Marie-Claude Doyle
Agence QMI

François Morency rend hommage à sa famille avec humour

François Morency rend hommage à sa famille avec humour

François MorencyPhoto d'archives

Marie-Claude Doyle

Au tout début de sa carrière, dont il célèbre cette année les 25 ans, François Morency n'aurait pas pu écrire son livre. Mais, à 50 ans, l'humoriste était fin prêt à plonger dans son passé et à partager avec nous ses souvenirs dans «Discussions avec mes parents», où il rend hommage à sa famille avec humour et amour.

Au moment de l'entrevue, ses parents n'avaient pas encore lu le livre. «Je ne suis pas inquiet parce qu'un de mes frères l'a lu. Ma soeur aussi. Mes parents sont habitués parce que j'ai souvent parlé d'eux dans mes shows», raconte l'humoriste, qui a hérité d'eux son sens de la répartie.

Tout a commencé en 2014, à la suite d'une discussion téléphonique à trois, avec ses parents, sur la couleur du chien de son neveu. Discussion cocasse qu'il a publiée sur Facebook et de conversation téléphonique en conversation téléphonique, de statut en statut sur le web, l'idée du livre a germé.

Il en a fait part à son amie India Desjardins en lui envoyant quelques pages et cette dernière en a été enchantée. Elle signe d'ailleurs la préface de «Discussions avec mes parents», le deuxième livre de François

Morency après «Dure soirée: histoires vraies et autres humiliations», lancé en 2012.

«Je trouve que c'était une bonne personne pour me guider parce qu'elle comprend mon univers d'humoriste et, en même temps, elle sait faire le pont avec l'univers littéraire qu'elle connaît.»

Hommage à sa famille

Dans «Discussions avec mes parents», François Morency a voulu rendre hommage à son père et à sa mère, Jean-Paul Morency et Raymonde Mathieu, tous deux âgés de 89 ans et en parfaite santé.

«C'est très autobiographique. On remonte loin dans le temps. C'est un hommage à une famille qui se tient et qui s'aime. Je trouve que, souvent, quand on entend parler de la famille dans des livres ou des fictions, c'est lourd, déchirant, torturé. Je voulais montrer un portrait plus jovial. Je n'ai pas embelli la réalité. Je me suis vraiment retenu pour ne rien inventer parce que je ne voulais pas trahir la vérité. Je voulais que le livre soit vrai à 100 %.»

Pour ce faire, il a fouillé dans les vieux albums de photos de ses parents et il a parlé à ses frères et à sa soeur pour y intégrer des anecdotes réelles de sa jeunesse avec sa famille en plus des discussions téléphoniques avec ses parents.

«Il y a un niveau d'intimité qui va plus loin que d'autres affaires que j'ai faites. C'est normal dans le processus créatif. Quand tu commences à faire de l'humour, tu écris souvent en dehors de toi parce que tu manques de confiance pour vraiment parler de toi. Quand ça fait un certain temps, tu es moins gêné d'aller dans ces zones-là. Je n'aurais pas pu écrire ce livre quand j'ai commencé ma carrière.»

D'ailleurs, outre India Desjardins, l'auteur a fait lire le fruit de son labeur à quelques amis, dont Charles Lafortune et Michel Barrette, avant de le publier. «Ils m'ont dit qu'il fallait que je fasse un show de télé avec ça. J'aimerais vraiment ça. Écrire et jouer une fiction basée sur des éléments réels de ma vie, ça serait un gros accomplissement pour moi.»

Proches malgré la distance

Malgré les kilomètres qui les séparent - François Morency habite à Montréal et ses parents, à Québec -, l'humoriste est proche d'eux.

«Mes frères et ma soeur ont aussi d'excellents liens avec mes parents. On s'est toujours sentis en confiance avec eux. On a toujours senti que s'il y avait un problème, on pouvait aller les voir n'importe quand, qu'ils n'allaient pas nous juger, qu'ils allaient nous aider. Mon père aurait donné sa chemise si l'un de ses enfants avait été dans le trouble. Je le dis dans le livre: je n'ai jamais vu de vraies chicanes déchirantes chez nous. Il y avait un climat qui était propice à être

proche les uns des autres. Mais je me suis plus rapproché d'eux autres durant les 15 dernières années. Ça m'arrive souvent de descendre à Québec pour aller souper avec eux et, après, de remonter chez moi. J'ai tellement fait de route en

tournée que, pour moi, un aller-retour à Québec, c'est le temps que les gens mettent dans le trafic pour aller de Montréal à Laval tous les jours!»

50 ans et 25 ans de carrière

Dans le livre, l'humoriste relate l'histoire d'amour de ses parents, et sa mère en profite pour lui dire à la blague qu'à 50 ans, il n'est pas marié et n'a pas d'enfants. Mais le principal intéressé n'a pas de regrets.

«Mes parents n'attendent pas après moi pour avoir des petits-enfants. Mes frères ont fourni en masse. Ils ont même 11 arrière-petits-enfants. Chez nous, les quatre enfants ont quatre profils radicalement différents. J'ai un frère actuaire, un autre mécanicien. Ma soeur est en administration et moi, je suis humoriste. J'ai un frère qui a quatre enfants d'un mariage; l'autre qui s'est marié deux fois; ma soeur qui est fiancée; et moi, qui a eu une vie amoureuse plus tumultueuse. J'ai eu des copines extraordinaires, mais ça n'a jamais été au point de dire qu'on fonderait une famille. Autant mes parents seraient contents si ça arrivait, autant ils veulent juste que je sois heureux.»

C'est avec sagesse que celui qui a eu 50 ans en juin dernier aborde les choses. «Je n'ai jamais établi ma vie en disant qu'il faudrait qu'à 30 ans j'aie fait telle affaire. J'ai toujours eu des amis plus jeunes et d'autres plus vieux que moi, des blondes plus jeunes et d'autres plus vieilles. Je n'ai jamais vécu ma vie en fonction de l'âge.»

Diplômé en 1992 de l'École nationale de l'humour, François Morency célèbre cette année ses 25 ans de carrière. «Ma grande fierté: j'ai fait un paquet d'affaires. J'ai fait quatre ¨one man show¨, 13 ans de radio. J'ai animé une quinzaine de galas, écrit deux livres et j'ai fait des jeux à la télé et animé des talk-shows. C'est mon grand bonheur. J'espère avoir encore l'opportunité de toucher à plusieurs choses. J'aime beaucoup cette polyvalence.»

D'ailleurs, ce printemps, il fera la tournée des salons du livre au Québec, puis il se prépare à animer deux galas: le gala Juste pour rire en hommage à Michel Côté et Les Olivier en décembre.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos