Chapeaumelon

Chapeaumelon - Chapeaumelon

 

Cote des internautes

etoiles4/5

par Mélanie Malo - Canoë

Dernière mise à jour: 07-11-2002 | 13h38

Ils sont jeunes, ils ont le regard perçant, ils sont bien fringués, ils chantent admirablement, bref, ils ont tout pour plaire! Certains diront le contraire pour les mêmes raisons, mais en ce qui me concerne, je n’ai pas mis beaucoup de temps à être charmée...

Ce sont «quatre garçons dans le vent» (A Hard Day’s Night), qui rappellent le célèbre quatuor formé par les Beatles. Bien que les membres de Chapeaumelon n’apprécie guère qu’on qualifie leur musique de musique des années 60, il faut quand même admettre qu’il y a de fortes influences sixties dans leur arrangements. Mais ce n’est certainement pas pour déplaire! En effet, le nouvel album du groupe nous offre un bon rock, francophone SVP, festif et entraînant qui donne la bougeotte à tout coup. Et il ne faut pas se méprendre : malgré les diverses influences, leur musique demeure contemporaine et ne sent pas du tout le réchauffé. Au contraire, en écoutant ce disque j’ai été balayée par un vent de fraîcheur qui m’a laissé un petit goût de revenez-y, croyez-moi!

Un disque qui sonne un peu à la Jacques Dutronc ou à la Plastic Bertrand, mais sans toutefois nous faire rire. Malgré l’air enjoué lancé par les instruments, les textes sont sérieux et émotifs. On y parle de valeurs, de façon d’être et de relations interpersonnelles, bref, on NOUS parle, ce qui fait du bien pour une génération en mal de se faire comprendre. À noter d’ailleurs la sublime Sourd et muet de près de neuf minutes qui fait longuement réfléchir, L’acheteur qui s’adresse à la femme aux prises avec la société de consommation, ou encore Ma génération, qui s’avère un excellent hommage à The Who.

Il est fort étonnant d’apprendre que les quatre comparses de Chapeaumelon sont ensemble depuis seulement février 2001 tellement la formation semble solide. Il faut dire qu’ils y ont mis cœur et énergie et qu’ils n’ont pas perdu de temps. Petit aperçu : un premier démo de huit chansons enregistré dans leur « studio - local de pratique » qui contribue à les faire connaître aux gens de l’industrie. Durant l’été, ils gagnent le prix Coup de cœur du Festival international de la chanson de Granby. Ils signent ensuite sous l’étiquette T-Raise et sont invités aux FrancoFolies de Montréal en 2002. Et puis dernièrement, cet album éponyme, lancé sous la gouverne du frère de Céline, Jacques Dion.

Ils en ont fait du chemin depuis leurs premiers balbutiements en tant que groupe, et je crois bien qu’ils en feront encore un long bout. En tout cas, je leur souhaite sincèrement!

Vidéos

Photos