Loco Locass — Amour Oral

Loco Locass — Amour Oral

 

Cote des internautes

etoiles4.5/5

Par J. Sébastien Chicoine — Canoë

Dernière mise à jour: 29-08-2006 | 09h04

Biz, Chafiik et Batlam sont de retour avec un troisième opus qui les consacre définitivement.

Loco Locass, on le sait, ne sont pas le genre à faire — ou dire, en l’occurence — les choses à moitié, mais personne ne peut les accuser d’être injustes ou malhonnêtes. Ils frappent, fort, mais avec conviction et verve.

On leur a parfois reproché d’être un peu «premier niveau», de manquer de nuance, mais c’est d’une musique fondamentalement urbaine dont on parle ici, et l’urbanité a sa propre urgence qu’on ne peut ignorer, d’autant que même si leurs opinions sont tranchées, Loco Locass sont des manieurs de langue qui pourraient en remontrer à plus d’un (pensez à «langagement»).

Sur Amour Oral, les Locass s’adressent à tout le monde sur le même ton, un ton clair pour un message simple: bougez-vous!

Que ce soit sur Résistance, W Roi, Groove Grave (une des pièces à surveiller sur ce disque), Spleen et Montréal, Antigone ou la déjà très connue Libérez-nous des libéraux, on ne peut pas passer à côté du message. Mais il n’y a là rien de nouveau.

Là où Amour Oral se démarque de ses prédécesseurs, c’est par l’exploration de l’aspect mélodique et harmonique. Présent sur toutes les pièces, c’est néanmoins plus flagrant sur la deuxième moitié de l’album, de La Censure pour l’échafaud à Antigone (et surtout sur la tout à fait sublime La Survenante).

C’est malheureusement un aspect peu remarqué la plupart du temps, mais la réalisation de l’album est également de la plus haute qualité. Les pièces s’enchaînant quasiment à la manière d’un narratif, qui n’est pas sans rappeler les albums dits «concepts» des années 70.

Il y a bien une pièce (Bonzaïon) qui nous fait un peu nous interroger sur la pertinence de sa présence sur le disque, mais on lui pardonne rapidement son propos léger à cause de son excellent «groove». Ah! mais c’est ça... C’est la «toune de party» du disque!.

Bref, si vous êtes un jeune amateur de Hip Hop: allez-y, garanti full cool! Si vous êtes le parent d’un ou une jeune fan de Hip Hop, n’hésitez pas à lui acheter ce disque. D’ailleurs, il y a fort à parier que vous devrez probablement retourner vous en acheter une copie pour vous-même! Vous serez (peut-être) surpris de constater que le Hip Hop peut effectivement être de la véritable poésie.

Finalement, je me permets de citer Biz avec cet extrait d’un message disponible sur le site Web du groupe: «Comme tout nouveau père, je suis très fier d’Amour oral. J’aime son son, plus percutant, plus aéré et mieux défini. J’aime ses textes, mieux chantournés, plus clairs et pourtant plus denses. J’aime sa musique, inusitée, efficace et enrichie par le métissage. J’aime ses mélodies, toutes simples mais qui rendent les rappeurs vulnérables. J’aime ses détails comme la beauté de sa pochette, ses sketches de transition et l’imbrication des chansons les unes aux autres. Je l’aime, estie. Estie que je l’aime. Et j’espère simplement ne pas être le seul.»

Je ne crois pas que lui et ses comparses souffriront de solitude avec ce disque...

Vidéos

Photos