Chroniques

Chronique de Pierre Harel

Canoë

Sir Paul Macca McCartney

Sir Paul Macca McCartney

AFP

Au lendemain de cette récente fête de la Saint-Jean-Baptiste, patron historique de tous les Canadiens-français d'Amérique qu'on tente de nous faire passer pour le saint patron de tous les Québécois actuels dans un Québec polyethnique et multireligieux, tout comme on travaille très fort à nous faire accepter que cette célébration d'origine catholique et canadienne-française soit la Fête nationale de tous les Québécois, au lendemain de cette Saint-Jean, dis-je, voici une chronique, proposée et référencée par ma merveilleuse amie et compagne, portant sur le dernier album de Sir Paul McCartney, surnommé Macca par ses amis, à l'aube de sa 76e année d'existence.

Voici donc un peu de Wikipédia pour ceux qui voudraient en savoir un peu plus de ce brillant homme.

Cependant, j'ai une crotte sur le coeur dont je tiens à me débarrasser séance tenante puisque, étrangement, il existe un lien entre ce que dit le journaliste Jean-François Nadeau, du Devoir, de notre film « Taire des Hommes », Pascal Gélinas et moi, fameux documentaire occulté au Québec sur l'émeute de la Saint-Jean de 1968 populairement nommée le « lundi d'la matraque », et Sir Paul « Macca » McCartney ami et collègue de Ringo Starr chez les Beatles. Dans cet article, Jean-François Nadeau prétend ceci et je cite : « Taire des hommes, un pamphlet cinématographique réalisé après coup par Pierre Harel et Pascal Gélinas, tente de rendre compte de la violence de la soirée sur une musique empruntée à Ringo Starr, des Beatles ». Cependant, on ne trouve pas chez « Taire des Hommes » la moindre trace d'une chanson ou d'une musique de Ringo Starr comme il le prétend, et le film n'a pas été réalisé « après coup ». J'étais présent sur les lieux de l'émeute du début à la fin et ce ne sont que les interviews qui ont été filmées le lendemain et le surlendemain avec l'aide d'Alain Dostie alors caméraman à l'Office National du Film (ONF). Il me semble évident que M. Nadeau n'a pas vu notre documentaire primé au Festival international du film de Liepzig en 1969 mais qu'il a plutôt vu un canular. Il pourra cependant visionner « Taire des Hommes » à la fin de cette 401è Chronique de Pierre Harel. 

Quoiqu'il en soit, voici la suite de cette chronique portant sur la parution du dernier disque de Sir Paul McCartney, son 17è album solo, by the way, intitulé : « Egypt Station » comme s'il s'agissait de l'une des stations d'un gigantesque métro serpentant autour de la planète et s'arrêtant ici et là en des régions choisies pour leurs historicités archéologiques. En suivant ce modèle supputé on pourrait s'attendre à ce que d'autres albums du genre voient le jour, comme : « Europa Station », « Africa Station », « Asia Station », « America Station », et ainsi de suite d'une collection internationale pouvant devenir beaucoup plus qu'intéressante s'il ne fallait parler que de culture.

Voici donc tel que référencé par ma ravissante compagne un article paru chez Canoe.ca émanant de l'Agence France-Presse et nous annonçant la parution du dernier disque de « Macca » ainsi que la mise en YouTube de deux de ses nouvelles chansons.

Il est maintenant temps d'écouter les deux chansons de ce nouvel album intitulé « Egypt Station » qui devrait être lancé le 7 septembre 2018 probablement à Liverpool, sa ville natale. Voici donc « I DON'T KNOW ».

Voici maintenant « COME ON TO ME ».

Pour terminer, je vous présente, tiré de YouTube, un charmant extrait de « Carpool Karaoke », très populaire émission de télé américaine animée par le Britannique James Corden recevant Paul McCartney pour une tournée de retrouvailles sympathiques et touchantes dans son patelin, Liverpool. 

Enfin, particulièrement pour M. Jean-François Nadeau, et aussi pour le bénéfice de nouveaux lecteurs, revoici l'intégral de « Taire des Hommes ».

Bonne semaine.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos