André Péloquin
Agence QMI

Mile Ex End en images, en gifs et en un horrible secret

Mile Ex End en images, en gifs et en un horrible secret

Des fans de Partner devant la scène Van Horne.André Péloquin

André Péloquin

C'est ce samedi qu'on lançait la toute première édition du Mile Ex End, le «controversé» festival de musique qui vient s'insérer à la boucle d'un été riche déjà riche en événements du genre.

Controversé-entre-guillemets, car certains artisans de l'industrie musicale grommellent que le nouveau happening vient à la notamment damner le pion au vénérable Festival de musique émergente en Abitibi-Témiscamingue (les deux événements se tiennent en même temps) en plus de venir marauder du côté de la programmation, voire de la «coolitude» de Pop Montréal.

À en croire cette première journée de concerts, toutefois, Mile Ex End tient davantage de la fête de quartier force 10 que d'un festival avec une direction musicale précise (ce n'est pas un happening «émergent», ni «heavy» ou «franco», «jazz» et encore moins un «rockfest»).

Sans verser dans l'âgisme, disons qu'on comptait davantage de poussettes que de jeunes filles avec des fleurs dans les cheveux ou des gars suintant en chest. L'ambiance était donc, généralement, trèèèèèèès décontractée.

C'est Maude Audet qui a lancé le bal sur la scène Van Horne avec son rock folk planant qui a dû rivaliser avec le passage d'un train pendant son concert. Néanmoins, le public épars est demeuré incroyablement attentif... ce qui est de plus en plus rare, quand même.

La dame sort un album le 29 septembre réalisée par Ariane Moffatt. Ça promet.

Même son de cloche sous le viaduc pour Adam Strangler.

Le combo rock s'est livré devant un public plus nombreux, mais cruellement sage.

Surprenant, mais quand même: c'est Aliocha qui aura finalement allumé le public lors de son tour de chant.

La foule, relativement jeune à en croire la première rangée, était quand même allumée. Le plus gros «pop» du concert revient toutefois à Charlotte Cardin lorsqu'elle est montée sur scène le temps d'un duo.

Aussi à souligner: la prestation de «folk pesant» de Tire le coyote.

Au risque de vous envoyer sur un autre site pour le jeu de mot qui va suvire, le chanteur Benoit Pinette et ses compères avaient beaucoup de chien sur scène.

Ça augure bien pour Désherbage, nouvel album à paraître le 22 septembre.

Mon coup de coeur revient toutefois au duo Partner qui a mis le public présent dans sa 'tite poche arrière avec son rock garage rappelant vaguement The Breeders ainsi que ses interactions sur scène abordant, notamment, le très sérieux numéro de danse contemporaine de l'actrice Ellen Page ainsi qu'une histoire de découverte de jouets sexuels d'une colocataire d'une des membres du projet (oui, oui).

Bref, du gros, gros fun.

La surprise du jour revient toutefois au collectif reggae Megative qui présentait son premier concert à Montréal au Mile Ex End.

Projet qui rappelle Gorillaz par la bande (pour son métissage des genres, mais aussi pour le pedigree de ses fondateurs: Gus Van Go de Me Mom & Morgentaler et Tim Fletcher de The Stills), Megative a transformé un stationnement jusqu'alors plutôt sage en gros block party (enfin).

Bien que City and Colour terminait la soirée, c'est après Megative que je suis rentré avec mon amoureuse et ma fille.

En parlant d'elles, la zone famille du Mile Ex End - avec ses amuseurs publics et son jeu de poches géant, notamment - est aussi bucolique que centrale.

Avec la parité de la programmation musicale, c'est un des hauts points de l'événement... malgré le sombre secret qu'elle cache...

Sur ce gag incroyable, notre couverture du Mile Ex End se poursuivra ce dimanche. On pourra notamment y voir des concerts de Charlotte Cardin (encore elle!), Patrick Watson et Godspeed You! Black Emperor.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos