Accueil Divertissement
 
Canoe.ca
Grimskunk au Festival d’été - Matantes s’abstenir
© Canoë - Charles Bolduc
Grimskunk

GRIMSKUNK AU FESTIVAL D’ÉTÉ

Matantes s’abstenir

Marc-André Boivin
06-07-2007 | 21h06
Les petites madames qui se sont présentées en avance pour assister à la première partie de Manu Chao sur les Plaines d’Abraham vont probablement revenir à la maison moins bien coiffées qu’au début de la soirée. C’est que l’ancien Mano Negra a accepté que Grimskunk soit de la fête en cette deuxième soirée de festival.

Les membres de la formation québécoise en sont peut-être à leur cinquième présence au festival, mais la nervosité était palpable. La présence de Manu Chao, un artiste altermondialiste, engagé comme eux, leur faisait plaisir. Les gars sont des habitués des soirées au style latino. Ils ont déjà participé à l’événement avec les groupes Planet Hemp du Brésil et Todos Los Mortos de l’Argentine. «J’espère juste qu’on fera pas peur à quelques matantes, lance à la blague Joe Evil, claviériste et chanteur de Grimskunk. Mais si t’as pas fait un doctorat à 25 ans et que tu es sorti un peu, tu sais à quoi t’attendre avec un de nos spectacles», ajoute-t-il.

Le groupe, qui a lancé le disque Fires under the road au cours de la dernière année, a fait l’acquisition importante de Vince Peak de Groovy Aardvaark. L’ajout de cet excellent bassiste apporte aussi une touche de perfection au niveau des harmonies vocales. Peake bénéficie de plus de toute la latitude espérée depuis son arrivée avec Grimskunk. «Les gars m’ont carrément donné carte blanche quand je suis arrivé. Le processus de composition était déjà bien avancé, alors je me suis mis dans l’ambiance. Au début, je prenais mon trou pour voir comment les gars travaillaient, mais après j’ai apporté ma touche.»

Le groupe s’était bien entouré pour cet enregistrement. Le choix de GGGarth derrière la console s’est avéré judicieux. Il faut dire que le réalisateur a une feuille de route bien remplie. De W.A.S.P. à Sick Of It All, en passant par Rage Against The Machine et les Red Hot Chili Peppers, pour ne nommer que ceux-là, difficile de dire non en regardant son cv.

Même si l’album précédent, Seventh Wave, avait été moins bien reçu par certains critiques et autres fans invétérés du groupe, Grimskunk n’a pas senti de pression additionnelle. «L’enregistrement s’est vraiment bien déroulé. On a passé 30 jours ensemble, dans une ambiance familiale et Garth avait vraiment compris l’essence du groupe», affirme Evil. «Il ne nous a jamais censurés», d’ajouter Peake. Il faut dire que le groupe ne passe jamais par quatre chemins pour faire passer son message et avec sa musique qui «bûche», comme diraient certains fans.

haut