 degrés Celsius!»

Mais c'est le claviériste David Bryan qui a su trancher. «On ne jouerait pas pendant deux heures et demie. On jouerait quelques chansons seulement, c'est donc beaucoup plus facile de supporter les 15 degrés.»

Bon Jovi au Rock and Roll Hall of Fame?

Après 30 ans de carrière, les membres de Bon Jovi espèrent-ils un jour être intronisés au Rock and Roll Hall of Fame? Assurément, mais le groupe n'est pas obnubilé par une telle nomination.

«J'espère que nous y serons avant notre mort, a dit le guitariste Richie Sambora. Avant d'être six pieds sous terre, vous savez? Ce serait bien, mais il n'y a personne dans le groupe qui y travaille d'arrache-pied.»

«Ce serait bien d'y être, en compagnie de tous ces groupes remarquables, a ajouté le batteur Tico Torres. Il y a toute une liste de bons groupes qui devraient y être, mais il n'y a que quelques admis. C'est un truc qu'on aimerait évidemment, mais ce n'est pas le genre de chose qui nous empêche de dormir.»


Vidéos

Photos