Accueil Divertissement
 
JDM
Daniel Lamarre - McCartney: authentique et généreux
© Photo d'archives Le Journal
Grâce à l'aventure de Love, Daniel Lamarre a eu un contact privilégié avec Paul McCartney.

DANIEL LAMARRE

McCartney: authentique et généreux

Marie-Joëlle Parent
Le Journal de Montréal
20-07-2008 | 07h08
Grâce à l'aventure de Love, Daniel Lamarre a eu un contact privilégié avec Paul McCartney. À quelques heures du spectacle sur les plaines d'Abraham, le président du Cirque du Soleil partage avec nous quelques souvenirs de cette rencontre unique. En plein transit à Los Angeles, il nous livre aussi ses coups de coeur de jet-setter.

Pouvez-vous nous raconter votre première rencontre avec McCartney? Vous êtes probablement, au Québec, celui qui l'a côtoyé le plus, comment était-il?

L'anecdote que je savoure le plus aujourd'hui demeure notre première rencontre. Nous étions à Londres pour discuter de notre projet et pour confirmer si nous allions pouvoir travailler ensemble. Je me souviens très bien de l'attitude de Paul McCartney: il était gentil, accueillant et, surtout, très authentique dans son plaisir de nous rencontrer. Tout de suite, il a réussi à créer le bon climat pour les discussions. D'ailleurs, c'est à cette fameuse rencontre que Paul McCartney a glissé à Guy Laliberté un petit dessin griffonné sur un bout de serviette de table! Ce petit dessin a scellé notre partenariat... tout simplement.

Je garde aussi en mémoire sa première visite au théâtre lors des répétitions générales de Love. L'entourage de Paul McCartney nous assurait qu'il était bousculé par le temps, mais il a insisté pour rester des heures de plus et souhaitait vivement rencontrer l'ensemble de nos artistes après leur performance pour leur exprimer sa satisfaction et son admiration. Ce moment était précieux pour eux et sa générosité spontanée m'avait beaucoup impressionné. Nous avions dîné ensemble tout de suite après cette répétition et il ne cessait de témoigner son admiration envers nos artistes!

Avez-vous gardé contact avec certains membres des Beatles après l'aventure de Love?

Oui, bien sûr. Le week-end dernier, j'étais à Los Angeles pour un événement en hommage à Sir George Martin organisé par les Grammys et j'y ai retrouvé Yoko et Olivia. Malheureusement, Ringo et Paul étaient en tournée et ne pouvaient y assister, mais il y a des événements qui nous réunissent régulièrement.

Que retrouve-t-on dans votre iPod?

Les Beatles, Céline Dion, Garou, Coldplay et Éric Lapointe.

Quel est votre dernier coup de coeur culturel?

Le film Across the Universe, de Julie Taymor, sur l'univers des chansons des Beatles! Aussi, j'ai eu la chance de voir un ballet du Bolchoï à Moscou dernièrement. Unique.

Quelle est la rencontre la plus intimidante de votre vie?

Encore une fois, j'ai eu une rencontre intéressante très récemment (la semaine dernière). J'étais à Los Angeles pour notre projet du Kodak Theatre et j'ai rencontré Arnold Schwarzenegger. Ce qui m'a impressionné, c'est son aisance, son assurance et son charisme extraordinaire tant auprès des politiciens et dignitaires que des médias.

Pour vous, le luxe, c'est...

Une journée de congé!

Que fait Daniel Lamarre normalement le dimanche, quelle est sa journée idéale?

Je m'entraîne. Je regarde des films et je fais du rattrapage de lecture des journaux tout en passant du bon temps avec mes proches.

Qu'est-ce qu'on serait surpris d'apprendre de vous?

Probablement le fait que je faisais du théâtre d'été et que je jouais au football en même temps! Cette dualité sport/culture n'était pas du tout commune dans ce temps-là! Je trouve révélateur de travailler aujourd'hui dans une organisation qui est justement un hybride entre la culture et les sports.

Quelle est votre ville préférée dans le monde?

Los Angeles. Cette ville est le centre d'affaires international de l'entertainment dans le monde. C'est aussi un endroit où la forme physique est cultivée... j'aime m'y entraîner en joggant.

Quel est votre meilleur remède contre le décalage horaire?

Premièrement, je dors très bien. Aussi, je me fais un devoir de ne pas comparer les heures. Lorsque je suis en Asie, je vis à l'heure de l'Asie sans faire le décompte! Lorsque je suis sur la côte Ouest, je vis à l'heure du Pacifique. Cela semble simple, mais c'est vraiment la clé pour maîtriser les décalages horaires.

Quel est votre fantasme ultime à réaliser avec le Cirque du Soleil?

Mon rêve pour le Cirque serait qu'il ait des spectacles permanents dans toutes les grandes métropoles du monde.

Si vous n'aviez pas été président du Cirque du Soleil, qu'auriez-vous fait?

Joueur de hockey pour le Canadien de Montréal... mais plus sérieusement, probablement que je travaillerais dans le milieu des communications, une autre de mes passions.

haut