Chroniques

Chronique de Pierre Harel

Canoë

Alexe Gaudreault n'est pas comme les autres

Alexe Gaudreault n'est pas comme les autres

Alexe GaudreaultPhoto d'archives

Récemment, le propriétaire de mon logement dans Limoilou à Québec me disait qu’il avait entendu quelque part que je «n’aimais pas les jeunes artistes». Il ne m’a pas identifié la source média, ni la personne, et je ne lui ai pas demandé de précisions sachant que ça ne pouvait provenir que d’une ignorance de ne pas avoir lu l’ensemble de mes 342 chroniques à ce jour. Je suis chroniqueur et ma chronique chez Canoe.ca s’intitule: La chronique de Pierre Harel. À ce titre je suis libre d’aimer ou de ne pas aimer ce que je vois ou ce que j’entends émaner du showbiz, surtout québécois. De ces chroniques, environ une soixantaine ont à voir avec de jeunes artistes débutant au métier d’auteur-compositeur-interprète. De ce nombre, moins d’une dizaine ont reçu une opinion plus ou moins défavorable de ma part, et deux parfaits ridicules ont subi un jugement négatif.

Je ne suis pas un vendeur de disques ou de spectacles déguisé en journaliste et je n’ai de compte à rendre qu’aux artistes que j’encense ou que je varlope. Depuis 2011, autant certains m’ont royalement tapé sur les nerfs, que d’autres m’ont profondément réjoui et quelques fois ému jusqu’aux larmes. Cependant, mon appréciation hebdomadaire demeure temporaire puisqu’il m’est arrivé souvent de changer d’opinion suite à l’évolution de l’un, ou de l’une, vers ce qui me semblait être le mieux, ou le pire, de ce qu’ils auraient à offrir.

N’ayant pas été un assidu de La Voix, je ne connaissais pas cette Alexe Gaudreault, magnifique jeune femme ayant fait ses débuts sur les planches dès l’âge de 12 ans au Festival de la chanson de Saint-Ambroise.

Pour une raison qui me demeure inconnue, Alexe Gaudreault, s’étant pourtant fait remarquer à Saint-Ambroise, n’obtint pas la satisfaction recherchée et délaissa la chanson jusque vers l’âge de 20 ans, alors que retenue à La Voix elle a fait un bout de chemin dans l’équipe de Marc Dupré, a été éliminée, gagne ensuite sa vie comme artiste maquilleuse professionnelle, et décide de produire elle-même un EP de trois chansons avec l’argent qu’elle a su mettre de côté. Un premier extrait, L'envers du décor, surprend, et attire l’attention du public et de la communauté artistique.

Quelques mois plus tard elle lance un deuxième extrait: Placebo. Alors là c’est l’explosion! Plus de sept semaines en tête des palmarès! Placebo, que je vous propose d’écouter en toute simplicité, sans flonflon, sans feux de la rampe, sans effets sonores à la voix, comme seule peut le faire une artiste de haute voltige travaillant sans filet. 

Donnant suite à ce succès remarquable, Québécor, via sa filiale Musicor, offrit un contrat de disque à cette jeune artiste native de Dolbeau au Lac Saint-Jean.

Depuis la sortie de son album complet en mai 2016, les succès s’empilent les uns sur les autres et le public des 10/40 ans en redemande. Pourquoi? C’est tellement simple! Alexe Gaudreault sort nettement du sentier battu et rebattu qu’empruntent les jeunes chanteuses québécoises et se différencie aussi nettement par la qualité radiophonique de ses mélodies, ses textes limpides et touchants, l’ambiance musicale intelligemment moderne de ses chansons, et surtout, son rapprochement magnifique du courant actuel des grands succès anglophones internationaux occupant le haut des palmarès mondiaux. Pourtant elle ne fait aucune concession ! Pourtant elle ne cède pas un atome de son identité jeannoise de canadienne-française du Lac Saint-Jean!

Édith Piaf mesurait 1,42 mètres à ce qu’on dit. Alexe Gaudreault fait 4 pieds 11 pouces. L’une avait la voix claire des ruelles de Paris, l’autre la voix voilée des brumes de l’immense Pekuakami, mais comme Piaf elle a du caractère, sait ce qu’elle veut et saura s’entourer des meilleurs pour atteindre les plus hauts sommets de la chanson francophone. Voyez-là en spectacle interprétant sa chanson Couleurs. Regardez-la évoluer sur scène, sentez bien sa présence et son aisance empreinte d’une éclatante modestie, et vous imaginerez ce qu’elle sera dans deux ou trois ans, alors qu’après le Québec et le Canada, la France lui fera un triomphe dès qu’elle y posera son joli petit pied. 

Bonne semaine.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos